Poesies et philosophie

Quelques précisions de l'auteur..

Ce site qui semble axé exclusivement sur ma personne, je ne voudrais en aucun cas qu'il soit considéré comme l'expression de mon narcissisme, car ça ne me ressemble pas. Mais plutôt comme une exploration de mon moi intérieur où j'extrais, non sans quelques souffrances, des pépites, des poisons et des elixirs de jouvence que j'expose à la lumière du jour. Ma démarche, vous l'auriez compris, est anti-warholienne, voir anti-démo-cratique. Car seul un forcené peut aller jusqu'au tréfond de son âme afin  d'atteindre cette vérité qui tend vers l'universel. Aujourd'hui, où nous vivons sous la dictature du public, organisée par les médias professionnels,  je veux rester libre aussi bien sur le terrain de mes sensations que sur celui de mes sentiments : sentiments qui pourraient faire peur au public ou bien le décontenancer, je peux le concevoir. Mais je ne suis pas  là pour satisfaire les goûts du public ou le plaisir de la masse, non. Mais plutôt essayer d'apporter à l'individu( à celui qui peut encore écouter le son de la vérité au contraire des masses qui étaient devenues sourdes par le jeu cynique des médias et des hommes politiques), une réflexion de haute importance pour l'avenir de notre société.  Je ne vous cacherai pas que la pilule pourrait vous paaître un peu amère au début. Mais soyez rassuré, mes amis, et comme disait ma grand-mère, l'amertume est comme la certitude que le médicament est bon pour le patient.

 

AccueilRomansPoesiesMusiquePhotosAquarellesAutres photosPhilatélie

Poésies de jeunesse : recueil augmenté de nouvelles poésies. Le recueil est en  libre accès et gratuit. Pour me soutenir, envoyez vos dons à Mr Maaded Patrick, 2 place bertone, Lyon 69004 France.

                                                                                                             

                                                            Nouveau :   livre " poésies de jeunesse" en Audio.  

 Cliquez sur le titre pour accéder à la poésie ainsi qu'à l'audio. Bonne écoute !                    

                                    

                                                                                                         Le temps                                                                                                                                               La sentence

                   Sonnet d'hiver                      Eveil                         Retour de vacances               des poubelles                   apparences                 Humanitus                                  Foule                               du bonheur                       Oisiveté

              

   

                                                Un air                                                                                                                                       Assis au bord                    Rêve                          La bête

                           Obscurité                   de printemps                    Métal                              Peur                                     Equateur                          du lac                      d'aventures                       humaine                          Seul  

            

 

                                                                                                                                           Cap de                                                             Le bonheur est

                        Aux morts                    Décalage 70                                 J'aime                      La liberté                        Bonne Espérance                Soleil couchant             dans le parc                Viellesse                         Eternité

                 

 

                                                                                                                                                                                                               Le  secret

                    Cher ami                           L'homme libre                        Offrandes                       Avril                             Prière                                Nature                  Les oiseaux                      du bonheur                  Le pharaon                                                                                

          

 

                      Hommage à                                                           Comme c'est                                                                                         L'impossible

                        Rimbaud                      Bourg en Bresse 99                  Etrange!                           Ouvertures                  La grande illusion          est ailleurs                            Couleurs                      Destinée                 Vacances à Paris

            

 

                                                   e  testament du             L'enfant du                                                                    L'existence                                                L'impossible                         Un cœur de                     

                           A Helen                             Poète                         Hasard                                     Gisèle                           Humaine                 La haine                       Bonheur                       bonne femme              L'homme fatigué

            

 

                              Divonnes

                              les bains                               Déconvenue                            Os                         Printemps                            Mes hôpitaux                Profit'age         Ce dont je suis sûr               En marchant                     Astres

                

 

                                                                                                                                                                                         Un monde   

                    La cire arthrose                   Le sage                              Le grand mensonge          Prophétie                                 Pure                           Regrets                             pourrissant                     Parking                    Comme Rimbaud

          

 

                                                                Un avant goût                                                                                                                                                                                                                                                        La morgue

                Retour de vacances               de la solitude                    Le poète incompris         Une triste fête        Une vie très injuste                                Vénézia                Cache-cache                  Le fleuve du  temps         amoureuse

          

 

                                                                                                                                                                                                                                          Quand je  pense

               Nouvelle civilisation               Cap Horn                      Friches                              Je me souviens                 Triste petit Poucet                      L'absente                Désespérance                      Nuage                           à ma mère

          

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Le poème

                          France                        Archipel                    Epoques bénies          Vivre ou mourir               I ' ncompréhension    Le grand frisson                Ville                          L'homme perdu             de l'apocalypse        L' énigme

          

 

               Le reproche               Les maudits                       L'exil                             Resurrection           Le chant de la terre                 Irritations               Inondation                 Le cadavre            Hommage à Villon             le bol de riz

          

 

                  L'auberge            Levoleur de Bagdad    Le mal consenti           Le poète voyou              Le  cimetière du ciel              L'oasis                  Le mariage raté    Au theatre ce soir       Le poète blessé                   Le bonheur    

          

 

                Le bouffon qui se                Un appel au don              Le temps                    L'ingratitude

               prenait pour un roi                  Déguisé                        du bonheur                du bourgeois               Sans issue                L'accroche coeur           La main du poète          Les jeunes filles           Sans le vent                La jeunesse

          

 

                 Le message                La joie retrouvée              Comment?             La source de la Terre   Les retrouvailles              Nuit magique

          

 

 

 

Choses à lire aussi...

Mais butinez, butinez, mes amis...ma ruche est pleine de miel!

 

Au bout du compte..  

Enfin des compliments 

La bête en cour..

Lucidité

Prétrarque ou l'angoisse de..

A propos..

Ephémère

La triste vie des français

masturbation sacrée

Politique = magouille des élites

Adolescence

Eternité

La vie, un cadeau empoisonné?

Matinée de Septembre

Principe

A la terrasse d'un café  

Fusées

Lettre philosophique  

Ma vie ratée

Phrase à méditer

Après avoir lu Descartes  

French désarrois  

Les choses

Madek, professeur Cosinus

Propagande          

Bizarre  

French connexion

L'ère décadente

Ma dernière pensée

Profession : professionnel

Bizarrerie

Faut-il se dépêcher de vivre?

Les nouveaux héros des médias

Mauvais rêve

Public Senat, quelle horreur!

C'est quoi écrire?

Formatage des esprits      

Le pays des chimères

Médias   

Prière   

Culture morte

Fracture     

Les voleurs de poésies

Marché        

Question cruciale

Consolations

Grain de sable

Les gens fatigués

Massacre culturel      

Qu'est-ce que le luxe pour moi?

Choses pertinentes

Gros malentendu  

Les hommes politiques

Ma vérité  

Questions étranges

Comptes ordinaires

Je me souviens

Le dédoublement de l'artiste

Masse

Résistance

Ce que pensent les morts

Je connais maintenant le pire

Le créateur

mein Kampft  

Reproches littéraires

Cinema américain go home!

Journalisme

Les mots, de sacrés outils!

Message d'outre-tombe

Révélation

C'est quoi être révolutionnaire?

Juste pour une p'tite bière

Les 3 cultures  

Message  pour les génies..

Rêve

Civilisation  

Idée révolutionnaire

Le rire de la jeunesse   

Messages révolutionnaires!

31/1/2009   

Cruelle vérité

Idée pour l'espace

Les illusions

Méditation dérangée

Séparation

Dangerosité

Indifférence       

Le fragile plaisir des hommes   

Miracle à la Star Académie?   

Silence radio

Désaccord 

 Israel et le retour des nazis !

Le poète

Mise au point  

Silence

Drôles d'amis!

La jeunesse éternelle

Les français sont cons!

Misère   

Souvenirs

Destructurons le langage 

La culture française est morte!   

Le prince est nu

Mozart et les autres..  

Sonnette d'alarme!

Dictature ou Démocratie?

La Liberté

Le drame américain

Mon combat     

Sujet pas commercial

Dictaturomania

L' Artiste malheureux

Le bobo bonheur

Mots et maux de jeunesse   

Symptômes

Douloureux souvenir  

La religion chrétienne

Le célibat : l'âge du bonheur?

Mon plaisir secret  

Tu joues ou tu joues pas?

Drôles les habitants..

La prise de conscience

Le problème des villes

On aura tout vu !

Travailler pour les médias!

DIEU m'a dit..

La barbarie du progrès

Le monde fou?

 Oeuvres orphelines 

Un début de folie?

Esclavagisme ordinaire

La religion

L'homme

 Oisiveté matinale    

Un matin pas comme les autres

Emission télé, danger!

La poésie urbaine?

Libre penseur

 On ne peut même plus boire..

Un chat sans cœur

Ecritures     

La guerre automobile

Littérature de supermarché!

 Particularisme     

Vieillesse

Espoir  

La mort de l'écrivain

L'idiotie du capitalisme

 Paroles d'un artiste désabusé     

Walesca   

Mauvais souvenirs de la fac Ballade autour de GIDE Parabole de l'existence Désarrois divin Cadeau pour votre fidèlité
Touche mortelle La démocratie pour les nuls Deux corps Une lettre anonyme Pied de nez
Peinture La vitrine Pôle emploi Le temps des poètes Pauvres contemporains
Les jeunes filles Cro-magnons Vision La mort, la délivrance? Le créateur
Les fruits du poète Texte fondateur.. Chronique d'une civilisation Dialogue entre l'homme et le.. Les arnacoeurs
Raisons tout à fait justifiées Matinée d'ivresse chez BFM.. Le poète déchu La raison devenue raisonnable Le sage et la socièté
La France et son destin La réponse de Dieu Tout se paye! La pensée de Dieu Une histoire bien étrange!
Le clochard de la pensée Le déclin de la culture L'éclair Ecrits nocturnes Attentats
Déprime en ce début 2016 Dessin humoristique Le complot anti-arabe Une sainte vision Le martyr
Nouvelles icônes de la Terre Le Péril Jaune Anecdotes du boulot Mort ou vivant? Prophéties
Une légende La vieillesse, une punition? Pitié pour les femmes! Le cercle magique La France d'aujourd'hui
Un été pourrissant Le cadeau Humour journalistique  Simone Veil Petites et méchantes confidences

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une triste fête



 

Tout autour de moi

Des hommes et des femmes,

Tout autour de moi

L'espoir de demain!

 

Des enfants qui sourient

A leurs parents

Et des parents heureux

D'être vivant.

 

Tout autour de moi

Des marchands ambulants,

Tout autour de moi

Des fêtes foraines,

 

Des citrons verts et

Des oranges amères,

Des manèges hurlants et

Des feux d'artifices.

 

Et moi je me promène..

Pétards aux dents,

Je fume une cigarette :

Une vie à retardement!

 

 

 

 

 

Une vie très injuste



 

Vous aurez bien vécu

Et moi j'aurai bien souffert

 

Vous serez mort

Des sous pleins les poches

 

Et moi

Des mots plein la bouche!

 

Vous avez aimé la vie,

Belle confession!

 

Et moi je l'aurai maudite,

Sale confidence!

 

Nous seront morts

Tous les deux,

 

L'un après l'autre,

Pour en fait peu de choses;

 

Vous pour être un homme

Et moi pour être autre chose.

 

Mais aujourd'hui,  je ne vous

Entends presque plus;

 

Seriez-vous déjà mort

Et moi toujours vivant?

 

 

 

 

 

 

L'impossible est ailleurs



 

Je cherche l'amour

 

Ailleurs que dans le sang et la chair

 

Je cherche l'amour

 

A travers les mots, les parfums, les encens.

 

J'attends ce jour,

 

Comme on attend un des siens;

 

Un mot parmi les mots

 

Un regard parmi les visages

 

Un langage parmi les religions.

 

 

 

 

 

 

La grande illusion



 

L'amour suffira-t-il à sauver le monde?

L'amour suffira-t-il à sauver nos vies?

 

Tu crois que l'amour fait tout,

Tu me fais bien rire, pauvre imbécile!

 

Regarde plutôt près de ton coeur

Et tu verras qu'il est rempli d'épaves.

 

En fait, il te faudrait beaucoup voyager

Pour pouvoir aimer

 

Et surtout

Trembler pour que l'on te crois!

 

 

 

 

Comme c'est étrange!



C'est étrange d'être seul

Dans son coeur,


C'est étrange d'être seul

Dans les rues;


On s'avance pareil

A des vents glacés,

Les yeux pleins de larmes

Qu'il faut cacher.


On cherchait un ami

Et maintenant on le cherche plus;


On attendait une fille

Et l'on sait maintenant

Qu'elle ne reviendra plus.


Comme c'est étrange

D'être seul dans son coeur!

 

 

 

 

 

Hommage à Rimbaud


 

 

Ivre de fatigue,

je me suis réveillé ce matin;

Pourtant je n'avais pas bu de vin!


C'est qu' aussitôt bu mon café,

Je partis sur les chemins..


Et c'est là que je me sentis basculé

Comme un vulgaire pantin;


Pourtant je n'avais pas bu de vin!

Mais y' avait-il vraiment une différence?


C'est fou comme s'ennuie

Dans ces villes de provinces!

 

Mais n'est-ce pas toi qui l'avais dit

A Charleville

Qui réclamait des livres?

 

 

 

 

 

 

Désespérance



 

J'ai envie d'être seul ce matin,

Afin d' écouter la pluie tomber

Derrière la fenêtre;


Je l'écoute s'écrouler

Comme ma peine

Dans la petite cour,


Où pousse la mousse

Sur une dalle de béton!

 

 

 

 

 

 

Regrets




Comme j'aurais aimé,

Après une nuit d'amour,

Partir me promener

Dans les rues d'une ville inconnue!


Battre le pavé au son du clocher

Et suivre le doux regard d'une jeune fille

A la sortie de son lycée..


Oh comme j'aurais été heureux alors,

Car rien de cela s'est passé, mon ami!


Et les arbres ont aujourd'hui,

Sur mon passage, des accents tragiques :

Ceux de mon adolescence désoeuvrée.


Je regarde alors le ciel

Où le bleu se laisse deviner

Et y retrouve parmi ces nuées

Comme un coeur léger.

 

Mais, au fait, mon ami,

Auras-tu encore le temps d'aimer,

Cette jeune fille aux accents tragiques

De la sincérité?

 

 

 

 

 

 

 

Équateur



 

La forêt équatoriale m'ouvrait ses bras fanés

De lianes et de feuilles Hypopotalamus;


Les oiseaux blagues mangeaient des farces

A l'emporte pièce

 

Et moi je savourais, dans le creux de mon baobab,

Un dicton, bien bien français, qui me disait :

Mais fait ce qu'il te plaît !


J'avais bien eu raison de ne plus croire en Don Diego.

Car toute la nuit, les pluies avaient déversé du poison sur ma peau.


Solange, quant à elle, reçut de la nuit

Une fleur d'oranger dans le creux de sa paume.


Elle se mit soudainement à crier ceci :

Fichtre! Fichtre!

Défrichons la forêt,

Défrichons les saisons!


Sur ce, je lui répondis :

Mais quel drôle d'insecte t'a piqué,

Oh ma tigresse,

Pour dire une chose aussi belle :


Est ce le tigre du Bengal

Ou bien le léopard du Bostwana

Qui te dit et qui t'affirme,

Qu' après l'orage vient le chant des

Cymbales?

 

 

 

 

 

 

Seul



 

Marcher seul

Au milieu d'une rue


En ayant au dessus de soi

Que la Déchirure du ciel !


Rêver à l'océan

Avec au dedans

Des étoiles étincelantes,


Sentir autre chose que soi,

Qu'il n'y a qu'une seule vie,

Celle-ci,


N'avoir que peu de temps

Pour tout dire,


N'avoir qu'une souffrance,

A souffrir.

 

 

 

 

 

 

Bourg en Bresse 99



Des lanternes rouges et ors

Pendaient rue des cachemires,

Et des cheminées en brique

Etaient prêtes à s'effondrer

Sur nos têtes médusées!


 

 

 

 

 

Déconvenue



Je donnerai ma vie

Pour un seul de ses baisers!

Mais elle ne veut pas en entendre

parler..

Si j'étais prince, roi ou émir,

Je jetterais cette fille au bûcher,

Pour lui apprendre la bonté!

 

 

 

 

 

 

Divonne-les-bains



 

Je ne soupçonnais pas

L'ampleur du désastre :


Je dînais seul

Au soir du réveillon !

 

 

 

 

 

 

A Helen




Poupée au rêve d'enfant cassé,

Ton regard est fixe comme un air glacé,


Et si ta vie n'est pas une grande tragédie,

Elle est doux malheur


Où s'en vont en sifflant les signes du bonheur!


Je te comprends si bien ma fille

Que j'ai envie de faire rire jusqu'aux émois,


Pour enfin découvrir au fond de tes yeux,

Des larmes de joie!

 

 

 

 

 

 

Un coeur de bonne femme



 

Aujourd'hui Je suis heureux

comme une femme :

Je me sens très las..


Peut-être est ce dû à ce bonheur

trop grand?


Je gaspille mon temps sans compter,

Va à la chose aux menus plaisirs.


Je suis doux aux chagrins des autres,

Je comprends maintenant les choses!


Le malheur des autres me procure un bonheur,

Dont je n'aurai pas soupçonné l'existence,

Même je dirai la douceur.


On ne plaisante pas avec le bonheur,

C'est une chose sérieuse,

C'est ce que dit mon coeur!

 

Vous riez, je le sais,

Je devine votre rire moqueur.


Eh ben tanpis pour vous,

Vous êtes ignoble,

Vous ne pouvez pas comprendre

Le coeur des femmes!

 

 

 

 

 

 

Ce dont je suis sûr



 

Je cherche quelque chose

Dans ta voix et dans ton coeur.


Je cherche quelque chose

Qui n'est point ailleurs!


Je voudrai te parler

Comme on parle aux anges,


Je voudrai t' amuser

Comme on amuse les enfants;


Mais ton coeur n'y est pas :

Les jours passent et tu t'en fous!


La mort s'avance et tu l'ignores :

Quel inconscient tu fais!


Tu froisses ta vie

Comme du vieux papier,


Ta vie ressemble à un mauvais scénario

Ecrit par quelqu'un d'autre

 

Qui ignore que dans ton coeur

Il y a quelque chose de beau!

 

 

 

 

 

Ouvertures



 

On ouvre sa vie

Comme on s'ouvre le ventre,


On ouvre son coeur

Comme une plaie immense,


On ouvre sa porte

Comme celle d'une prison,


On se sert les mains

Comme des forcenés!


On s'offre des bijoux :

Chaîne d'or ou bracelet de force?


On ouvre la bouche

Comme pour dire quelque chose,


On découvre le monde

A coups de pioche,


On trouve des pépites

Qui ne sont que des cailloux,


On trouve de l'amour en promotion,

Au marché des enragés!


On trouve les jours un peu trop long,

Les dimanches sans choeurs,


On trouve la vie insupportable,

Son coeur plein de gravats!

 

 

 

 

 

 

Offrandes



 

Poésies de mes amours,

Bercez-moi jusqu'aux sommeil !


Poésies de mes amours,

Emmenez-moi jusqu'à l'écueil !


J'irai là bas jusqu'au soleil,

J'irai là bas juste pour ton coeur.


Poésies de mes amours,

A quand ce beau séjours?


Si j'écoute les jours,

Les nuits viennent trop vite,


Si j'écoute les hommes,

Il faudrait mourir,


Si j'écoute mon âme,

Il faudrait partir,


Mais où et comment,

Puisque mon coeur si loin

Et ma vie si lourde?

 

 

 

 

 

 

Archipel



 

Le ciel est plus beau que la terre

Et les nuages nous jettent des éclairs!


Les flaques d'eau nous regardent

D'en haut


Et nous ramènent des souvenirs

D'autre part;


Nous nous noyons à l'horizon

Et  j'aime regarder ton visage;


J'imagine alors le monde

Comme un enfant noyé;


Ta peau est blonde

Comme de la chair mouillée


Et tes yeux sont bleus

Comme l'océan profond.


Tu es beau comme un dieu!

me dit un ange.


Je suis celui qui attend,

me dit un autre.


J'aime l'océan

Incrusté de coquillages,


J'aime regarder ta peau

Couleur de corail,


Laisse-moi t'aimer un seul jour!


Laisse-moi m'enivrer de pleurs

d'orage et d'océan!


C'est l'île qui t'attend

Au fond des archipels,


Ce sont des cascades

Qui jaillissent de nulle part !


C'est le refrain des vagues

C'est le sable qui te caresse

C'est ma main qui te berce..

 

 

 

 

 

 

La cire arthrose




Les plus beaux d'entre nous

Ont des aspects de marbre blanc,


Et  les plus laids,

Des aspects de vieilles roches;


Regardons les avec tendresse..


Cet homme fume de mauvaises cigarettes,

Oh il a les doigts jaunes!


Cette femme, qui traîne un vieux sac à commissions,

A des doigts de chiffons.


Parfois, au milieu du tumulte des villes,

On voudrait tendre les mains


Comme pour écouter

Le chant des sirènes..

 

Mais nos doigts maintenant

Tout rabougris

Ont des aspects de vieilles cires!

 

 

 

 

 

 

Le temps des poubelles




Comme le temps des vaches maigres

Arrive pour moi

Et que le temps des guitares n'existe plus,


Il me vient une idée de m'improviser

Poète, écrivain, acrobate,

Et pourquoi pas?


Quand le monde vous dépasse,

Ne devrait-on pas essayer

De le rattraper?


Je tends alors des élastiques

Comme on tend des projets

Et je marche dessus comme un Funambule;


La foule 100 mètres plus bas

m'applaudit :

J'en suis tout ébahi!


Il fut un temps où l'homme était poète

Et clamait ses vers prétentieux à tout l'univers,


Le peut-il aujourd'hui,

Retrouver ses lettres de noblesses?


Moi, je donne des coups de pieds

Dans de vieilles poubelles entassées le long des trottoirs


Et à quoi ça m'avance tout ça,

De rentrer chez moi tout crotté?


L'ordure passagère a envahi nos pensées

Et le monde entier est devenu

Camion-poubelle!

 

 

 

 

 

 

Le secret du bonheur




Un jour une voix m'a dit,

Pour être heureux,

Ne respire que le vent,

Ne regarde que le ciel

Et surtout

Ne chante qu'au printemps!

 

 

 

 

 

 

 

Un air de printemps




Une façade baignée par le soleil,

Des oiseaux qui crient dans le ciel,

Des arbres verts au détour d'une rue..

Et nous voilà heureux comme les gens :

Les gens de nulle part,

Les gens de toujours!

 

 

 

 

 

 

La liberté




Il est loin le chemin de la liberté,

Il est loin!

Le jour où je pourrai chanter,

Le jour où je pourrai aimer

Enfin,

Pour ne plus devoir attendre

D'assouvir ses désirs, ses espoirs

Enfin,

Pour se débarrasser de ce passé

Qui est rempli de tant de chagrins.

Mais il est loin le chemin de la liberté,

Mais il est loin!

 

 

 

 

 

 

 

 

France




Petite fleur, au cœur de pierre,

Qui est tu exactement?


Petite fleur, au nom de France,

Aimes-tu vraiment?


J'ai souvent erré dans ta patrie,

Mais sans jamais pouvoir te rencontrer.


Petite fleur, au cœur étrange,

Existes-tu vraiment?


L'amour ne serait-il alors

Qu'un mensonge?

 

Et la liberté,

Qu'une chimère?

 

Mais non, je n'y crois pas.

 

Car je sais qu'en toi seule

Demeure cette croyance,

Vieille comme le monde,

 

Qu'au printemps tout peut renaître :

L'amour, la liberté et la sincérité!



 

 

 

  

 

 

 

Assis au bord du lac



 

Parfois la terre ressemble

A un paradis,

Quand le vent est doux

Et nous caresse les joues,


Quand le bruissement des feuilles,

Au dessus de nos têtes,

Imite à merveille un concert d'applaudissements,


Quand le soleil se mire

Dans les eaux du lac

Et nous renvoie des reflets

D'or et d'argent,


Quand les parfums, venant de la rive,

Nous ouvrent les narines

Et les remplissent d'odeurs de vase et

d'algues marines;


Je me lève alors de mon banc,

Le coeur rempli de bonheur :

Celui d'avoir satisfait tous mes sens.


Pour moi la journée a été bien remplie

Et m'en vais maintenant heureux!

 

 

 

 

 

 

 

Oisiveté



 

Comme je ne travaille pas

Et que j'ai tout le temps devant moi,

Je regarde la marche des nuages;


Tiens, il y en a un tout blanc

Qui file dans l'océan

Tout bleu du ciel!


Il est léger et vaporeux

Comme moi

En cette fin de l'été 2006.


Étrangement des questions

Assaillent mon coeur..


Mais qu'ai-je fait durant ces vacances?

Pas grand chose.


Mais qu'ai je fait aussi de ma vie?

Rien non plus.


Quelle drôle de chose

Que cette conscience humaine!

 

Je trouve que c'est de l'orgueil

Mal placé, non?


Et les animaux se demandent-ils

S'ils ont réussi leur vie?


Non, je ne le crois pas.


Car ils savent très bien

Que seul le présent compte,

Le reste n'est que vanité.


Sur cette leçon tirée de nos amis

Les animaux,


Je m'en vais sans culpabilité

Profiter de la vie !

 

 

 

 

 

 

 

 

Rêve d'aventures




Je suis comme le chat,

Couché sur le toit brûlant de la cité :


Je regarde la ville

Avec des yeux d'illuminés!


Faut dire aussi

Que les pigeons autour de moi

Ne m'amusent plus guère..


Car je préfère de loin,

Imaginer dans les méandres

De la ville,


Ces milliers d'aventures

Où je serai le roi de la cité!

 

 

 

 

 

 

 

 

Profit'âge



 

Je profite de ma liberté,

Volée aux hommes esclaves,


Pour aller visiter les palais

De leurs princes adorés!


Oh rassurez-vous, je ne touche à rien,

Ni à leur or ni à leur vin!


Car je suis le visiteur

Dont la liberté est la seule amie;


Les pièces sont larges et désertes;

Seul un gardien veille au mensonge,


Au mensonge organisé, planifié

Par le grand Nestor!


Tandis qu'au dehors ouvragent

Les hommes esclaves


A l'édification

Des oeuvres en plâtre!

 

 

 

 

 

 

 

 

Foule




Mourir tout seul

Au milieu d'une foule,


Mourir tout seul

Au milieu d'une ville,


Tel est le destin de l'homme de demain!


Montre lui les dents :

Elle te montrera les siennes,


Sourit lui :

Elle te sourira,


Pleure :

Tu pourras pleurer

tout seul !

 

 

 

 

 

 

 

Vénézia



 

La lumière était belle aujourd'hui,

Comme un soleil Vénitien!


Et l'amour était beau,

Comme un paquebot

Amarré à la lagune..


Et je tenais ta main,

Ocean de tendresses,

Près du pont des soupirs,

 

Telle une mère, qui jadis,

J'allais promener

le long des canaux,


Boire un cappuccino

Et escalader le Rialto,


Laver nos pèches

A l'eau d'une fontaine


Et manger des saucisses

Assis sur des cageots!


Oh Vénézia, Vénézia,

Tu seras toujours

Près de mon coeur!

 

 

 

 

 

 

 

 

Cache-cache!




Bonheur où te caches-tu?

Tu sais, je te cherche bonheur!

Te caches-tu,

Derrières les feuilles, les branches,

Derrière moi?

Allez, arrête de jouer avec mon coeur

Bonheur..

Tu sais, il a déjà beaucoup souffert !

 

 

 

 

 

 

 

 

En marchant..




Les femmes accouchent,

Les philosophes pensent,

Les flics traquent les voyous,

Les journalistes..le scoop,

Les militaires..la guerre,

Les commerçants..l'argent,

Les hommes politiques..les électeurs,

Et moi je pense à tout ça,

En marchant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vivre en incertitude




Je suis né en incertitude,

Je suis né dans le doute :


Pays où il ne fait pas bon vivre

Car tout est bâti sur des sables mouvants :


L'amour, la paix, la guerre,

Oui, elle aussi !


Tolstoï, le fortuné,

N'aurait pas fait long feu

Dans ces régions où rien ne dure :


La chute, la victoire !


Où mensonges et vérités

sont la même chose?


Les voiles de mon radeau

Se gonflent maintenant d'incertitudes

Et ça souffle fort !

 

Je poursuis mon voyage

Dans le pays où je suis né..

 

 

 

 

 

 

 

L'homme libre




Pour fuir l'esclavage

Et  la tyrannie des hommes,


J'ai gravi des montagnes

Et traversé des terres arides


Où plusieurs fois la mort

Faillit m'emporter!


Ce fut un périlleux voyage..

Mais aujourd'hui je suis heureux,


Car je vis seul,

Avec mes chiens et mes chats;


Les seuls compagnons

Qui ne m'ont jamais trahi!

 

 

 

 

 

 

 

Le fleuve du temps



 

Le temps est un fleuve immense

Sur lequel nous naviguons

Sans trop savoir où nous allons..

Certes, l'avenir,

Mais quel avenir pour nous?

Et certains pour y parvenir

Ont des embarcations de fortunes

Et d'autres..chargées de canons!

Mais pourquoi tant de précautions?

Alors que nous savons tous

Qu'un jour le fleuve aura notre peau;

Cette peau, qui hier brillait au soleil,

Sera demain gonflée par les eaux

Chargées de boue et d'excréments,

Et nos corps à la dérive

Seront alors le spectacle du ciel

Et des grands bateaux sillonnant

Le grand fleuve du temps!

 

 

 

 

 

 

 

Le rêve du pharaon




Tel un pharaon,

Dénué de sens populaire,


Je construis ma pyramide

Au fond du désert :


Là où je rêve d'immortalité !


Le peuple, quant à lui,

Part à la recherche

De sa nourriture quotidienne;


Seuls les fous me comprennent,

Car demain tout aura disparu :

L'argent, les honneurs, nos enfants!


Voilà le destin que je veux

Au fond d'une tombe

Où la lumière ne rentre plus.


Pourtant comme j'aime la lumière,

Comme j'aime ce soleil !

 

Ceci sont les paroles de mon vivant

Emportées par l'océan du temps.


Et quand les milles ans seront passées,

Je rêve alors d'un bel explorateur,

Beau comme un dieu


Qui, ouvrant ma tombe,

Me trouvera toujours beau,


Le corps exhalant le parfum

Des fleurs et d'encens;


Il cherchera à découvrir

Ce que fut ma vie, mon histoire


Et je l'aiderai à cette tache

Par mes oeuvres à mes côtés,

Faites d'argiles et de papyrus;

Il les étudiera et essayera de les comprendre.


Et après des années d'études,

Il connaîtra enfin mon nom

Et le dévoilera au monde des vivants;


Mon rêve d'immortalité

Sera enfin exhaussé!


Note pour les officiels :

Messieurs, quand vous aurez étudié mon corps par tous ses aspects, je vous prie de le redéposer au fond dans son sarcophage et dont l'unique protection est sa pyramide. Car à propos de vos musées, je n'ai aucune certitude quand à leur pérennité.

Je vous dis au revoir, en espérant que les paroles d'un mort puissent encore être entendues par les vivants!


 

 

 

 

 

 

 

L'impossible bonheur




L'homme n'est pas fait pour être heureux,

Puisqu'il s'habitue à tout ;


Il s'habitue aussi bien à vivre

Avec peu qu'avec beaucoup,


Donnez-lui toutes les richesses de la terre

Et il commencera à dire  


Qu'il s'ennuie dans son palais

Des milles et une nuit !


L'homme n'est pas fait pour être heureux,

C'est ce qu'il m'a dit aujourd'hui !


 

 

 

 

 

 

 

Soleil couchant




Oui je l'avoue,

J'ai aimé posé mon corps

Contre ton corps

Dans les

Soleils couchants de l'aurore,

Puis ma bouche sur ta bouche

Comme pour t'empêcher de parler,

Puis ma main sur ta main

Comme pour me faire pardonner.

Oui, tout cela est vrai,

Car tu ne me l'a jamais reproché.

Oh ciel chargé de sang,

Ce jour là,

j'ai cru faire l'amour avec la Terre!


 

 

 

 

 

 

 

Un monde pourrissant



 

Ma vie est elle si noire que cela?

Ok, oublions l'alcool

Et  regardons de près les choses :

Non, je ne suis pas si malheureux

Que je le prétends.

Mais alors pourquoi ces sombres

idées qui parfois m'envahissent

Et me font voir le monde tel qu'il est :

Médiocre, mesquin, hypocrite!

Où la sentence semble définitive

Pour les honnêtes gens.

Oui, ce sont bien là, je crois,

Les raisons de mes tourments;

Un monde se pourrissant de l'intérieur

Et qui nous envahi tout doucement

Jusqu'à la moelle de nos os!


 

 

 

 

 

 

 

Destinée




Signe d'un mot ton destin..
.Ne reviens plus jamais,

Part sur les chemins!


 

 

 

 

 

 

 

Couleurs




Le vert et le bleu

De l'arbre et du ciel

Sont une merveille

Pour ceux

Qui ont les yeux ouverts!


 

 

 

 

 

 

 

Peur




Je tremble d'arriver en retard,

Tellement j'ai peur de la décevoir.

Sans elle, je serais déjà loin.

Mais où?

J'en sais rien.

Peut-être déjà mort?

Oui, sûrement.


                                                               A ma mère..

 

 

 

 

 

 

 

Parking




Le brouillard inonde le ciel

De vapeur froide,

Où des corbeaux croassent

Avec béatitude!

 

 

 

 

 

 

 

 

Métal




L'odeur du métal sur mes mains,

Comme l'odeur d'un crime !


 

 

 

 

 

 

 

Éternité




Il rêvait d'un foyer,

Comme on rêve

D'une douce chaleur à ses côtés,

Où printemps, hiver, été

Passeraient comme l'éternité !


 

 

 

 

 

 

 

Mes hôpitaux




Je tourne autour

De mes anciens hôpitaux,

Comme un vieux

Autour de ses vieux souvenirs,

Avec l'espoir d'y trouver

Quelques douleurs perdues,

Pleines de douceurs et de souffrances..


 

 

 

 

 

 

 

Obscurité




Monstres aveugles,

Nous sommes pour vous

Qu'une main chaude

Qui vous caresse et vous nourrit.

Vous ignorez nos visages,

Mais votre regard s'étonne

De nos mains tendues vers vous!


 

 

 

 

 

 

 

Pure




Ils sont jeunes,

Ils sont beaux

Et ils s'aiment..

Quoi de plus naturel

Sous ce ciel d'été,

Où des oiseaux chantent

Virevoltent

Dans l'air limpide du soir !

 

 

 

 

 

 

 

Nuage




Comme un vieux rêve

Au dessus de ma tête,

Nuage

Je m'en irai !


 

 

 

 

 

 

 

Cher ami




Pour ne pas te donner

L'impression de mourir,

Je te dessinerai un bateau

Voguant au delà des mers

Comme un oiseau de paresse..


 

 

 

 

 

 

 

Os




Les mauvaises pensées chez

L'homme,

Se transforment-elles en graisse ou

En os?


 

 

 

 

 

 

 

Gisèle



Pauvre Gisèle, pauvre fille des temps perdus!

Seule au monde,

Devant ces hommes brutaux,

Qui veulent ton corps,

Tu voudrais qu'on t'aime

Pour ce que tu es vraiment :

Un enfant de l'amour.

Mais porté par le silence des mots,

Seul ton regard exprime

L'antique souffrance

Du monde sans âge,

Où le pourquoi pas
Devient ta seule raison de vivre!

Pourquoi pas mourir?

Pourquoi pas vivre?

Pourquoi ne pas transgresser

Ce que Dieu a fait pour vous

Mais pas pour moi?

Pourquoi pas rire?

Pourquoi pas pleurer?

Pourquoi ne pas garder

Silence au fond?

J'ai assez pleuré aux bras des singes,

J'ai assez pleuré au bord des fleuves,

J'ai assez pleuré, un point c'est tout.

Oh, ma douce Gisèle,

Que ta peau est belle!

Chantent les caméléons.

Pourquoi pas s'amuser ensemble,

Alors que le monde est si triste, non?

Oh, ma douce Gisèle,

Viendras-tu nous donner l'illusion de l'amour :

L'illusion d''avoir aimé?

Oh, ma douce Gisèle,

Pourras-tu m'aimer,

Moi l'inconnu qui vit sans amours,

Sans lois à respecter,

Sans patrie à glorifier?


 

 

 

 

 

 

 

J'aime




J'aime regarder les astres briller

Au fond de la nuit..

J'aime entendre ta douce voix chanter

Au fond de mon coeur..

J'aime sentir couler cette eau pure

Au creux de mes mains..

J'aime sentir ta main posée

Sur mon épaule, fidèle ami,

Et marcher ensemble

Dans les rues des cités anciennes..

 

 

 

 

 

 

 

 

Cap de Bonne Espérance




Le plus difficile dans la vie,

C'est de passer le cap de l'espérance.

Car après celui-ci,

Les vents nous sont

A nouveaux favorables..

Et

C'est l'Inde qui parfume l'océan

De ses épices de safran..

Et

C'est l'Inde qui par sa multitude

Offre à chacun une philosophie.

C'est l'Inde

Après le cap de Bonne Espérance!

 

 

 

 

 

 

 

Nature

 

 

Je cherche la vie

Pour rompre avec ma solitude..

Et pour cela, je m'évade souvent à la campagne

Pour voir pousser l'herbe et

Écouter le vent souffler à travers

Les arbres et les champs.

 

Tout cela est bien vivant,

Malgré qu'aucune parole ne soit prononcée.

Oh, mère nature, tu es ma seule consolatrice,

Jamais tu ne me déçois!

 

Même sous l'orage, ta pluie est bénie.

Même sous le soleil, tes sous-bois

Sont frais comme l'eau d'une fontaine

Où sommeille tout près

La belle au bois dormant.

 

Pour tout l'or du monde

je ne la réveillerai !

Car c'est ton visage, oh mère nature, que j' y aperçois :

Un visage qui respire la tranquillité

Et qui veille tendrement sur ses enfants.

 

                                                        Le 22 Août 2006 dans les  monts d'or.

 

 

 

 

 

 

 

 

La morgue amoureuse

 




Ils firent l'amour dans la morgue,

Au milieu des cadavres exquis,

Où la mort semblait comme

Frissonner de joie!

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouvelle civilisation

 




Je voudrais créer une nouvelle civilisation!

Et  pour cela, il me faudrait de l'or, des rubis

Et des perles d'océanie..

Pour bâtir des hommes nouveaux

Ainsi que des Dieux

Au marbre fraîchement taillé !


 

 

 

 

 

 

 

Cap Horn

 




Cette idée de me battre

Contre vents et marées

Me plaît énormément..

Comme l'espoir succédant

Au plus grand découragement !

 

 

 

 

 

 

 

Le testament du poète



 

Qu'est-ce qu'un poète,

Sinon qu'un guerrier?


Des temps anciens

Ou des temps futurs?


C'est comme vous voulez..


Et s'il parle de son cœur

Comme une femme,


Ne pensez pas pour autant

Qu'il a jeté les armes,

Oh non.


Car sa faiblesse,

C'est sa force.


Et répondre sans craintes aux joies

Et aux tourments de son cœur,


C'est regarder bien en face

la vie et la mort :

Ce dont il n'a pas peur.


Voyageur intemporel,

Il aime par dessus tout


L'insouciance des jours et

la vie en solitaire.


Mais ce qui le terrifie le plus,

C'est l'ennui dans la vie ordinaire!


Mes amis, s'ils vous venaient un jour

L'envie de vouloir tuer un poète,

 

Il serait vain d'utiliser vos armes en acier,

Car Il vous vaincra.


Pour pouvoir le tuer,

Votre indifférence suffira.


Quelle arme redoutable

Que l'indifférence, non?


Ainsi sa mort ne sera point

Suspecte à l'égard du monde


Et  le poète pourra disparaître

Complètement de la surface de la terre.


A sa place naîtra le désert

Et l'empire des fous!


 

                                                                                  Le 5 Septembre 2006

 

 

 

 

 

 

 

Le poète incompris



 

Je suis poète, je ne suis pas un ouvrier!

Et moi ce que j'aime,

C'est  respirer l'air de la liberté.


Et tous vos discours :

Hommes politiques, syndicalistes, patrons,

Moi je n'y comprends rien,

Car je suis hors de tout ça.


Comme c'est difficile de se faire entendre!

Mais je vous le répète encore une fois,

Je suis poète, je ne suis pas un ouvrier!


                                                                            Le 8 février 2007


 

 

 

 

 

 

 

Friches




Mon rêve serait de faire un jour

Une littérature sauvage,

Comme ces friches que l'on voit

Le long des chemins de fer,

Où pousse le coquelicot

Au milieu des herbes folles !

 

 

 

 

 

 

 

 

Triste petit Poucet




Depuis que maman est morte,

Mes promenades sont devenues

Des lieux de pèlerinage :

Là où j'avais semé, sans le savoir,

Les cailloux de nos souvenirs.


 

 

 

 

 

 

 

L'enfant du hasard




Si  je suis seul aujourd'hui,

C'est parce que je suis un enfant

Du hasard..

Et comme tout enfant du hasard,

Je sais que ces gens vivent  seuls.

 

 

 

 

 

 

 

La haine



 

Comme un p'tit gars des banlieues,

Je sens la haine monter en moi..


Et si j'avais une bombe

Aussi grande que la ville de Paris,


je la jetterais bien

Au milieu de l'hémicycle !


Mais non, j' plaisantais,

Messieurs les ministres!


Car si voyou je suis,

Je ne le suis qu'avec les mots :


Ces mots chargés de sang et de haine

Que la révolution Française avait porté

Magnifiquement comme un étendard !


Vous rêveriez de m'arrêter

Pour vous avoir dit la vérité,

Messieurs les ministres-rois.

 

Mais vous ne le pouvez point.

Car si voyou je suis,

Je ne le suis qu'avec les mots :


Ces mots

Dont les ratés de l'aristocratie

Ont fait des hécatombes!

 

 

 

 

 

 

 

 

L'homme fatigué




J'ai gâché ma vie à des choses inutiles,

J'ai navigué sur des fleuves sans issues,

J'ai erré sur des terres inconnues :

Là où les morts ont des jardins magnifiques !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bête humaine



 

Je suis comme un animal :

Je suis trop indépendant

Pour me corrompre

Avec les êtres humains!

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand je pense à ma mère..




Mourir,

C'est tout laisser derrière soi :

Ses enfants, ses habitudes, ses meubles,

Ses effets personnels..

Mon dieu, la vie quel monstre!

 

 

 

 

 

 

 

 

La réponse du sage




As-tu réussi ou raté ta vie?

Réponse du sage :

Ni l'un ni l'autre,

Car je n'ai pas vécu.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sonnet d'hiver




Un immense frisson

Passa sur la terre

Et  j'entendis un cri :


Celui des corps souffrant

Du terrible hiver!


Mon âme prit peur et

Partit se réfugier dans un royaume

Meublé de rêves chauds;


C'est l'hiver qui frappait à ma porte

Et  me disait très froidement :


Allez Houst, du balai,

Je n'ai que faire de tes

illusions d'un printemps!

 

 

 

 

 

 

 

 

Printemps




Les fleurs, les belles fleurs m'interrogent

inlassablement..

Mais pourquoi, pourquoi tant d'amour?

 

 

 

 

 

 

 

 

Vieillesse




Un vieux peuplier

N'avait plus de branches

A son tronc :

Un unique feuillage

Couvrait son front!

 

 

 

 

 

 

 

 

Un avant goût de la solitude




 

Ma mère est partie au cinéma cet après midi

Et je suis seul à la maison :

Je sens déjà le poids du silence et du vide

autour de moi

L'orsqu'elle ne sera plus là!

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand mensonge




Ils criaient tous :

Vive la démocratie! Vive la démocratie!

Mais juste ciel, les hommes auraient-ils

Trouvé l'Etat juste, l'Etat providentiel?

Mais, oh surprise,

Je les vois tous maintenant  

Heureux du plus riche

Au plus pauvre !

 

 

L'auteur veut expliquer par ce poème que l'existence même de la démocratie

est  liée à sa capacité a faire coexister ensemble le riche et le pauvre et sans

que l'un et l'autre se sente "rouler" par l'autre : le pauvre par son maigre salaire

et le riche par trop d'impôts pour acheter la paix sociale. Il est évident que si un jour

ce fragile équilibre était brisé, il  y aurait à nouveau une guerre entre les riches et les pauvres,

d'ou une guerre civile.


 

 

 

 

 

 

Prière



 

Oh, printemps adoré,

Dites-moi ce qu'il faut aimer,

Est-ce l'amour ou l'éternité ?


De ton feuillage, j'envie sa jeunesse

A chaque fois nouvelle.

De ton soleil, j'envie sa puissance,

Celle-ci éternelle.


Les fleurs éclosent dans les champs

Sont si belles

Que ma voix les appelle par un doux

Murmure.

 

Pourquoi ris-tu tant de ma naiveté?

Est ce impropre de te demander,

C'est quoi d'être aimé?


Pourquoi exploses-tu de vie,

Alors que mon cœur est si triste?


Suis-je en retard d'une saison,

Ou bien,

N'ai-je pas bien compris la leçon?

 

 

 

 

 

 

 

 

Avril




De quel côté dois-je me tourner,

Oh mon dieu,

Vers le ciel ou vers la terre?

Car la nature est si belle

Et le soleil si beau

Que mon cœur parle à regrets!

 

 

 

 

 

 

 

 

Astres




Je suis comme une étoile dans la nuit :

Je diffuse une lumière douce et agréable,

Mais parfois violente

Quand des nuages magnétiques viennent

Perturber mon environnement spatial.

Surtout ne me demandez pas

Pourquoi je brille :

Car c'est mon coeur qu'est en fusion!

Autour de moi, il y a plein d'étoiles mortes

Que seul le soleil éclaire

Et vous font croire

Qu'elles sont toujours vivantes!

 

 

 

 

 

 

 

 

Eveil




Le long des fleuves endormis

Et  loin des regards humains

Poussent des fleurs magnifiques..

Le temps miraculeusement

les avait épargné

Du sort ingrat de la beauté

Qui ne dure qu'un seul jour :

Le temps de l'amour et de la guerre.

Ces fleurs magnifiques

Ont des parfums subtils,

Sacrés et chargés de douces mélancolies.

S'il vous arrivait un jour

De les respirer,

Soyez certains

Qu'ils vous éveilleraient à la vie !

 

 

 

 

 

 

 

 

Vacances à Paris



 

Et si ma mère mourrait demain,

Mais qu'aurais-je fait pour elle,

Pour allèger ses vieux jours?

Donc c'est décidé, cet été je l'emmerai

Visiter Paris :

On visitera la tour Eiffel et on

Descendra la Seine en bateau mouche,

Et puis ensuite, on dinera au restaurant

Comme des princes.

Ca c'est juré !

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour de vacances




Demain je reprends mon boulot..

Et je me demande

Si tout cela est bien raisonnable?

Car ma seule envie en ce moment,

C'est de continuer ces vacances

qui pour moi et maman

se sont bien passées :

Dernièrement, nous sommes allés à Paris

Et où contre toute attente,

Nous avons pu retrouver notre belle

Et tendre insouciance;

Comme de nous lever à l'heure

qu'on voulait,

Ainsi que d'allez flâner

Par n'importe quel temps :

Qu'il pleuve ou qu'il vente!

A ce propos,

j'ai un merveilleux souvenir

A vous raconter :

il s'agit de l'île Saint-Louis

Par un temps de pluie,

Où nous avons mangé, en terrasse,

Une délicieuse omelette aux champignons.

Comme maman était heureuse alors!

Voilà des bonheurs que je n'oublierai Jamais.

Nous sommes aussi passés devant  l'hôtel

Où Baudelaire a vécu

Lorsqu'il en avait encore les moyens, etc etc.

Mais aujourd'hui la réalité

Semble vouloir reprendre le dessus.

Pourtant comme j'aurais souhaité

Prolonger ces vacances

Pour mon seul plaisir!

Mais plaintes inutiles,

Car nos tyrans ce sont bien les hommes

Et non les jours en fuite!

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais qui sont les oiseaux?

 

Ce sont nos frères et nos soeurs

Qui ont décidé un jour d'être libre !

 

 

 

 

 

 

 

 

Humanitus




Je fais comme si J'étais riche,

Je fais comme si J'étais heureux,

Je fais comme si J'aimais tout le monde.

Mais tout cela est faux,

Car je mens comme un homme !

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme Rimbaud



 

Je suis comme Rimbaud :

Je dois travailler pour gagner ma vie.

Je suis comme Rimbaud :

Je dérègle mes sens afin de me faire voyant,

Voyez...

J'écris de la poésie que personne ne comprends !

J'écris des romans que personne ne lit !

Je fais des chansons que personne n'écoute !

Vous faut-il d'autre preuves, mon ami?

Je suis comme Rimbaud :

Je finirai en enfer !

 

 

 

 

 

 

 

Apparences



Quand on rate tout dans la vie,

On pourrait se croire maudit par les Dieux.

Mais en y réflèchissant bien,

Cela est faux.

Car les hommes élisent des hommes

Et rien que des hommes!

 

 

 

 

 

 

 

 

Prophétie



 

Tant que nous sommes esclaves,

Nous aimerons le blues.


Tant que nous sommes rebelles,

Nous aimerons le rock'n'roll.


Mais si un jour, nous abolissons l'esclavage et  le mal de vivre,

Ces deux musiques disparaîtrons

A tout jamais,


Afin de laisser à la place

Une autre musique :


Où souffrance et rebellion seront jugées

Comme une faute de goût !

 

 

 

 

 

 

 

 

Décalage 70




Pendant que le monde jouissait,

Lui il faisait des mathématiques!

 

 

 

 

 

 

 

 

L'existence humaine




Les hommes boivent, mangent, rient,

Pleurent, rôtent, pètent, font l'amour,

Font des enfants, travaillent,

Prennent de temps en temps des

Vacances, puis ils meurent.

Voilà l'existence humaine!
Triste, non?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux morts

(sur l'ile des morts au parc de la tête d'or)

 

Non, je ne dirai pas que vous êtes morts pour rien,

Car ce serait infâme de ma part.

Je ne dirai pas, non plus,

Que vous êtes morts pour la France et pour la liberté,

Car ces deux là ne méritent pas votre sacrifice.

 

En posant un pied sur votre tombe,

Où le flambeau était éteint depuis bien longtemps,

J'ai ressenti beaucoup de peine pour vous;

Car les hommes vous avait abandonné, ici, sur cette ile,

Où les oiseaux étaient devenus vos seuls compagnons.

 

En fait, ce qui me desolait plus que tout,

Cétait ce beau soleil qui inondait de clarté

Ces hautes stèles,

Où vos noms étaient à moitié éffacés par le temps.

 

Oh poète que je suis,

J'ai aussitôt entendu votre chant;

Celui des morts :

C'était une mélodie grave, composée de quelques notes.

 

Puis, tout à coup, le chant d'un oiseau

Sortit d'un arbre,

Comme pour me dire que je ne devais pas pleurer,

Mais plutôt chanter, car j'étais le poète !

 

Revenant sur mes pas, j' allai m'asseoir

Près de l'eau, sur ces marches de pierre,

Où une brise légère voulait semble-t-il

Continuer mon poème.

 

Non, mes chers enfants,

Vous n' êtes pas morts pour rien.

Car les monuments que vous avez laissé en votre mémoire,

Et  qui seront oubliés à tout  jamais,

Ne le seront point par les poètes :

Par ceux de tous les temps

Et qui veilleront sur votre tombe,

Comme une mère près de ses enfants !

 

                                 Poème composé le 22 Octobre 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bonheur est dans le parc

 

 

 

Petite poule d'eau,

Tu gambadais dans l'herbe mouchetée de soleil,

Puis plongea dans l'eau fraîche du lac

Quand tu m'aperçus !

 

Petite poule d'eau, n'aie pas peur,

Tu ne savais pas, mais moi j'enviais ton sort.

Car la nature est ton amie

Et tu lui dois tout ce que tu es :

 

Elle t'aime comme tu l'a hais;

Tu te nourris à la fleur de son sein,

Puis quand arrive l'hiver

Son sein se glace

Et tu as peur de mourir de faim!

 

Et tu te demandes si demain

Le printemps reviendra,

Avec la saison des amours

Et des baignades au bord du lac,

Où des poètes se prenaient

Pour des oiseaux !

                                                    

                                                                Le 5 Septembre 2007                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La sentence du bonheur

 

Accepte ta sentence, mon fils,

Et qui est celle du bonheur!

 

Accepte que le ciel s'ouvre devant toi

Et  déverse à tes pieds ces milliers de fleurs..

 

Accepte ce que les dieux offrent à très peu de gens :

Accepte leur amour en récompense !

 

Oh poète, toi qui a chéri mes bois sacrés

Et mes forêts endormies,

Tu mérites tout cela !

 

Va, fils, poursuis ton chemin

Et embrasse sur ton passage

 

Mes branches pailpitantes

D'amours et  d'espoirs

De toujours te revoir !

 Poème composé le 22 Octobre au parc de la tête d'or

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me souviens

 

Est-ce dû au froid que mes yeux pleurent

Ou bien

A mes souvenirs qui reviennent?

 

Le temps a passé si vite

Que j'ai atteint la vieillesse

Sans avoir joui de la vie !

 

Maman n'est plus de ce monde

Depuis bien longtemps

Et je pense souvent à elle

Quand arrivent  les nuits d'hiver..

 

Parfois le désespoir s'empare de moi

Et voudrait me précipiter dans le néant,

Mais mon bras n'est armé que d'une lyre !

 

Oh, poète que je suis,

Je pleure la perte inconsolable d'une mère

Qui fut autrefois la source de mon bonheur!

 

Maintenant que je suis seul,

Plus personne ne m'aime !

Plus personne ne s'inquiète pour moi !

 

Est-ce dû au froid que mes yeux pleurent

Ou bien

A mes souvenirs qui reviennent?

 

Oui, c'est bien pour ces deux raisons à la fois :

Au vent de l'hiver qui souffle dans ma mémoire

Et qui me fait pleurer des larmes pour toi.

 

 

 

 

 

 

 

 

L'absente

 

Quand je vivais encore avec maman,

il me semblait comme nager dans le bonheur..

Et à chaque fois que je rentrais à la maison,

Je la retrouvais assise sur son fauteuil, 

Heureuse de me revoir.

 

Mais maintenant qu'elle n'est plus là,

C'est le silence que je découvre au pas de ma porte : 

Plus aucun bruit ne sort de l'appartement..

Et quand je rentre, je découvre son fauteuil vide!

 

Frappé par son absence,

je tourne aussitôt mes yeux vers le buffet :

Là où j'ai déposé sa photo dans un cadre;

Je ressens alors comme un semblant de bonheur

Et qui est celui de croire que maman pourrait revenir.

 

Mais non, il n'y a que moi dans l'appartement,

Et son fauteuil est bien vide!

Je pose alors mes affaires et, d'un amour désespéré,

Je vais embrasser le portait glacé de ma tendre mère :

Mon seul grand amour!

 

                                       Le 21 Décembre 2007

 

 

 

 

 

 

Archipel

 

 

 

Le ciel est plus beau que la terre

Et  les nuages nous jettent des éclairs !

 

Les flaques d'eau  nous regardent d'en haut

Et nous ramènent des souvenirs d'autre part,

 

Nous nous noyons à l'horizon

Et j'aime regarder ton visage,

 

J'imagine alors le monde

Comme un enfant noyé,

 

Ta peau est blonde

Comme de la chair mouillée

 

Et tes yeux sont bleus

Comme l'océan profond.

 

Tu es beau comme un dieu !

me dit un ange

 

Je suis celui qui attend !

me dit un autre

 

J'aime l'océan

Incrusté de coquillages,

 

J'aime regarder ta peau

Couleur de corail,

 

Laisse- moi t'aimer un seul jour !

 

Laisse-moi m'enivrer de pleurs,

d'orage et d'océan !

 

C'est l'île qui t'attend

Au fond des archipels,

 

Ce sont des cascades

qui jaillissent de nulle part !

 

C'est le refrain des vagues

C'est le sable qui te caresse

C'est ma main qui te berce...

                                                                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' Artiste malheureux

 

Quand mes livres n'auront point trouvé de lecteurs,

Quand mes chansons n'auront point trouvé de public,

Quand ma vie n'aura été que vains efforts,

Alors je serai mort !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre philosophique

                                                         A lyon le 22 Août 2006

Bonjour messieurs et mesdames,

Dernièrement, j'ai acheté votre magazine" philosophie " que j'ai particulièrement apprécié pour la qualité de ses sujets ainsi que pour ses textes très bien écrits. Je ne vous cacherai pas, non plus, que cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu ce genre de magazine dit de philoso-phie et ceci très certainement à cause de la peur qu'engendre toute étude philosophique sur soi même. C'est à dire sur des questions aussi désarmantes qui concernent le sens a donner à notre vie. Durant mon adolescence, ce fut bien évidemment pour moi une joie intense d'étudier tout ceci, puisque encore pleins d'illusions et de rêves à réaliser! Mais le temps a passé et la vie m'a beaucoup déçu, c'est mon constat d'échec. En fait, c'est l'Homme qui surtout m'a déçu. Car jamais, durant mon adolesence, je n'aurai pu imaginer que ce serait cet Homme qui me mettrait des bâtons dans les roues pour m'empêcher d'être heureux. Mais il l'a bien fait et non sans en tirer un certains plaisir pour ne pas être cynique. En me replongeant dans la philoso-phie grâce à votre magazine, celui-ci m'a permis de reprendre conscience sur les choses esse-ntelles de la vie et d'une certaine façon m'a sorti d'une léthargie intellectuelle dans laquelle j'ét-ais plongée depuis de longues années. Le poids de la réalité et le discours assommant des Hommes en sont bien sûr les raisons. Licencié de mon travail depuis quelques mois, j'ai beau-coup de temps devant moi où le système social me permet de vivre sans travailler pendant 2 ans grâce à l'indemnisation obtenue pour mon licenciement, je vais pas me plaindre! Après ces 2 ans ce sera pour moi l'inconnu et très certainement le retour à la réalité où je serai une nouv-elle fois confronté aux Hommes, bref, à leur bassesse ainsi qu'à leur chantage économique. La philosophie nous apprend qu'il faut profiter de la vie pendant que nous en avons encore le te- mps, car personne ne connaît l'avenir ni les surprises auxquelles les gens comme moi ( écono-miquement fragile) peuvent s'attendre. Bref, méditons sur le temps qui passe pend ant que nous en avons encore le temps et essayons d'être en accord avec lui, là sera mon unique et peut-être dernière ambition parmi les Hommes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RESISTANCE

 

C'est bizarre, mais j'ai l'impression depuis quelques temps de faire de la résistance face à cette culture de masse que le gotha médiatique (journalistes, hommes politiques etc) a érigé pour nous manipuler comme des moutons. Mais ce qu'il y a de plus absurde dans leur attitu-de, c'est de penser que je voudrais en faire partie. Mais là, je pense qu'il y a comme un gros malentendu entres nous. Car ma solitude artistique et intellectuelle me convient très bien, puisque je peux m'exprimer en toute liberté sans devoir rendre de comptes à personne. Bref, une vraie liberté qui n'est point à vendre et non corruptible, ce qui les effraye le plus. En fait, s'ils croient que je voudrais faire partie de la culture de masse, c'est parce qu'ils doivent se croire invincibles, c'est à dire qu'ils sont convaincus de détenir entre leurs mains comme les tenants et les aboutissants de notre histoire commune. Ce n'est ni plus ou moins cela qui les fait agir de cette façon si arrogante. Mais personnellement, je suis convaincu que ce n'est pas parce qu'on est créateur d'événements méiatiques qu'on aura le dernier mot de l'Histoire. Pour avoir pensé de cette odieuse façon( à cette arrogance médiatique), je leur cracherai bien au visage. Mais ils s'en foutent complètement de ce que je peux leur envoyer à la figure, car ils portent tous des masque et tout ce que je peux leur dire ne les touche même pas. Donc retour à la case départ. En fait, leur seule motivation, c'est de servir les puissants afin de nous asservir à leurs croyances. La première est celle qui voudrait nous faire croire qu'il nous suffi-rait( nous, la masse) de voter pour un démocrate( celui qu'ils nous proposent) afin sauver not-re pays de la ruine et de la guerre civile! Je pense que leur démarche intellectuelle est bien trop légère pour pouvoir nous convaincre véritablement, car si nous sommes toujours en dém-ocratie, ce n'est pas grâce aux médias, mais bien grâce à nous tous qui le voulons bien. Et si nous souhaitons un jour changer la société, c'est nous qui le déciderons et non les médias qui ne ferons que suivre le mouvement général. Voilà comment se font les choses et non autr-ement. Bref, la charrue n'a jamais tiré les boeufs, car si c'était vrai on le serait depuis longte-mps, n'est-ce pas? Mais il est vrai aussi qu'en jouant tous les jours( grâce à leurs actualités télévisées) sur nos opinions qui par définition varient selon nos humeurs et l'état de nos fin-ances, ils arrivent tout de même à nous manipuler en étudiant notre comportement vis à vis de tel ou tel événement. La suite de l'histoire sera de choisir tel ou tel sujet avec un personnage qui en parlera de telle façon( comme sortie d'une boite) pour poursuivre leur manipulation, celle de la masse, comme l'avait très bien compris Lénine, Staline et même Hitler. En fait, rien n'avait véritablement changé depuis les révolutions du Bolchevisme et du national-socialisme où désormais on continuait à manipuler les masses avec des moyens différents, c'est tout. Aujourd'hui, c'était de la haute technologie qu'ils employaient afin d'arriver à leur fin, ce qui nous faisait entrer de plein pied dans la dictature de l'information! Où Internet n'y était pas étranger avec ses énormes calculateurs installés par Google et autre géants du numérique qui suivaient très attentivement nos sujets de discution sur les réseaux sociaux pour en faire des bases de données qui seront ensuite vendues aux sociétés commerciales, aux médias et à nos institutions politiques etc. Bref, le Big Data étant devenu aujourd'hui le graal pour nos hommes politiques et qu'ils utiliseront afin de nous manipuler comme des moutons. En fait, nous n'étions pas loin de ce monde rêvé par nos manipulateurs professionnels ou autres insti- tutions politiques qui connaîtront désormais en temps réel nos humeurs, nos inquiètudes, nos désirs, nos attentes etc. Bref, un logiciel à la tête de nos États pour nous diriger efficacement et non plus des hommes imparfaits? Par ce fait indéniable, par la haute technologie, aurions-nous pas atteint la société idéale, le monde parfait pour nos semblables ou bien la nouvelle dictature numérique pour demain? Ne vous sentez-vous pas aujourd'hui comme épié, observé par des yeux énormes? N'avez-vous pas l'impression qu'on veuille vous voler vos dernières libertés qui sont celles d'agir et de penser selon votre guise? Tout ceci est bien évidemment humiliant pour tous les hommes libres qui veulent le rester. Pour être objectif avec vous, je crois que leur manipulation fonctionne, mais peu de gens s'en aperçoivent. Car comment ne pas l'être quand tous les jours on vous lave le cerveau avec des informations manipulées très adroitement par des experts qui sont payés grassement pour le faire? Difficile de résister, n' est ce pas? Sachant en toute lucidité que nous vivons désormais dans une société de conso-mmation( où tous nos rêves et désirs sont surveillés de près par des professionnels de la communication), étudions cette deuxième croyance inventée par les médias qui est de nous faire croire que consommer plus nous rendra heureux( car notre pays deviendra alors plus riche et par conséquence nous enrichira tous par la même voie). Mais qui peut bien croire à ces mensonges, mon dieu? Personne. Et pourtant les gens y croient dure comme fer( le nou-vel opium du peuple?), alors que leur pouvoir d'achat n'a fait que baissé depuis cette dernière décennie. L'euro n'aurait-il pas précipité les choses( serait-ce là aussi une manipulation politi-que), car l'union européenne ne devait-elle pas nous protéger de la mondialisation, non? Mais comme je vous disais précédemment, leur manipulation a très bien fonctionné, je me dois de vous l'avouer. J'ai tout à l'heure comparé nos médias avec les systèmes dictatoriaux d'autre- fois, en exagérant un peu bien sûr. Car même s'ils ont en commun le goût de manipuler les masses, leur but est idéologiquement différent. En ce qui concerne nos médias, leur but est d'imposer au masse leur conception de l'Histoire par le biais de l'actualité qu'ils manipulent quodiennement, afin de la dérouler dans telle direction pour pouvoir la contrôler. Dans notre cas et dans notre société capitaliste, une façon de nous imposer la démocratie? C'est fort pos-sible. En ce qui concerne le système communiste, comme tout le monde le sait, leur but était d'imposer à la masse un idéal utopique de vie sociale, où il n'y aurait plus jamais d'inégalités entre les hommes (puisque la notion d'individu disparaissait au sein de la collectivité). Je sais, une belle pirouette intellectuelle, n'est ce pas? Bien sûr, tout le monde connaît la fin de l'hist-oire dont le déroulement n'a jamais pu empêcher qu'il existe des inégalités même au sein d' un système qui se voulait parfait pour organiser la vie en collectivité. Mais là est bien la com-plexité de la nature humaine. Car l'homme qui est-il exactement : un individu ou bien un mem-bre qui fait partie d'une collectivité? Mais de quelle collectivité parle-t-on? Celle qui appartient au sens large à l'humanité ou bien au sens étroit, à celle d'un pays? Je répondrais avec honnête qu'il fait partie de tout ça à la fois. Cet inconnu qu'est l'homme nous prouve une fois de plus qu'il possède un grand sens de la liberté, n'est ce pas?

 

                                                                                                  A Lyon le 21 Août 2006

                                                                                                        Le soldat inconnu

                                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

Phrase à méditer

 

J'aurais pu revenir victorieux, mais j'ai préféré perdre!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je connais maintenant le pire

Ce qu'il y a de pire, ce n'est pas

De perdre au jeu,

De perdre son boulot,

De n'avoir pas d'auto,

De ne pas être aimé

Ou estimé à sa juste valeur,

Non.

Mais c'est mourir,

Car c'est tout perdre!

 

                                                               Le 5 Septembre 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Matinée de Septembre

 

C'est une chose formidable que de pouvoir profiter de ces belles matinées de septembre qui sont pour moi des moments inoubliables de liberté que j'apprécie à leur juste valeur, qua-nd on sait que le monde autour de nous travaille contre sa volonté et est souvent vic- time de ses préjugés issus de sa profession et de sa classe sociale. Tandis que moi, rien de tout cela, je peux écrire et penser tout ce que je veux! Bonheur intense qui n'a pas de prix, ça c'est certain. Calme, volupté, créativité, ne serait-ce point ici la marque du paradis sur terre? J'ai l'impression que mon engagement intellectuel et artistique est dû essentiellement à mes échecs dans la vie. Et bizarrement, je le ressens comme une réussite au fond de moi. Je sais que c'est assez paradoxale, mais c'est ainsi que je le ressens. Car ma créativité m'apporte un véritable plaisir qui est difficilement descriptible pour une personne qui n'aurait connu jus-qu'alors que la réussite dans ses affaires : argent, amour et gloire etc. Pour prendre un exe-mple de mes échecs, prenons celui de mon licenciement, qui peut-être considéré comme un échec professionnel, le mien. Eh bien, je vous avouerai que celui-ci m'a apporté un bonheur auquel je ne croyais plus depuis des années. Je voulais parler bien évidemment de cette liberté retrouvée qui me permet aujourd'hui de profiter de la vie et de pouvoir écrire mon oeu-vre, si modeste soit- elle. Oui, j'ai du temps devant moi et il m'appartient à part entière et c' est quelque chose de formidable de pouvoir le ressentir au fond de soi. N'empêche que si pour la majorité des gens, le temps, c'est de l'argent. Moi, j'ai du temps, mais qui n'est pas à vendre. Voilà ce qui me fait dire qu'il vaut de l'or! Pour prendre un deuxième exemple de mes échecs, prenons celui de mes amours. C'est vrai que je n'ai pas de femme ni d'enfants. Et bizarrement, j'en suis pas malheureux du tout, vu que je n'ai pas les soucis de monsieur tout le monde, et plus particulièrement, ce soucis qui empoisonne souvent la vie des gens qui est celui de devoir entretenir sa progéniture et de s'inquièter pour elle et de son avenir. Moi, je n'ai pas ce genre de souci parce que je n'ai pas d'avenir à préserver. Et cet avenir tant re-douté par les gens, moi il ne me fait pas peur. Car en cas de malheur, je n'entraînerais per-sonne de ma famille dans le déshonneur ou dans la misère, mais ma personne seule. App-aremment, mon attitude vous semble bien égoïste, mon cher lecteur? Mais voyez-y plutôt de ma part comme un grand sacrifice à ne rendre personne malheureuse autour de moi. Et je peux vous assurer qu'il n'y a rien de provocateur dans ma démarche, puisque je ne fais ici que comptabiliser la somme de mes échecs qui est la contre partie de mon bonheur. IL est vrai, un bonheur tout à fait inattendu pour moi qui ne m'empêche aucunement d'aimer les gens et de m'amuser à voir courir leurs enfants dans les jardins publiques ou dans les parcs. Bref, je n'ai aucune ambition parmi les hommes donc aucune haine envers l'humanité. C'est sûrement là où se trouve mon point fort d'être un homme ou un être humain d'une nouvelle génération ou d'une nouvelle ère? C'est possible. Et le seul obstacle qui m'en empêchera, ce sera soit l'ennui soit le suicide.      

                                                                                                                                                  LE 22 SEPTEMBRE 2006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu'est-ce que le luxe pour moi ?

 

Ce n'est pas avoir de l'argent en pagaille,

Mais se permettre des choses sans en avoir.

Et chaque jour, je m'y applique où

Je chante, compose de la musique, écris des romans.

Bref, je fais tout ce que la logique économique

m'interdit de faire.

Je suis libre!

                                                                                         Le 27 Avril 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CULTURE MORTE

 

On pourrait comparer la culture française à une nature morte où

Son aspect extérieur est beau comme celui d'un tableau.

Mais en y regardant de près,

Une chose vous saute aux yeux,

Ce sont les fruits qui sont morts!

C'est ainsi que les choses meurent année après année où

L'on créer des choses auxquelles personne ne prête attention.

C'est ainsi que les choses meurent doucement, sûrement,

Et notre cœur maintenant se remplit de découragement!

                                                                        le 27 Avril 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fusées

1

Si je joue au jeu d'argent,

C'est uniquement pour me rendre malade.

Car dans ma vie, il ne se passe rien !

                                                                             Le 9 juin 2007

 

2

C'est bizarre, mais plus on explore son monde intérieur, plus on se sent seul..

                                                                                   Le 24/09/2007

3

Je pleure...tandis que dans la cour d'en bas, on rit commes des enfoirés!

                                                                                            Le 14 Juillet 2008

4

La nuit est tombée et maman n'est toujours pas rentrée. Mais qu'est-ce qu'elle fait?

Je pense que je vais sortir et partir à sa recherche..

5

Je marche dans la rue, la tête au soleil,

En pensant à ma mère qui est allongée dans son cerceuil!

6

Message pour les imbéciles

Heureusement qu'il y a des gens qui pensent pour vous!

7

Si un jour je devais être réincarné en animal, je regretterais une seule chose :

La bonne bouffe!

8

Il parait qu'un jour on meurt et qu'on ne se réveille plus!

9

Entre nous qui va pleurer sur la mort d'un flic,

Sinon ses proches et les institutions?

10

A force de manger des sucreries,

On finit par devenir un gros bonbon!

11

Se rapprocher si près du bonheur,

Mais sans pouvoir le toucher,

Mon dieu, quelle horrible deception dans sa vie!

12

Beaucoup de gens pourraient penser,

En allant sur mon site, que j'en dis trop sur moi.

En toute honnêteté, je leur dirais, si je suis si indiscret sur ma personne,

C'est parce que je suis poète et, en tant que poète, je n'ai pas peur

De dévoiler mon cœur en fusion!

13

Il est facile de s'en prendre à un enfant,

Quand on sait qu'il ne pourra pas se défendre!

 

 

 

 

 

 

 

Un matin pas comme les autres

Lundi 15 juin 2007

Ambiance d'un port de pêche ce matin à la Croix-Rousse : ciel gris et lourd et vent frais de force 4. Un peu plus, j'allai prendre ma canne à pêche et jeter ma ligne sur la place là où se trouve une fontaine. Mais non, j'ai préféré continuer mon chemin et prendre la rue Calas : petite rue sombre et étroite où habita, sous l'occupation allemande, le célèbre auteur de San Antonio, Frédéric Dare dont le héros se définit comme un être sans morale, sans port d'att-ache dont le langage jamais châtié a fait beaucoup d'émules dans le monde entier. Je suis resté quelques instants comme suspendu à cette plaque de marbre blanc où tout cela était inscrit en lettres d'or. Un peu plus bas, à droite de l'allée, il y avait une plaque en cuivre où il était marqué: Docteur Roman, psychologue. Bref, la réalité semblait ce jour là dépasser la fiction! Puis je suis allé faire mes courses un peu plus haut au Monoprix. En sortant du ma-gasin, j'ai été surpris par l'orage et je suis allé m'abriter au café le plus proche qui s'appelle le café des Flores. En entrant à l'intérieur, je remarquai qu'il n'y avait pas grand monde, très certainement dû à l'orage qui en avait dissuadé plus d'un à ne pas sortir de chez lui ce ma-tin. Mais bon, tant que j'étais au sec, le reste du monde me semblait complètement indiffére-nt! Au fond de la salle, il y avait deux personnes assises l'une en face de l'autre et j'ai tout de suite pensé à la patronne qui devait discuter avec une de ses amies, car l'une d'entre elles se retourna immédiatement après que j'aie franchi le seuil de la porte, mais ne décolla pas pour autant de son siège! Bref, constatant sa royale indifférence, j'en profitai pour poser mon sac le long du comptoir et m'asseoir sur ces sortes de hauts tabourets toujours aussi incon-fortables pour les gens qui ont des petites jambes ou bien de grosses fesses, ne nous le ca-chons pas. Placé, non loin du plafond, j'ai été surpris d'y voir des fleurs suspendues à des petits bouts de laine, imitant à merveille la tige végétale, comme si j'avais au dessus de ma tête un jardin suspendu! J'ai tout de suite pensé que j'avais affaire ici à des artistes-comm-erçants ou peut-être l'inverse? En fait, j'en savais rien du tout où seul mon subconscient semblait s'interroger devant cette vision surréaliste. Puis commandant mon café à voix haute (vu que la patronne ne voulait pas semble-t-il se déplacer), juste ciel, elle m'entendit et se leva pour aller me le préparer. Elle semblait assez jeune, environ 35 ans, vu la fraîcheur de sa peau et de la coupe de ses vêtements, style high-tech, taille basse etc. Quelques dizai-nes de secondes plus tard, elle me le servit et je pris mon temps pour le déguster afin de me réchauffer un peu les entrailles. Vous savez avec cette pluie, brrrrr! Je vis ensuite sortir de la cuisine, un jeune chien qui s'engoufra comme un fou dans la salle du restaurant. La patro-nne, l'ayant aperçu, se mit aussitôt à lui crier dessus, mais apparemment celui-ci ne voulait pas lui obéir! Furieuse, elle partit aussi sec le déloger de la salle du restaurant en jetant au ciel des expressions bizarres dont seules les femmes ont le secret! Tout ceci me fit bien évi-demment sourire, car je crus un instant qu'elle s'adressait à une personne! Quelques inst-ants après, tout rentra dans l'ordre sauf au dehors où la pluie ne cessait de tomber, même je dirai de redoubler d'intensité. J'étais dégoûté, ah oui, vraiment dégoûté de devoir encore att-endre à l'intérieur de ce bar où il ne s'y passait plus rien d'intéressant. En fait, j'en avais un peu marre depuis ce matin d'observer et d' enregistrer tout ce qui se passait autour de moi contre ma volonté. C'est comme si mon inconscient travaillait sans justification ou peut-être mon hyperconscience qui allait mettre à la poubelle toute la psychanalise de Freud? Bref, ce jour là, tout semblait gris et lourd sous cette lumière blafarde descendue du ciel en nous plongeant dans une atmosphère de fin du monde ou au fond d'une vieille taverne perdue dans une contré inconnue. Au fond, je me disais que ce n'était pas de ma faute si une fois de plus mon autisme voulait s'emparer de ma personne, afin que j'enregistre des sensations et des images contre ma volonté. Non, ce n'était pas de ma faute, car j'avais tout fait pour oublier ce génie qui appartenait à celui de mon enfance. Pour être franc avec vous, depuis ces temps reculés, j'avais fait des efforts surhumains pour devenir un homme ordinaire et respectable. Et pour cela, j'avais brûlé mon génie sur l'autel des apparences, bref, sur celui de l'homme insignifiant. Apparemment, tout cela n'avait servit à rien, puisque je me battais encore contre lui, contre cet autisme que personne ne voulait accepter ni ma famille ni la so-ciété. Mais j'étais prêt une nouvelle fois à négocier avec lui, bref, mon génie contre une vie sans questionnements! Aussitôt, il me dit : D'accord, top là! et j'acceptais son marché. A travers la vitre du bar, je vis aussitôt la pluie diminuer d'intensité et attendis quelques insta-nts pour être sûr que cela ne fut point une illusion. Bref, le temps de payer mon café et de prendre mon sac, miraculeusement, la pluie avait cessé et je remerciais au passage les élé-ments d'avoir comme entendue ma voix parmi tout ce tumulte. Après avoir dit au revoir, je franchis la porte du café comme soulagé.

 

 

 

 

 

 

le poète incompris

 

 

Je suis poète, je ne suis pas ouvrier!

Moi ce que j'aime, c'est respirer l'air de la liberté..

Et tous vos discours : hommes politiques,

Syndicalistes, patrons,

Moi je n'y comprends rien :

Car je suis hors de tout ça.

Mon dieu, comme c'est difficile de se faire entendre!

Mais je vous le répète encore une fois,

Je suis poète, je ne suis pas ouvrier!

                                                                     

                                                                             Le 8 février 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VILLE

 

 

DES FORETS D'IMMEUBLES

DES HAIES DE VOITURES

DES GROTTES EN PARKING

DES CIEUX D'ALUMINIUM

DE LONGS MIROIRS D'ACIER

DES REGARDS FURTIFS

DES ODEURS DE PAIN ET D'ESSENCE

DES PIEDS D'VANT L'AUTRE

DES SIRENES DE FIN DU MONDE

DES BIJOUTERIES CAMBRIOLEES

DES EMBOUTEILLAGES MONSTRES

ET MOI  MARCHANT AU MILIEU

DE TOUT CE VACARME!

 

                                                                        Avril  2004       

 

 

 

 

 

 

 

Vivre ou mourir?

 

 

C'est en me promenant

Dans ta forêt primitive,

O mère nature,

Que j'entendis ton poème,

Ton bien triste poème!

 

Un ciel sans oiseaux,

Une mer sans poissons,

Une vie sans amours,

Est-ce cela qui nous attend,

Mon cher coeur?

Poussé par l'angoisse, je compris aussitôt

Que l'oubli sera notre seul secours.

Oui, ton seul secours,

J'entendis résonner au fond de la forêt !

Assommé par cette sentence bien cruelle pour moi,

Un vent furieux se leva et me souffla ceci à mes oreilles :  

Mon cher coeur, mais avons nous réellement le choix

Entre vivre et mourir?

Désemparé une nouvelle fois, étrangement, je restais stoïque en lui disant   : Oh vents furieux et dieux en colère, vous avez entièrement raison et je suivrai vos conseils en oubliant tout, même ma vie, afin de ne pas devoir choisir entre vivre et mourir. Tout à coup, le chant d'un rossignol sortit d'un arbre et retentit comme pour couronner ma sage décision. A cet instant là, je me sentis comme en parfait accord avec les dieux de la na- ture où le ciel aussitôt se remplit d'oiseaux, les mers de poissons et ma vie pleine d'espoirs!

Depuis ce jour, ma forêt primitive est devenue une amie pour moi. Et à chaque fois que je la visite, je n'oublie jamais de lui rendre hommage en allant baiser ses pieds de mousses ainsi que ses bras palpitants d'amour!

 

 Le poète veut dire dans ce poème, un peu complexe à comprendre, qu'il se refuse de vivre afin de ne pas devoir mourir. Et c'est en se plaçant hors le vivre-et-mourir qu'il atteint ce sentiment d'éternité qu'éprouve en tout quiétude les bêtes de la forêt.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand frisson

 

 

LE CIEL EMBRASSE LA TERRE

PAR SES BAISERS DE PLUIES

ET l'EAU INONDE LES VAISSEAUX

DE CARGAISON D'OR PRECIEUX.

L'OEIL TOUCHE LA PAUPIERE

ET LES MOISSONS SE COUCHENT A L'HORIZON,

LE PRETRE  EXULTE,

C'EST LE GRAND DIEU QUI VOIT SA CREATION :

PUPILLE SANS NATION, ORACLE SANS ORAISONS,

TON COEUR A BESOIN LUI AUSSI D'UNE RAISON,

POUR CHEVAUCHER LE RAYON DE LUNE

SUR LE BISON DE FEU :

TAVERNE DE TON COEUR

OU SIEGE LE GRAND FRISSON!

 

                                                                       Octobre  2004       

 

 

 

 

 

 

 

Incompréhension

 

Ils voudraient me faire mourir,

Parce que je suis pauvre.

Ils voudraient me voir mourir

Bien avant l'âge!

Ce sont ces gens qui ne pensent qu'à eux,

Parce qu'ils ont de l'or.

Mais ces idiots n'ont rien compris,

Car je ne suis prisonnier de rien,

Ni du travail, ni de cette soit-disante oisiveté qu'on me porte :

Moi le poète qui ne compte pas ses jours, ni son argent non

plus,

Mais les passe couché au bord de l'eau

A écouter le chant de la mer et des oiseaux.

Le ciel est ma maison,

Mais la terre reste pour moi

Comme une grande préocupation..

Pourtant, comme j'aurais souhaité

Que mes frères humains me comprennent,

Moi qui vit sans argent, sans amours et sans haine!     

 

 

 

 

 

Epoques bénies!

 

Il eut des époques

Où l'on pleurait de bonheur.

Il eut des époques

Où l'on se parlait sans mentir!

Il eut des époques

Où l'on passait directement

Du désir à la jouissance.

Il eut des époques

Où l'on s'adressait directement aux dieux

Sans passer par l'entremise des hommes.

Mais où sont donc passées

Ces époques bénies, mon cher coeur?

Mais où sont donc passés nos apparats de gloire

Et nos couronnes de fleurs?

Est-ce dû à cet idiot désir de réalité  

Qu'on a fini par tout détruire, 

Même  la beauté du monde?

Pourtant, époques bénies,

Où la nature avait cerné sur nos fronts

De merveilleuses couronnes de fleurs!

 

 

 

 

 

 

 

l'homme perdu

 

Je l'ai entendu pleurer dans la nuit

Et  j'ai aussitôt accouru vers lui

Pour le consoler.

Mais étrangement, il ne m'a pas reconnu !

Pauvre de lui,

Il ne savait pas

Que j'étais venu

Pour le sauver!

                                                                       DIEU

 

 

 

 

 

 

Le poème de l'apocalypse

 

Non, je ne voudrais être pas là,

devant toi,

Pour justifier mes torts,

 ô Ville diabolique!

Car tes crimes sont plus horribles que les miens,

Moi le passant désinvolte

Qui ne touche à aucune de tes filles de joie, ni à tes alcools

 Frelatés aux comptoirs des gens désespérés.

Je ne nierai pas

Que tes feux d'artifices

Ont parfois embrasé mon imagination.

Mais, rassures-toi, n'ont jamais

Atteint mon feu sacré, ma cité interdite!

Où  l'odeur de tes crimes et de tes automobiles

N'ont  jamais dénaturé l'encens de mon cœur,

Où brille encore

Un cristal pur comme l'eau de roche!

A la mecque, on dit

Que la pierre noire renferme tous les péchés des hommes et

Tu voudrais qu'il en soit de même pour mon coeur,

ô ville de tous les démons!

Non, ne cherche pas à m'attirer dans ton gouffre,

Vieille salope!

Car je ne suis pas le poète qui te dira : 

 Oh que c'est beau la ville la nuit !

Non, certainement pas,

Mais plutôt  le poète de l'apocalypse

Qui voudrait  y mettre le feu..

Afin de  pouvoir regarder de la colline en face

Le grand incendie, non criminel,

Mais celui qui lavera ton cœur

De tous les péchés des hommes!

 

                                                                Octobre 2014

 

 

 

 

 

 

 

L' ENIGME



 

Je ris comme ces oiseaux dans le ciel,

J'élance mes branches comme ces arbres

Dès les premiers rayons du soleil,

Je ris de ces esclaves courbés sur les moissons,

Car ils ne savent pas qu'ils sont libres!

Le ciel est ma maison et je me pose

Sur ses plus hautes branches.

Personne ne sait qui je suis :

Suis-je un oiseau ou bien le vent de la brise?

Suis-je l'air du temps qui vient te dire :

Vite, dépêches-toi de vivre!

Ou bien

il est temps maintenant pour toi d'être libre?

Personne ne m'a jamais vu et ne sait où je vais.

Sans moi, tu serais mort sans le savoir,

Sans moi, tu vivrais comme suspendu au vide,

Sans moi, l'aube serait bien cruelle pour toi,

Sans toi, je pourrais aisément vivre,

Car je ne suis point un homme,

Mais l'énigme de la vie!

 

                                                             Le 6 Octobre 2014

 

 

 

 

 

 

 

LA  TOUCHE MORTELLE

 

Cette image, quelque peu morbide, m'amène tout naturellement à vous parler de la mort prochaine des gens du livre qui, ces derniers, seront enterrés par les écrivains du numérique pour des raisons qui sont extrêmement faciles à comprendre, quand on voit ce que ces gens là on fait de la littérature : un véritable carnage au nom du commerce mondial où la vérité a été tailladée pour pouvoir entrer dans leur concept, celui du marketing. Je sens en vous l'envie d'en savoir un peu plus sur ces nouveaux écrivains, voir nouveaux philosophes et histo-riens du numérique qui formeront, comme je le crois, l' avant garde de la nouvelle littérature, afin de mettre fin a cette imposture de l'Histoire organisée par la boureoisie victorieuse. J'ai cru pendant longtemps que le déclin de la France venait de ses idées soixante-huitardes où la soi-disant liberté sans entrave ou sans compromis pouvait être un facteur de déstabilisation ou d'apauvrissement de la société française. Mais je compris, après une longue réflexion, que c'était tout l'inverse qui s'était passé et que la grande coupable était en vérité la pensée embourgeoisée qui avait fermé le couvercle sur le cercueil de la France. Regardez la littérature d'au-jourd'hui et vous y verrez tous les symptômes d'un malade qui ne veut point se laisser mourir, mais s'obstine à payer les soins pour vivre le plus longtemps possible. Et il est évident que le médecin, largement rénuméré, soutient son malade, quitte à lui tenir le stylo et à déformer l'Histoire de la vérité( ceci est dit sans cynisme, mais avec une parfaite lucidité). Mais avant tout, essayons de décrire ce grand virage ou ce grand boulever-sement que nous annoncent ces nouveaux écrivains du numérique pour les prochaines décennies dont le désir de liberté est immense : celui de libérer la littérature de ses ravisseurs qui la tiennent en otage. Je voulais parl-er bien évidemment des maisons d'editions. Et que ce désir d'affranchissement de ne plus être soumis a la censure d'un comité de lecture ne peut qu'apporter du bon et de l'air frais à la nouvelle littérature et ainsi la renouveler. Bref, fini le chantage économique et idéologique sur ces nouveaux auteurs qui, du jour au lende-main, verront s'ouvrir devant eux un immense territoire, une terre vierge où ils pourront enfin exprimer leurs idées en toute liberté, même les plus transgressives moralement qu'idéologiquement! Il faut dire, qu'un tel bou-leversement dans l'histoire de la littérature n'a jamais eu lieu aussi bien pour la concevoir que pour la rendre publique grace à Internet. Et que la fin de cette odieuse censure sera comme le signal fort pour ces nouveaux intellectuels d'investirent ces nouveaux champs de liberté et du savoir ayant pour but la vérité et non le mens-onge, bien évidemment. Et que cet affranchissement radical deviendra le principe fondadateur de leur nouvelle communauté où l'avenir leur ouvrira les bras, ceci ne fera aucun doute. Et dans cette vision toute prophètique de voir la nouvelle littérature, il est certains qu'il y aura des victimes du côté des professionnels de l'écrit, bien évidemment. Google, qui récemment envisageait de créer une bibliothèque numérique universelle, s'est vu not-ifié dès cette annonce, une opposition féroce de la plus part des maisons d'editions et on devinera bien pourq-uoi. Non, forcement à cause des droits d'auteurs, mais surtout pour éviter que Google, en numérisant tous les livres de la planète, devienne la nouvelle bibliothèque d'Alexandrie! On voit ici, par cet exemple symptomatique, que le problème n'est pas la littérature, mais le pouvoir que celle-ci octroye aux agents de la culture officielle et aux maisons d'editions( bénéficiant de subventions de l'Etat donc de l'agrémentation de pouvoir censurer à sa place tout ce qui pourrait lui nuire) en voulant absolument garder ce monopole : ce monopole de pouvoir racon-ter l'Histoire sous la dictée de l'Etat, bref, des puissants. Google est sans conteste l'aiguillon qui nous permet aujourd'hui de connaître la vérité sur ces grands monopoles dont la bourgeoisie victorieuse s'est accaparée depuis le début du19 siècle pour défendre ses intérêts et qu'elle ne veut surtout pas se faire voler ainsi que la France, pays de la Culture qui du jour au lendemain se verrait piquer un de ses plus beaux fleurons. Mais si j'ai commencé mon exposé par vous dire : Bienvenue en enfer dans le mon de du numérique, ceci n'est pas ano-din, croyez le bien. Mais une réalité qui s'imposera à nous tous dans les prochaines décennies. Il evident que cet enfer sera promis aux maisons d'editions( qui sont devenues, malheureusement avec le temps, les gardi-ens de la culture officielle), mais ne concernera pas ces nouveaux écrivains, artistes, philosophes et histori-ens du numérique qui emploieront tous les moyens pour sortir ce grand malade, qu'est la littérature d'aujour-d'hui de son hôpital : où celle-ci est transfusée pour une durée illimité grâce à son argent. On peut dire ici, sans bien se tromper, que la littérature d'aujourd'hui c'est notre Vincent Lambert : ce malade incurable qu'on mainient en vie, non pour son bien, mais pour d'idiotes raisons politiques entre les médecins d'Etat qui refusent d'assassiner légalement leur patient et la famille qui s'entredéchire pour le seul plaisir de s'entredéchirer. Bref, on ne fait que reculer l'échéance, alors qu'on connaît tous la fin, comme celle du livre papier qui vit ses derni-ères décennies. Mais au juste qui aura le courage d'abréger les souffrances de ce grand malade en débran-chant la machine? En France, personne, bien évidemment et c'est bien malheureux! Pour revenir à notre sujet, sur la nouvelle littérature, il ne faut surtout pas croire que ces nouveaux écrivains du numérique sont des auteurs frustrés de pas être publiés officiellement par des maisons d'editions, oh non, pas du tout. Car ils savent très bien qu'on écrit pas de la même manière pour un monde numérique libre que pour un comité de lecture : oeil inquisiteur de l'Etat (puisque subventions) sur la création littéraire. Et puis soyons franc, qu'aurait-il à y gagner notre nouvel écrivain d'être jugé ou estimé, non par ses pairs, mais par des hommes venant de la préhistoire, c'est à dire ceux qui gravent encore au stylet ou au stylo la feuille de papier appartenant au livre ancien, sinon rien? On voit bien que nous avons affaire ici à deux espèces différentes d'homo-lettrés : le pre-mier à celui du livre papier qu'on peut comparer sans problème à l'homme de Cro-magnon qui doit son exist-ence économique et intellectuelle aux maisons d'editions officielles( à part les fonctionnaires qui ont un salaire à vie et un public assuré : les collègues qui se nombre à 5 millions en France!) et l'autre, à  l'homme du numéri-que qu'on peut facilement comparer à l'homme de Néandertal, ce nordiste, cet homme libre et dégagé de toute censure qu'elle soit économique ou idéologique, puisqu'il a perfectionné lui même ses outils en utilisant la nou-velle technologie d'Internet. Étant donné que je ne suis moi même un Néandertalien, une espèce qui a suppla-nté celle de Cro-magon, comme tout le monde le sait( et malgré la fausse propagande véhiculée par les palé-ontologues du monde entier), je tiens absolument que ma démarche soit respectée, afin qu'elle puisse être comprise par la plus grande partie des gens. Mais j'accepte la critique, non pas sur ma démarche( car ce se-rait nier le génie qu'il y a en chaque espèce d'homme ou de race), mais seulement sur mes conclusions qu'on pourrait appeler comme précoces ou bien révolutionnaires, car celles-ci envisagent un véritable cataclysme dans la littérature d'aujourd'hui, en lui redonnant tous ses pouvoirs afin qu'elle puisse nous aider à revoir ent-ièrement notre façon de raconter et de penser l'Histoire et la Culture. Ainsi dégagée de toute censure (ce qui n'est pas le cas pour l'instant), celle-ci sera la nouvelle philosophie de tous ces nouveaux auteurs de l'ére du numér-que. Et il est évident que cette nouvelle conception de voir la littérature n'aura aucun succés comm-ercial, vu qu'elle s' attache à l'essentiel, c'est à dire raconter l'Histoire de la nouvelle vérité, la littérature et l'art n'étant là que pour la raconter la plus honnêtement possible, bien entendu. Et si cette critique est de cet ordre là, je ne m'y opposerais pas. Mais si celle-ci est liée, comme aujourd'hui, à l' hypocrisie des classes sociales et à ses préjugés, je m'y opposerais avec force et la rejetterais. Le but étant de rétablir la vérité historique pour le meilleur des mondes, ce que je ne vous cache pas, mon cher lecteur. Ainsi en s'exposant à la foudre des vieux dinosaures, les nouveaux écrivains du numérique, comme vous le voyez, ne cherchent pas à s'écli-pser devant leurs nouvelles responsabilités qui sont historiques. Mais de designer clairement leurs ennemis que sont devenus les professionnels de la littérature et de l'écrit. Et comme vous le voyez, ils ont une charge très lourde à remplir, c'est à dire remettre l'Histoire dans le bon sens, voire une mission quasi-révisionniste ou méssianique. Oh excusez-moi, messieurs de la "bien-pensance", il me semble avoir dit ici comme une grossi-èreté! Mais entre nous qui pourrait croire que la littérature est une activité professionnelle, alors que par le passé elle ne l'a jamais été, sinon vous seuls qui défendez les intérêts de cette bourgeoisie victorieuse? Je sais que de détenir un tel pouvoir de raconter l'Histoire et la Culture à sa façon est un immense privilège que l'Etat vous a accordé. Mais pour combien de temps exactement? Vous me dites : tant qu'l y aura de l'argent à gagner! Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais deviné votre réponse de parvenu et de menteur professionnel et que je trouve cela lamentable! Lamentable quand on sait que l'Histoire n'est une supercherie qu'un mensonge d'Etat. Pour prendre un exemple simple, prenons celui de l'ancêtre d'Albert de Monaco( François Grimaldi) qui a fondé la principauté de Monaco en s'emparant du Rocher( durant la nuit du 8 au 9 janvier1297) en se dégui- sant en moine, afin de faire entrer son armée par une porte laissée ouverte! Quel bel exemple, non? Bref que l'Histoire soit une suite d'escroqueries, de duperies, de ruses, de cheval de Troie, cela ne fait auun doute pour moi. Et que cette Histoire, malheureusement devenue officielle, n'est pas l'Histoire de la vérité, mais bien celle de la ruse et du mensonge! Je crois, si mes souvenirs sont bons, un jour on proposa à notre cher Jean-Jac-ques Rousseau( qui avait toujours eu du mal à manger à sa faim) d'écrire pour je ne sais quelle revue littéraire d'une manière professionnelle, c'est à dire payé tant la ligne, mais surtout d'écrire, ce que le lecteur voulait en-tendre d'agréable à son oreille. Rousseau, effrayé par cette idée de mentir pour faire plaisir au lecteur et aux abonnées, déclina aussitôt l'offre. Et c'est une chance pour nous, car sans cette lucidité de sa part, nous n' aurions pas eu les chefs-d'oeuvre qu'il a écrit, comme le contrat social, l'Emile ou bien les confessions etc. Comme vous le voyez, mon cher lecteur, notre rôle à nous, les nouveaux écrivains du numérique, c'est de rechercher la vérité en inclinant la littérature dans une autre direction, afin de lui redonner ses tous pouvoirs magiques pour qu'elle puisse à nouveau changer le monde. Autrefois cette chose était possible, car elle n'était pas professionnelle, mais entièrement libre et c'est pour cela qu'elle était éclatante, prophétique! Devenue auj-ourd'hui otage de groupes financiers, elle n'a plus sa raison d'exister en tant que telle. Mais doit être reprise en main pour lui redonner sa véritable vocation qui n'est pas seulement de nous distraire( je peux l'accepter), mais aussi de nous annoncer de grandes vérités. Et que ce détournement économique et idéologique opéré par ces groupes financiers n'est pas une bonne nouvelle pour la littérature et ne peut qu'annoncer sa mort prochaine. Gagner à tous les coups n'est pas une bonne chose à envisager pour l'esprit et pour la vérité. Et la grande erreur qu'ils font, c'est de croire que tous les écrivains, aux pôches crevées, sont d'accord sur ce principe qui est de mentir aux gens pour gagner leur vie! Je peux vous comprendre, car ceci est votre métier en martelant tous les jours dans les médias que le nouveau chef-d'oeuvre littéraire était arrivé, comme le beaujolais nou-veau( (mauvaise piquette qui m'a toujours rendu malade bien que je sois lyonnais et fait les vendanges durant mon adolescence dans la région), cela fonctionne très bien pour vous et malgré qu'il soit souvent nul, comme le Da Vinci Code! Si votre prophétie est de cet ordre là, moi je ne marche pas dans vos combines. Je sais bien que notre travail est colossale puisque sans moyens financiers. Mais personnellement, j'ai toujours pensé que l'esprit était plus fort que l'acier, que la foi plus forte que l'argent. Et que la vérité triomphera du mensonge, moi j'en suis convaincu. Et plus il y aura d'écrivains libres sur le Web, plus nous aurons une chance de la ré-tablir. Et puis sachez, mon cher lecteur, d'après les chiffres officiels, que seulement 5% des écrivains français sont publiés! Avec cette information qui ressemble à une bombe, je pense que les 95% d'écrivains restants seront de mon avis sur ce que je viens d'écrire qui n'est pas un délire de ma personne, mais bien une réalité faisant partie de notre société. Mes amis, je pense qu'il est temps pour nous de nous attaquer à ce monstre que la bourgeoisie victorieuse avait engendré, c'est à dire la littérature professionnelle et décadente d'aujou-rd'hui. Moi même, je m'y suis attéle depuis de nombreuses années, bref, depuis que j'ai compris que les prix littéraires étaient une vaste fumisterie! Pourtant, j'étais comme tout le monde et j'achetais mon Gongourt en automne en croyant que c'était de la bonne littérature. Mais d'années en années, je constatais amèrement que je ne comprenais plus rien à ce qui s'y racontait dans ces livres, soi-disant, fameux et même qualifiés de che-fs-d'oeuvre. Depuis ces temps malheureux, je ne lis plus aucun prix littéraire, ni même aucun best-seller et me rabat sur les autres livres sur lesquels j'espère trouver le chef-d'oeuvre oublié par les professionnels de la littérature et des médias. Étant frustré de ne plus pouvoir lire des livres qui pourraient me procurer du plaisir, j'ai dû, comme vous le savez, écrire mes propres livres en devenant écrivain. Il est évident que ma démarche, en opposition totale avec la littérature professsionnelle et le commerce n'avait aucune chance de réussir. Mais tout cela, mon cher lecteur, je le savais parfaitement. Et que de me maintenir dans l'échec commercial était pour moi une chose indispensable pour créer ma propre littérature et la rendre prophètique et non un produit du marketing. Et comme disait Jean-Edern Hallier( un grand écrivain méprisé par l'élite intellectuelle de son épo-que à cause de son génie) qui perd gagne! et en particulier dans le domaine de la littérature. En parlant de lui, j'ai lu récemment l'évangile du fou, un livre d'une remarquable audace, mais aussi d'un grand archaïsme où ce dernier, suivant les pas du Père Foucauld à travers sa vie très chaotique et catholique pourrait-on dire( puis-qu'un débauché qui entra dans les ordres pour finir en martyr assassiné par des musulmans un 1er décem-bre1916 à Tamanrasset en Algérie) finit par lui ressembler étonnement! Jean-Edern Hallier finissant en martyr, pouvait-on le croire sincèrement ou bien n' était-ce de sa part qu'une pirouette de plus pour faire de l'épate bourgeois, comme le taquinait souvent sa mère? Pour ma part, je le crois sincèrement. Car qu'est ce qu'un martyr, sinon un génie non reconnu de son vivant, voir méprisé par ses contemporains? Comme le cas de Paul Cesanne qui finit sa vie en martyr d'après ses propres enfants en subissant son malheur, celui de ne vendre aucune toile de son vivant, sauf à des amis charitables, comme le cas de Van Gogh. Après bien avoir analysé les choses, je trouve que la démarche de Jean-Edern ressemble étrangement à celle de Dante où, ce dernier pour sauver son salut, visite l'antre de l'enfer sur le dos de Virgile, le poète. Le couple Dante-Virgile et le cou-ple Edern-Foucauld se ressemble étrangement. Et c'est cela qui me fait dire qu'il a dû finir en martyr à cause de ses contemporains qui ne reconnurent point son genie. Poutant Mitterand lui avait dit qu'il en était un de génie. Mais lorsque celui-ci accéda au pouvoir en 1981, il le délaissa d'une manière méprisante pour se cons-acrer uniquement à sa gloire posthume. Pourtant Jean-Edern Hallier aurait souhaité qu'on lui proposa un mini-stère, comme celui de la culture afin d'y faire des miracles, ce qui aurait été une gran de chose pour la France et sa culture s'engluant de jour en jours dans les années 80 dans les années fric. Avait-il senti, avant les autres, la fin de la littérature en ces débuts des années 80 par cette soif de réussite de cette génération d' abrutis? Oui, je le crois sincèrement. Et moi, qui ne fait que reprendre son flambeau aujourd'hui, je veux dén-oncer le carnage de cette littérature professionnelle sur nos esprits. En se retournant un peu sur le passé, on peut dire et sans bien se tromper, que la littérature dans les années 60 et 70 était excellente, car elle était encore contestataire et libre où la fantaisie et le badinage n'étaient aucunement exclus quand il était question de parler des sentiments amoureux. C'était une époque encore très romantique dont les films d'Eric Rhomer ne manque jamais d'y faire allusion. Je me souviens d'un film. C'était, je crois, le genoux de Claire( où Fabrice Lu-chini faisait l'une de ses premières apparitions au cinéma) qui avait un charme fou où de jeunes gens bad-inaient sur l'herbe au bord d'un lac étincelant de lumière, celui d'Annecy. Cela se passait dans un milieu tres bourgeois, mais qui ne semblait pas apprécier son bonheur d'avoir tout : la jeunesse, la beauté, l'argent et se posait sans cesse des questions sur quoi faire du bonheur? Bref, ils étaient heureux en apparence, mais ils ne l'étaient pas en vérité, comme s'il leur manquât quelque chose d'indéfinissable pour l'être véritablement, peut-être, un témoin qui sanctionnerait alors leur bonheur par un coup de canon? Je ne sais pas. Françoise Sagan l'exprime très bien dans ses livres où les histoires se passent comme toujours dans la bourgeoisie dorée de son époque où l'on arrivait pas à être heureux sans péter les plombs ou être en borderline avec ses parents ou avec la société qui était alors très politisée dans les années 6O et 70. La touche de genie de Sagan, c'est d'avoir vécu son époque comme une femme libre et indépendante et loin des convenances de son milieu, en sachant très bien que la bourgeoisie finirait un jour par mourir de ses préjugés causés par l'argent et par son mépris pour ces jeunes gens issus des classes défavorisées qui avaient un talent fou : celui de vouloir chan-ger le monde! Françoise Sagan finira malheureusement comme son milieu, non pas par prendre la poudre d'es-campette, mais par prendre de la poudre tout court, la poudre blanche appelée cocaïne. Elle finira enfarinée par ses propres fantasmes en croyant que la poudre blanche pouvait vous deposer le bonheur à vos pieds et quand vous le vouliez. Oh mon dieu, le paradis enfin accessible à tout moment et pour la modique somme de 50 euros, le gramme! Un rêve pour l'humanité ou bien un cauchemar pour elle? Pour ma part, je pense que les vrais artistes non pas besoin de stupéfiant pour créer leur paradis artificiel, étant donné que leur art c'est leur cocaine, leur dose d'opium comme disait Charles Baudelaire, le poète maudit. Et si Françoise Sagan en était arrivée à cette zone blanche de sa vie, c'est parce qu'elle n'arrivait plus à écrire et a créer par sa propre imagination. Ne nous le cachons, mais la plus part des artistes ont traversé durant leur vie, ce désert où rien ne se passe où l'on attend que les événements se debloquent, bref, que la vie se mette soudainement à bou-ger et a vibrer dans son propre imaginaire. Moi même, qui me considère comme un artiste, j'écris en fait très peu afin de ne pas effrayer ou épuiser la muse qui, si elle savait que je comptais l'exploiter comme une vulg-aire marchandise, s'en offusquerait et claquerait vite fait la porte, ce que je trouverais parfaitement justifiée. Il est évident que tout ce que je viens de vous dire sur la vraie création ne concerne aucunement les profess-ionnels de la littérature ou autres, parce que ces derniers ne font pas appel à la muse, comme les poètes et les voyants pour créer, mais d'un business modèle ou concept pour avoir un succés assuré auprès du grand public, ce qui bien sûr est complètement opposé à mes principes, comme vous le savez tous. Le pragmatisme, voilà ce qu' il leur faut à ces gens pour créer, non pas de la littérature, mais du business. L'Amérique est très forte dans ce domaine et dans ses concepts business, mais qui malheureusement pourrissent sa culture. Qua-nt aux français, qui sont devenus les domestiques de l'Amérique, il est évident que ces concepts allaient s'ntro-duire et pénétrer notre culture et la détruire par la professionnalisation de la littérature et même je dirais de l'art en général. Le pop art, c'est le pop corn de l'art et l'art contemporain, c'est l'art con de toute une génération abrutie par le fric et la soif de réussite! Mon cher lecteur, je veux vous assurer, que je n'ai contre le fric et la réussite sociale des uns et des autres. Mais pitié, laissez aux businessmen la production de biens industriels et alimentairea et non la création artistique et culturelle! Ceci est une question de survie pour notre culture dite européenne qui a produit les plus grands génies de tous les temps. L'Amérique, et malgré ses grosses liasses de billets, ne nous arrivera jamais à la cheville, même si Hollywood essaye de nous prouver le contraire par ses films monstrueux en moyens financiers et techniques. Mais entre nous qui pourrait nous faire croire que le cinéma américain produit de la culture? Alors que nous savons tous que la culture est un processus très long à produire : puisque venant d'en bas, elle remonte très doucement vers les couches supérieures de la société afin de créer de nouvelles valeurs morales, artistiques et intellectuelles. Mais quand on observe le cinema am-éricain et la télé, c'est l'inverse qui se produit : où l'on nous déverse la soi-disant culture par le haut et par les médias professionnels? Ceci est pour moi une veritable escroquerie, vu que la vraie culture met des siècles pour être créée et non pas en 3 mois ou une année, le temps aux professionnels de faire leur soi-disant grand film du siècle, ou bien, leur bouquin soi-disant du millénaire! Aujourd'hui, c'est le Mac Do qui a gagné, bref, le fast food culturel qui nous impose sa nourriture à base de viande hachée. Et ceci n' est pas un hasard si tout est haché, mais une façon de vous évitez de trop réfléchir quand vous mangez, quand on sait que la mastica-tion favorise la mastication des idées. Mais mangez, mangez tant que vous voulez, mes chers consommateurs, le coca fera passer le tout de la bouche aux chiottes, puisque vous vivez dans la fast life. Votre estomac, bizarrement, n'aura rien vu passé et votre corps très déçu de n'avoir pu extraire de ces aliments formatés, les nutriments nécèssaires pour vous procurer du plaisir et du bonheur à votre ventre. Car peu de gens savent qu'il est le siège de toutes nos pensées et non le cerveau comme on pourrait le croire. Et pour la simple raison que toutes nos idées procèdent d'une longue digestion de toutes sortes d'aliments. Et que c'est dans votre ventre que se fait le mélange, puis parvient à votre cerveau et les traduit en expressions écrites ou artistiques. Le ventre du monde, c'est là d'où vient notre civilisation et notre génie et non de notre cerveau! Et les idées qui nous sont envoyées d'en haut par les médias professionnels sont uniquement des concepts business et ne durent que le temps de leur exploitation outrancière, tel un puit de pétrole jusqu'à la dernière goutte. Elles ne sont aucunement culturelles, mais écono-événementielles, comme nous le montre la pensée moderne du préc-uit et du micro-onde. Et c'est ce que dénonçait, d'une manière véhémente, Jean-Edern Hallier, mais bien sûr sans se faire entendre par ses contemporains, puisque les français étaient devenus sourds à la vraie culture en entendant la voix de l'Amérique lui parler de gros sous! Pauvre France, je prévois ta chute dans les procha-ines décennies, quand tu auras liquidé tous tes illuminées et tes génies! Le mortel ennui, voila ce qui nous attend avec cette littérature professionnelle qui ne veut point s'avouer vaincue que je soupçonne même de vouloir durer jusqu'a son dernier souffle pour faire fructifier ses affaires. Mais la vieille, c'est quand qu'elle va mourir? me demandent insistemment les habitants de la nouvelle Babel Web : la nouvelle cité des écrivains du numérique. Bientôt, je leur dis, ce n'est qu'une question de temps. Oui, mais dans combien de temps exactem- ent? m'interpellent-ils à nouveau. Mais le temps qu' il faudra. C'est à dire? Eh bien, quand les hommes verront le mensonge devenu si gros qu'il ressemblera à une grosse farce et à une grosse imposture. Comme l'art con-temporain où un bidet pouvait devenir parait-il une oeuvre d'art! Et que ceux qui ne le comprenait pas étaient de gros imbéciles qui manquaient de finesse, pour comprendre que ce bidet, c' était Dieu reconverti dans la faience blanche et immaculée conception. Et que seuls les gens évolués pouvvaient comprendre que ce bidet, d'une blancheur éclatante, était l'endroit où tout le monde posait son cul sans le savoir! Un sorte de confess-ionnal où l'homme déchargeait ses excréments ainsi que ses mauvaises pensées, bref, une purge laïque et dégagée de toute religion, soit le grand rêve de la République! Soudain de grands applaudissements s'élevè-rent de la cité de Babel Web, comme pour exprimer une joie certaine d'avoir écouté et compris ma démonstra-tion fumeuse et désastreuse sur le lard contemporcin accompagné de ses pommes de terre rissolées au four, bien évidemment. L'important, c'est que la vieille meurt le plus rapidement possible! me lança héroiquement Mohamed qui toute sa vie fut persécuté par les français de race blanche, catholique et coloniale. C'était un peu ce Jean-Edern-Hallier, je pensais un instant. Mais ne voulant point lui faire de peine, je lui dis : Mohamed, je sais ton impatience à retrouver ta liberté. Mais attends un peu, ton heure viendra à toi aussi qui habite cette nouvelle cité de Babel Web d'où émergeront les nouveaux prophètes. Merci, mon prince! me dit-il en posant sa main sur son coeur, comme une coutume ancestrale. En me parlant de la vieille, je me demandais si Mohamed ne voulait pas me parler, en vérité, de la France et de sa culture dissoute désormais dans le coca et dans la cocaïne ? A l'instant, je compris qu'il était de mon côté ou plutôt que j'étais du sien, ce qui revenait au même, n'est ce pas? Et si mon ami oriental avait raison? Et si la culture française était morte depuis belle lurette, ne fallait-il pas nous en débarrasser au plus vite? Car entretenir un si grand musée inutile avait-il encore un sens, sinon vouloir embaucher à vie des femmes de menage et autres dépoussièreurs professionnels? Bien évidem-ment que j'étais contre et pour la simple raison que j'aimais trop les choses vivantes pour devoir les fossiliser dans ces livres papier, où aucune modification n'était desormais possible à l'encontre de ces écrits numéri-ques que les auteurs pouvaient modifier à tout moment par une simple liaison Internet. Bref, c'était la vie même qui s'exprimait dans son processus de formation et de création. C'était la littérature qui subissait alors une véritable révolution et moi j'en étais comme son prophète. L' important, c'est de nous débarrasser du cadavre! me lança brutalement Mohamed en me montrant une statue en marbre où il y manquait la tête et une jambe. En le regardant intensément dans les yeux, je vis soudainement apparaitre une caravane où j'entrevoyais tout un désert de rêves étincellants! Mais est-tu vraiment si pressé que cela, mon ami? je lui demandai sans bien trop savoir pourquoi. Oui, oui, je suis pressé! Car c'est la survie de mon peuple qui en dépend. Ton peuple? Oui, mon peuple du désert qui voudrait retrouver sa liberté et dormir à nouveau sous la tente, faire du commerce et même la guerre si nos ennemis le souhaitaient. Je comprends ton grand projet, mon frère qui est celui de Laur-ence d'Arabie, mais sans l'aide des Anglais. Oui, parfaitement exact! me dit-il en désirant de tout son coeur redonner la liberté à ses frères qui étaient emprisonnés dans ces banlieues grises et sans avenir des cités occidentales. Mais avant cela, ne nous faudrait-il pas commencer par construire notre propre cité, notre Babel Web, mon héros des temps modernes? Oui, je le crois et je pense que ceci est indispensable pour faire triom-pher notre lutte où nous seront à nouveaux libres, comme des enfants du désert. Et toi frère, qui est à moitié occidental et oriental( il parlait de moi), je sais que sans ton aide, mes frères et moi nous ne pourrions réussir. Inch' hallah! je lui lançai alors que je n'étais pas musulman, mais seulement un grand ami de la liberté et des peuples opprimés par l'occident inquisiteur. Ainsi s'exprimait la nouvelle vérité que la littérature du numérique allait nous permettre d'écrire sur ces écrans géants fixés sur les facades des buildings : où New York finirait par voir sa propre destruction en direct!

Le 22 Septembre 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'EXIL



 

Ah, comme j'aimerais avoir du temps devant moi

Et que le temps passe plus lentement !

Pour boire enfin mon café sans devoir le renverser,

Puis sortir et regarder le soleil se lever à l'horizon,

Comme un géant!

Mais les minables hommes

Nous ont enfermé dans des étables

Où l'on ne voit même plus les étoiles,

Mais le cul des vaches et ceux des marmitons.

Mon dieu, quelle triste vie!

Sans le savoir, j'explore la caverne de Platon

Où mon ombre au plafond

Imite l'ombre des vivants.

Ah, comme j'aimerais avoir du temps devant moi pour pouvoir vous raconter mon histoire ; celle d'un prince exilé en démocratie où les hommes, tondus par leurs nouveaux conquérants, ont oublié de regarder la beauté du ciel!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES MAUDITS



 

Mais que va-t-on faire de nous,

Nous les maudits que personne ne veulent aimer

Pour nos difformités mentales, physiques et

Intellectuelles?

Clochards, voyous ou génies,

Seraient-ce là nos seuls espoirs?

 

 

 

 

 

 

 

Un couple bien antipathique

La première fois que je l'ai vu, il faisait la gueule. Faut dire que moi aussi! Mais j'ai su tout de suite que nous étions fait l'un pour l'autre. Depuis ce jour, on ne s'est jamais quitté!

Monsieur et Madame la Tronche

 

 

 

 

le reproche

 

 

Tu me fais honte, mon vieil ami,

D'avoir survécu à l'horreur et à la corruption!

Car si ton cœur avait été pur,

Tu te serais jeté dans le feu du combat avec une joie certaine..

Mais bon, tu as survécu à tout cela et tu te présentes devant moi,

L'air presque arrogant, le teint frais, mais avec( très certainement)

Un goût bien amère dans la bouche.

Tu voudrais te justifier,

Mais tu n'as plus les mots pour le dire : ceux qui viennent du coeur..

J'ai remarqué que tu ne m'as pas serré la main en arrivant et

J'ai tout de suite deviné que tu avais quelque chose à te reprocher,

Comme d'avoir survécu à l'horreur et à la corruption!

Oui, c'est bien cela, mon vieil ami.

(L'homme en face, étrangement, ne disait rien et voulait, semble t-il, garder le silence

Face aux attaques bien cruelles de son vieil ami.

Et un masque au sourire figé semblait s'être fondu

Sur son visage devenu blanc comme un linge).

Tes amis m'ont dit que tu étais devenu riche et prospère!

Bien, bien, cela s'entend...

Mais comment as-tu fait pour vivre

Dans un tel état de pourrissement, mon seul et dernier ami?

Tu ne me réponds pas?

(L'homme ne hocha même pas la tête,

Mais étonnement, on entendit derrière son masque

Un ricanement grotesque venant comme de l'antre de l'enfer! )

Mon pauvre ami, comme je te plains!

Et ne pense surtout pas que ton argent

Pourra te sauver.

(Tout à coup les ricanement s'arrêtèrent et

Firent place à un silence de mort

Où le masque se déforma horriblement!)

Mon pauvre ami, tu t'accroches à ton or comme à une bouée,

Mais sans savoir que l'or est plus lourd que la pierre et à tout le reste.

Tu coules, tu coules dans des abysses

Dont tu ne connais pas les profondeurs,

Et tu voudrais m'entraîner avec toi, vieux gredin!

Mais arrêtes de rêver,

Car moi, je ne suis qu'une pensée, celle de ton vieil ami

Qui s'afflige de toutes tes erreurs.

Pourrais-je me racheter? sortit soudainement de sous le masque.

Mais que dis-tu là, vieil imbécile?

Mais racheter quoi?

Mais un cœur pur qui, tous les matins du monde,

Chanterait avec les oiseaux du ciel!

Mais n'est tu pas devenu fou?

Un cœur pur et pourquoi pas le paradis pendant que tu y es?

 

PS : l'auteur sous entend que l'homme qui a survécu à l'horreur  

A dû forcément être corrompu par les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

RESURRECTION



 

J'attends de renaître de mes cendres,

J'attends de renaître tel un sphinx,

J'attends que mes forces reviennent.

Car depuis quelques années

Mon courage a été mis à rude épreuve

Sur les champs de bataille de l'impossible.

J'attends que l'aube se lève

Et que tu me prennes la main, valeureux soldat,

Aux yeux étincelant de lumière

Et que tu me portes sur le champ de bataille

Armé de mon casque et de mon glaive.

Crois-moi au plus profond de ton âme, mon frère,

Je me battrais alors comme un tigre!

 

                                                          Le 9 Octobre 2014

 

 

 

 

 

 

 

IRRITATIONS



 

Irrité par ma mauvaise vie,

Je tousse à longueur de journée.

Irrité par mes sombres contemporains,

Je crache sur leurs beaux souliers vernis

Des mollards d'acier et des acides raffinés.

A force de sentir "l'oseille" dans leurs mains,

Ils ne sentent plus l'odeur de leurs pieds

Englués dans mes irritations passagères!

 

                                                              Octobre 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

INONDATION


 

J'entends la pluie s'abattre sur nous,

J'entends la pluie s'abattre jour et nuit

Sur nos vie gâchées et nos joues meurtries..

J'entends tes pas venir,

J'entends l'ocean rugir!

Sous mes pas

Le bruit de tes sanglots.

ô Posseidon, mais qu'ai-je fait de mal

Pour mérité tant de précipitations?

Est-ce mon cœur trop sec qui en est la raison,

Ou bien, l'appel de mes compagnons

Perdu sous je ne sais quelle constellation?

Tu me dis : évacue tes passions

Et tu verras s'ouvrir à l'horizon

Le nouveau monde, celui où la

Pluie est une bénédiction!

Laves-y ton cœur

Avec celui de tes frères et soeurs

Qui un jour te diront merci

De les avoir sauvé de la grande inondation!

 

                                                              Octobre 2014

 

 

 

 

LE CADAVRE


 

Tu buttes sans cesse sur ton futur cadavre!

Et tes pieds sont maintenant plein de douleurs

Et tu te demandes comment demain  

Tu pourras le porter  

Jusqu'en en haut de la montagne,

Où le bruit des torrents rappelle

Celui des portes de l'Eden.

Ouvre, ouvre-moi la porte!

me dit ton cœur.

Ouvre, ouvre-moi la porte,

Je n'ai plus de forces!

Et la porte du torrent

S'ouvrit soudainement,

Entraînant ton cadavre

Dans ses flots tumultueux

Jusqu'au lac paisible

Où tu pourras dormir tranquille!

                                                              Octobre 2014

 

 

 

 

 

 

 

Le chant de la terre


 

Quand la plaine regarde le ciel

le soir

Un désir d'amour semble s'élever de la terre!

De cette terre où tu es né, mon tendre frère,

Et qui soupire de ton absence

Depuis que tu es parti à la guerre.

Père n'est plus tout jeune, tu sais..

Et de jeunes champs s'impatientent de ton retour,

Toi, qui sans nul maitre, savait tracer sur la plaine

Les sillons de l'amour et de l'abondance!

Mère est morte l'an dernier et le choc a été brutal,

Et je me retrouve bien seul

Pour aider père qui tend vers la vieillesse..

Et le soir, pour oublier ma tristesse,

Je cours sur la plaine,

Et soupirant comme la terre

Mon cœur s'impatiente que tu reviennes!

                                               Leon,                                                                        Ton petit frère           

 

 

 

 

 

Hommage à Villon


 

Non, je ne serai pas votre futur poète adoré!

Non, je ne serai pas votre bel écrivain sur papier glacé!

Non, je ne serai pas votre bon philosophe,

Un Socrate de papier!

Non, je ne serai pas celui que vous attendiez.

Mais je serai moi, moi l'incompris de toujours,

Moi l'insoumis qui n'a pas de patrie

Sauf celle de la poésie.

Villon me dit : Viens Patrick, allons pleurer ensemble

Aux forêts de la poésie

Et mendier aux étoiles

Un peu d'or pour les jours à venir !

Non, je ne serai pas votre petit favoris,

Ni ce prophète à la langue bien aiguisée..

Mais je serai moi, cette chenille rampante

     Aux pieds de la cité!     

 

 

 

 

 

 

Philosophie autour d'un bol de riz


 

Moi, c'est tout ou rien! dit le génie.

Moi, c'est un bol de riz, dit le petit.

Moi, un bol de riz, de la sauce et deux baguettes,

Dit le petit bourgeois.

Moi, c'est tout ce qu'on vient de dire

Avec tout le confort autour, dit le riche.

Bien, dit le bon dieu, chacun aura ce qu'il veut,

Sauf le génie,

Car il veut tout ce que je possède!

 

 

 

 

 

 AU THEATRE CE SOIR


 

La ville est un théâtre ouvert

Où les comédiens vont et viennent,

Et d'une rue à l'autre, on ne sait plus

Si l'on vient de la coulisse ou bien du théâtre de Vienne!

Des gens bizarres occupent la scène

Et déjà la police tord ses matraques

Qui me donne envie de vomir

Sur les belles plaques d'égouts de la ville de Paris!

J'ai envie de partir, vivre ailleurs, peut-être à la campagne

Pour fuir Balthazar et son théâtre grotesque,

Où les comédiens et comédiennes à la queuleuleu

Viennent quémander une pièce.

Arrêtons la comédie! me dit mon coeur,

Arrêtons le grand cirque! me dit un clown dans la coulisse.

Son nez rouge disparu, le pauvre homme

 Pleure devant sa vitrine,

Tandis que moi, je ris aux éclats

De me retrouver seul

Devant ce théâtre en furie.

Furie, furie, fuis, fuis, fuis l'odeur des égouts de Paris,

Où j'ai vomi tout mon quatre heures,

Jeté mes dernières cartes et mes tripes de coeur!

Je m'enlise, je m'enlise, me dit un escargot de Paris.

C'est la Bourgogne qu'il te faut, vieux rancis!

Moi, vieux?

Et toi espèce de limace et de limousine!

Si un jour, je te vois à Paris, je te jure, je t'écraserais

Sur le pont des souvenirs

Ou peut-être sous le pont Mirabeau!

 

                                                                  Le 14 Octobre 2014

 

 

 

 

 

 L'AUBERGE


 

L'auberge sentait l'ail et l'oignon,

Alors que moi, assis au bout de la table,

Je rêvais de gloires et d'admirations!

Un peu de soupe à l'oignon, monsieur? me demanda

Gentillement la femme de l'aubergiste.

Non, non, merci, je crois que pour moi ce sera bon!

S'éclipsant ensuite vers les autres moribonds,

Elle inonda leurs assiettes d'une pâle soupe à l'oignon.

En apparence, tout le monde semblait gai

Autour de la table,

Sauf moi qui rêvait d'un bon boeuf bourguignon,

Carottes en sauce et d'une révolution!

Quelques instant plus tard,

On apporta un plat d'endives

A la sauce béchamel..

Ce qui fini par détruire complètement

Mes dernières illusions!

Je demandais alors à boire

Un vieux château Margot,  

Afin de redorer mon blason,

Mais on m'apporta un petit vin du maquignon.

Excédé, et ne pouvant plus contenir ma consternation,

Je jetai ma serviette sur le premier moribond

en lui criant dessus en vieux jargon :

Mais alors, c'est quand la révolution?

 

 

 

 

 

 

 Le cimetière du ciel


 

Mais où amènent-ils leurs amis,

Les oiseaux, les animaux

Quand ils sentent la mort venir?

Ont-ils un cimetière secret où vie va finir, ou bien,

Vont-ils s'étendre sur la plaine et regarder,

Une dernière fois, le ciel, ses amis?

Se cacher pour mourir,

Est-ce trop facile à dire?

Mais pourquoi tant de pudeur

Quand la vie nous fait parfois

Plus horreur que la mort?

Moi, quand je sentirai la mort venir,

J'irai voir mes amis,

Non pour les assaillir,

Mais seulement

Pour qu'ils me voient mourir..

 

 

 

 

 

 Le mal consenti


 

La femme fascinée par la beauté du muscle

A abandonné la métaphysique

Pour ce mal entre les cuisses

D'où sortira le chaos du monde!

Pourtant, on aurait pu la rendre plus intelligente,

Lui rendre la raison..

Mais non, chez elle

La vie est plus forte que la raison!

La beauté est le masque du diable

Et le diable s'y connait fort bien

Pour foutre la pagaille!

L'argent est l'apôtre du diable

Et le diable s'y connait fort bien

En termes de carnages!

Moi qui ne suis ni laid ni beau

J'échappe au dindon de la farce

A la queue du diable

Dans la bouche de la femme!

 

 

 

 

 

 

 

 

 L' oasis


 

Je suis un être oisif

Et mon cœur cherche une oasis,

Où l'amour, l'amitié

Sentiraient le miel et la fleur d'oranger..

Bref, cette histoire ne date pas d'hier,

Mais elle dure depuis l'éternité!

Sous les palmiers

L'ombre a enfin gagné..

Et mon cœur sursaute

De te savoir à mes côtés!

J'entends la cithare et la flûte du berger,

J'entends la caravane;

Il est temps pour moi

De m'éclipser!

 

 

 

 

 

 Le voleur de Bagdad


 

Je suis le voleur de feu,

Je suis le voleur de Bagdad !

Je n'ai ni tapis volant, ni lampe d'Aladin

Pour m'approcher du royaume des dieux,

Mais un coeur pur pouvant toucher

La source d'eau vive, le feu sacré!

Pourtant, je pourrais voler

Des tonnes d'or

Et des milliers de pierres précieuses!

Mais non, je ne touche à rien,

Car je suis le voleur de feu,

Le voleur de Bagdad !

 

 

 

 

 

 

 

Le mariage raté


 

Ils trouvèrent dans une poubelle,

Une robe de mariée,

Quoique un peu sale sur les côtés!

La poivrotte sentit alors

Comme un signe de la destinée

Et dit à son amant, très imbibé :

Chouette, demain je pourrai me marier!

Puis le regardant un peu gêné, elle lui dit :

Toi, it ' faudrait bien un costar et de beaux souliers, hum?

Sûr, ma princesse,

Que je voudrais être beau ce jour là

A tes cotés.

Au bout d'une demi- heure,

Ils trouvèrent dans les poubelles du quartier,

Costar, cravate et même souliers.

Puis, ramenant leur butin

Dans leur piôle bien encrassée,

ils dirent à leurs amis

Que demain ils allaient se marier.

Ce fut très émouvant,

Au point qu'on vida ce soir là

30 bouteilles de vin qu'on ignorait frelaté!

Le lendemain, on retrouva, étendue sur le lit,

Le corps de la poivrotte  

Habillé de sa robe de mariée

Et tenant la main de son mari,

Portant costar et souliers vernis.

Jamais, ils n'avaient été si beaux! déclarèrent

Des témoins très très imbibés.

 

 

 

 

Le poète voyou


 

Ne vous fiez pas à moi, mes chers amis,

Même si mes poésies

Semblent adoucir votre cœur.

Car je suis le bandit voleur,

Celui qui n'attend qu'une chose :

Voler les secrets de votre coeur!

Dès lors que vous y consentiez,

Je couperais bien lanière

Tenant votre bourse d'or,

Afin de voir s'écouler

Dans mes mains précieuses

De jolies pièces d'or!

Dors, dors, dors, l'enfant dort

Sur son oreiller constellé d'étoiles!

Dors, dors, dors, mon vieux cador

Sinon, je te couperais la gorge!

D'accord, prince des voleurs,

J'écouterai ton poème

Jusqu'à la somme,

Du moins, jusqu'à ce que ma vie s'en sorte!

dit le sage possesseur d'or.

 

 

 

 

 

Le poète blessé


 

Ce nom de poète, que les hommes

Ne veulent point m'attribuer,

Signifie pour moi

Qu'ils ne veulent point m'aimer,

Ni même me couronner

D'une simple couronne de fleurs!

Mais qu'importe..

Car la nature, elle,

elle sait récompenser et sait

Reconnaitre ses valeureux chevaliers.

Mille ans seraient passés sur Terre

Que les hommes n'auraient toujours pas évolué,

Tandis que le poète, lui, aura tout gagné,

Tous les combats de la liberté et de la sincérité.

Ce nom que l'on ne veut point me voir porter,

Je l'arracherai à la postérité,

A ces hommes injustes

Qui m'ont torturé, bafoué, puis enfermé

Dans leurs goêles infames!

Non, je n'irai pas sur vos tombes, cracher,

Car ma gorge est trop sèche

D'avoir trop sangloter!

Mais j'irai prier

Pour toi mon cœur

Pour toi ma sœur

Pour toi mon frère;

Vous

Qui n'avez pas pu me sauver!

 

 

 

 

 

 

Le bonheur


 

Souvent, je me demande,

C'est quoi le bonheur?

Et j'imagine alors, dans ma profonde tristesse,

Ce qu'il pourrait bien être..

Puisque moi, je n'ai jamais touché au bonheur,

Ni même du bout des doigts!

Alors mes yeux s'inondent de pleurs

Et mon cœur, tel un bateau ivre,

Se noie dans des abysses profondes et noires..

C'est la terreur autour de moi!

Tiens, un son de cloche tinte dans la nuit

Et me demande pourquoi je pleure,

Moi le poète solaire, habitué

Aux embellies magnifiques!

Je pleure, parce que je suis seul..

je pleure, parce que je ne connais pas le bonheur,

Ni sa saveur, ni l'heure à laquelle je pourrais le rencontrer.

ô Poète, tu es bien naïf! me dit un chœur d'enfant.

Oui, je sais..

Mais je pense un jour trouver  

Un stratagème pour le piéger!

Lui dis-je sans me sentir aucunement gêné.

Peut-être lancerai-je des leurres

Afin qu'il tombe dans mes filets?

Mon dieu, me dit la voix, quelle triste chose

Que de vouloir absolument le bonheur!

Et puis il serait triste ton bonheur

Dans ton filet, non?

Et pourquoi donc? lui répliquai-je,

Sans pouvoir lui donner une réponse cohérente.

Pendant que je déambulais

Sur ces terrains vagues très

Embouteillés par l'humanité,

Je croisais des fous comme moi

Qui cherchaient le bonheur.

Avez-vous vu, monsieur, le bonheur?

Me demandait un vieil homme en fauteuil roulant.

Non, non, lui répondis-je d'un air un peu gêné!

Bof, de toute façon, à quoi me servirait-il

le bonheur dans mon fauteuil roulant?

Déplora l'homme proche de l'épuisement moral.

Puis ce dernier, me jaugeant des pieds à la tête,

 me dit : Mais vous qui avez des jambes et 

Une tête bien planté, pourquoi n'avez-vous

Pas encore trouvé le bonheur?

Je n' sais pas, mon brave homme!

Je sais qu'une chose, c'est  

Qu'à chaque fois que j'ai tenté de l'attraper,

Celui ci prenait aussitôt ses jambes à son cou!

Ben merde alors, moi qui croyait...

Lâcha le vieux qui fut abasourdis par ma confidence.

Bon; ben, dit-il avec un voix de corbeau,

Puisque vous êtes un bon à rien et

Peu doué pour le bonheur,

je ferai de vous mon compagnon.

Allez, poussez moi..

Et peut-être qu'ensemble

On trouvera le bonheur!

Après quelques mètres d épuisants efforts

 Et épouvanté par ce sort bien ingrat pour moi,

Je poussai le vieux dans le fossé

En lui criant dessus :

Mais non d'une pipe,

Je n'ai jamais dit que je voulais remplacer

Le bonheur par le malheur!

Puis me retournant une dernière fois sur le vieux,

Je le vis, à ma grande surprise,

Se relever tout seul du fossé

Et me tendre un bras d'honneur!

Escroc! finis-je par lui lancer,

C'est pas comme ça que tu trouveras le

bonheur, vieil imposteur !

Emporter par mon élan,

je hissais à nouveau la voile de mon bateau ivre

Et  parvenais en peu de temps

A sortir de ce fleuve bien noir.

Enfin sur le pont ensoleillé, je me demandais

Pourquoi je cherchais le bonheur?

Peut-être n'était-il qu'une illusion? 

Me souffla sourdement  

Le vent dans mes voiles !

 

 

 

 

Le bouffon qui se prenait pour un roi

 

Détenant le graal entre leurs mains( l'argent),

Les puissants se demandent pourquoi

Les petits courent dans tous les sens,

Ecrivent des romans, font des chefs-d'oeuvre

Et flattent même son excellence?

Alors qu'avec l'argent,

On en ressent nullement le besoin!

Je suis dieu! dit le puissant,

Parce que je peux acheter tout ce que je veux,

Aussi bien les petits que les grands.

Je suis celui qui parle fort!

Je suis celui qui fait trembler

Les pauvres gens!

Disait un nain,

Imitant parfaitement la voix de son maitre.

Bouffon, arrêtes! cria le roi excédé.

Car si tu continues je te couperais la langue

Et la clouerais sur la porte de ta chambre.

Car j'ai bien peur qu'un jour

Tu commandes mes armées

Et me vole tout mon argent.

Mais sire, mais sire, voyons,

Je plaisantais!

Répondit le nain tout tremblant.

 

Analogie, me semble-t-il, avec les comiques que l'on voit à la télé, n'est ce pas?

 

 

 

 

Un appel au don déguisé


 

Si ce site fonctionne,

C'est parce qu'il est de qualité

Et ne s'occupe point d'actualités :

Où mensonge voudrait remplacer la vérité.

Mes écrits ne sont pas, non plus, des blogs

Où ce mot atroce, situé

Entre blague et  bug,

Exprimerait, en fait, la médiocrité

De notre époque.

Si ce site demeure après 8 années,

C'est parce qu'il parle d'amour et d'amitié.

Il ne comporte aucune publicité,

Sauf un appel au don,

Celui de votre générosité!

Je sens vos doutes pour un homme

Qui ne passe point à la télé.

Mais ouvrez-moi votre bourse

Et votre cœur en sera récompensé!

 

                                                     Le poète désargenté

 

 

 

 

Le temps du bonheur


 

Autrefois ma vie était merveilleuse,

Quand maman était à mes côtés!

Quand mon assiette, toujours bien remplie,

Etait vidée par mon très grand appétit,

Quand la télé animait nos belles soirées

Et quand un mot de tendresse tombait

Juste avant d'aller me coucher!

Maintenant qu'elle n'est plus,

C'est une place vide à mes côtés..

Et dans mon assiette, plus de lard fumé,

Mais un maigre morceau ratatiné.

Je parle aux chaises

Et critique bien la télé!

Je sens la faim venir,

Je sens mon ventre s'ouvrir,

J'entends l'appel des souvenirs!

 

 

 

 

 

 

 

L'ingratitude du bourgeois

 

Un jour, un bourgeois m'a dit :

Tu sais poète,

Jamais je ne te donnerai un seul centime!

Car moi ce que j'aime,

C'est écouter ta complainte,

Celle des gens fauchés..

Où tes pleurs sont pour moi

Comme du miel

Sur mon cœur desséché.

Comprends-moi, poète,

Si je te donnais, 

Je risquerais de le regretter,

Et tes poèmes pourraient  

Bien me rire au nez.

Peut-être irai-je te voir

Avant de crever

Et verser sur ton cercueil

Des larmes que tu m'as fait couler..

Crève, petit poète de mes "deux"!

 

 

 

 

 

 

 

Sans issue


 

Tout est dit,

Tout est là,

Je n'ai rien à vous cacher,

Je suis seul

Et je n'ai pas d'amis.

Mes jours sont comme des errances sans fin

Et mes nuits, de vertigineuses descentes

Vers des gouffres infinis.

Tout est dit,

Tout est là,

Je n'ai rien à vous cacher,

Je suis seul

Et je n'ai pas d'amis.

Mes jours se ressemblent atrocement

Et mes nuits sont devenues fluorescentes,

Comme un vieux taxi

Emporté par la brume maritime.

Tout se sait,

Tout se dit

Et j'entends comme tes sanglots

Dans la nuit..

Des murs sans fin,

Des murs très hauts,

Où s'affiche dans mon cœur

Une voie sans issue!

Tout est dit,

Tout est là,

Je suis seul

Et je n'ai toujours pas

Trouvé d'amis!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans le vent..

 

Sans le vent,

Les drapeaux seraient en berne!

Sans le vent,

Les arbres ne sauraient frissonner de joie!

Sans le vent,

Tu ne saurais ressentir sur ta joue

L'amour de la Terre!

Sans le vent,

Les oiseaux ne sauraient s'engager

Très haut  dans le ciel!

Sans le vent,

Les bateaux resteraient à quai, comme toi.

Crois-moi, mon ami, le vent c'est notre volonté à tous

Et sans elle, nos rêves seraient comme des objets inanimés.

La nature ne triche pas, ni avec elle ni avec nous.

Écoute le vieil arbre, envahi par des lierres séculaires,

Nous dire : Oui, je suis vieux et alors?

Écoute le gazouillis matinal des oiseaux,

Nous chanter le bonheur,

Celui de revoir le soleil à  l'horizon!

Mais nous les hommes, pour d'obscures raisons,

Nous ne le voyons plus, nous ne le ressentons même plus   

Et restons tristes, sans trop savoir pourquoi,

Comme si la beauté du monde

Voulait se refuser à nous,

Comme si nous ne la méritions plus?

Étrangement, quand nous regardons les Hommes,

Nous nous disons :

Mon dieu, quel triomphe de l' imposture,

Où le puissant essaye de nous convaincre qu'il est bon

Dans ses actions pour les hommes!

Le faible, quand à lui, caché dans sa tanière,

Attend la première occasion pour vous trahir.

Que vous dire d'autre, mon ami, devant cette

Affligeante mentalité humaine?

Il est vrai aussi que je pourrais lui trouver des

Circonstances atténuantes, bref, que l'injustice 

Au sein de la société génère ce gros mensonge

Comme le nez sur la figure.

Mon dieu, comme j'aimerais que le ciel

Me change en oiseau afin d'échapper à tout cela!

Implore le poète en regardant le vent se lever.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La jeunesse

 

Je me rappelle de ma jeunesse,

 Comme d'une chevauchée fantastique

Parmi les êtres et les choses,

Où allant de victoires en victoires

J'allais conquérir bravement le cœur

Des hommes et des femmes!

Le beau chevalier à la tunique

Etincelante de lumière

Allait être couronné, comme il le fut de tout temps,

Par des coeurs joyeux et fiers;

Ceux de ces compagnons de combats

Qui ne fléchirent jamais devant l'adversité!

La couronne que je pose, ce soir, à vos pieds,

Dieu tout-puissant,

Est comme un rêve qui m'obsède

Pendant la nuit noire et profonde.

Et quand arrive le matin, la trouvant à mes pieds,

Étincelante comme un soleil,

Je la baise en votre nom,

Dieu tout-puissant,

Celui de ma jeunesse!

                                     

                                                                 Le 1/04/ 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le message

 

Je suis le message

Qui s'affichera sur ton écran,

Je suis celui qui te sortira

De ta torpeur technologique,

De tes fusées sans rires

Et de tes costumes ridicules.

Je serai le bolide qui amorcera

Les bombes d'equinoxes,

Afin d'ensemencer le ciel, les étoiles!

Tu n'es pas obligé de me croire,

Petit terrien,

Mais on verra bien qui prendra

Le dernier train de lune

Pour Bucanor,

La planète sidérante!

J'affiche maintenant sur ton écran,

Le compte à rebours

Pour l'ultime explosion de tes jours

Qui achèvera tes souffrances de moine terrien,

Pulsé par l'indécente croyance du dieu-fait-homme!

C'est vrai que j'abuse de ma sérénité sans faille,

Celle de mon compte à rebours.

Mais, crois-moi, il me faut vaincre le puissant

Algorithme du grand Nestor 3

Qui gère tous les écrans de la planète,

Où les hommes devant

Sont comme en prière !

Quand mon message s'affichera..

Je te prie de ne point l'effacer,

Car ce n'est pas une erreur système,

Mais l'algorithme de la vie

Qui par delà le temps et l'espace

Aura su trouver le chemin de ton cœur!

Je suis le message

Qui s'affichera sur ton écran,

Afin de te libérer de ta torpeur technologique,

De tes fusées sans rires et de tes costumes ridicules,

Façonnés par le grand Nestor,

L' algorithme de la mort !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La joie retrouvée..

 

Il s'amusent dans l'air et dans l'eau,

Ce sont les oiseaux du parc

Qui planent et qui plongent

Sous le ciel radieux du printemps!

Mais comment peut-on passer à côté

De ces choses si merveilleuses, mon ami,

Quand le coucou dans l'herbe

Nous montre ses trompettes d'or

Et le pissenlit, son petit astre,  

Étincelant de lumière?

Je bénis alors ces instants divins,

Moi le poète qui a su se libérer des hommes,

Le premier jour du printemps!

                                                                        Le 9 Avril 2015

 

 

 

 

 

 

 

Les retrouvailles

 

Est-ce que demain, je serai là?

Est-ce que demain, je vivrai,

Pour t'entendre, te voir et te parler,

Assis sur un tapis de fleurs,

Mousse d'élégance et de nos tendres retrouvailles?

Est-ce que demain, il y aura,

Tout ce qu'on a pas pu vivre ensemble,

Les joies de l'amour et de l'amitié,

Les nuits sans fin

Sous ce ciel constellé d'étoiles?

Est-ce que demain, tu seras à mes côtés  

Pour boire les vins de l'abondance

Et déchiffrer l'énigme du temps,

Tout donner au soleil

Tout donner à l'ocean

Tout donner à la beauté

Tout donner dès l'aurore

Pour le plus beau de nos crépuscules?

 

                                            Le 17 Janvier 2017

 

 

 

 

 

 

 

Dialogue entre l'homme et le poète

Le soleil attend-t-il la reconnaissance des hommes pour briller et répandre sa puissance dans tout l'uni- vers? Non, certainement pas. Et il en est de même pour le poète, qui n'est plus un homme, mais un titan qui ne vit que pour éprouver sa puissante création ; il voit alors s'avancer vers lui le monstre, les jambes écartés, en pointant l'index vers son sexe afin que le mal ensemence le néant d'une moisson de fleurs. Le poète pris d'une fureur dyonisaque enfanta ainsi le monde et un dialogue s'ouvrit entre l'homme et le po- ète..

Sais-tu, petit homme, que je suis celui qui te donne la vie en t'adressant la parole?( énorme silence). Inter- pellé pour la première fois de sa vie par une voix qui semblait venir de l'au-delà, le petit homme, d'ordinai- re très fier de lui même, se mit un instant à douter sur sa réelle existence par ce qu'il venait d'entendre d' étonnant. Devenu soudainement suspicieux à l'égard des choses qu'il ne pouvait expliquer, il se mit étran- gement à regarder le poète comme une bête curieuse en essayant de lire dans ses pensées. Mais le poè- te, ne voulant point l'effrayer, prit aussitôt un ton rassurant afin qu'il puisse s'exprimer en toute liberté et lui dit : Mais parle, mais parle, mon ami! J'ai hâte d'entendre le son de ta voix pour enfin connaître tes pensées bonnes ou mauvaises. Alors le petit homme, mis en confiance, s'exécuta et aussitôt un flot de paroles sor- tit de sa bouche, comme un torrent qui n'avait pas craché ses eaux depuis des siècles! Le poète, noyé dans ce flot tumultueux de paroles, ne put s'empêcher alors de rires à grands éclats à travers cette écu- me venant des profondeurs abyssales que le petit homme n'avait, semble-t-il, pas connaissance, et lui dit : Oh mon dieu, comme tu es prolixe quand je te donne la parole! (Le petit homme, gêné par cette nouvelle provocation se tut subitement). Mais es-tu toujours comme ça avec tes amis ou bien avec des inconnus? lui demanda-t-il très honnêtement. Non, jamais! lui expédia-t-il d'un'air un peu fâché. Mais bon, mais bon, tout ce que tu viens de me dire, c'est bien beau. Mais alors que de rêves dans tes paroles! Ah oui? déplora le petit homme qui fit une moue indescriptible. Et oui, malheureusement, mon ami. Car j'ai bien peur que tout ce que tu m'aies raconté la ne soit pas bien juste. Je ne dis pas que tu m'aies dit des mensonges, mais juste de grands rêves bien trop humains pour moi. Merde alors! s'écria le petit homme déçu par le constat fait par le poète. C'est comme si tu ne m'avais jamais écouté durant des lustres, alors que mes paroles t' étaient accessibles. Mais tu avais, semble-t-il, choisi plutôt la facilité en laissant parler les autres à ta pla- ce! Et voilà le triste résultat : un petit homme qui ne deviendra jamais un poète, mais seulement un hom- me. Pourtant, j'avais espéré pour toi un destin fabuleux dans ce monde des poètes où le Rêve n'est pas celui des hommes, mais celui des titans qui agissent par la pensée afin de maintenir le monde en équilibre et en harmonie où les forces du mal doivent être égales et opposées aux forces du bien, sinon l'univers pourrait bien s'écrouler, tel est le travail titanesque du poète qui tient entre ses mains le destin du monde et du cosmos. Je te confirme qu'il serait vain d'anéantir les forces du mal pour soi-disant faire triompher les forces du bien. Car le bien et le mal sont les deux faces d'une même médaille et effacer l'une d'elle serait comme imposer la dictature de l'autre, ce qui serait pour moi une mauvaise chose pour l'équilibre du cos- mos. Vois-tu, mon ami, j'aimerais tant te convaincre que je n' invente rien, mais que tu deviennes comme moi, un astre bleu et mélancolique qui decide du destin du monde. le ne te cacherai pas que je fus moi aussi, en des temps ancestraux, un petit homme comme toi, très fier de lui même. Mais quand le poète suprême vint un jour me dire la vérité, je lui promis de tout abandonner, bref, ce petit bonheur trop huma- in( légitime, il est vrai), mais si peu enviable pour ces colosses de la pensée dont je fais parti desormais et dont le travail gigantesque est de soulever des montagnes d'espoirs aussi bien auprès des hommes qu' auprès des astres noirs qui voudraient tout anéantir. Mais rassures-toi, mon ami, le poète est là pour veil- ler sur tout cela afin que chacun ait sa part de gloire, le bien comme le mal. Car il tient absolument que l'Edifice du grand maitre de la création ne soit point détruit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux corps

UN JOUR, ON DECOUVRIT DANS LES EAUX GLACEES D'UN LAC, DEUX CORPS ENLACES L'UN CONTRE L'AUTRE!

Au debut des témoins avaient cru voir un gros tronc d'arbre dérivé au fil de l'eau. Mais quand la police sci- entifique ramena l'ensemble sur la rive, ils s'aperçurent avec horreur qu'il sagissait, en fait, de deux corps, celui d'un homme et d'une femme qui étaient solidement attachés l'un à l'autre comme dans un dernier amour, mais surtout par une chaîne et un cadenas qu'on découvrit en retournant les corps. Cette vision, on peut le dire, toute pathétique de voir la mort ou l'amour, fit quant même couler quelques larmes aux plus jeunes recrues de la police criminelle. Quant à l'inspecteur principal, qui en avait vu bien d'autre et qui était alors un instance de divorce, ses yeux à lui restèrent étrangement secs. Pour lui, il sagissait tout bêtement d'un suicide, celui d'un couple en instance de divorce où le mari avait entraîné sa femme au bord du lac et, sous la menace d'une arme, l'avait enchaîné à lui pour se jeter ensuite dans les eaux glacées du lac. La deuxième hypothèse, et qui irrita un cours instant l'inspecteur, fut de concevoir que ce suicide pouvait être aussi un suicide d'amour, où les deux être consentants partaient vivre éternellement au royaume de l'am- our. Mais ce dernier, habitué à vivre dans le réel sordide de la société, la rejeta en faisant une grimace inex- primable : car pour lui, le véritable amour ne pouvait exister sur cette terre!   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peinture


 

Oh que j'aime la peinture

A la gouache du ciel!

Oh que j'aime quand tu t'énerves,

Dieu de l' ether

Et que tu badigeonnes mon cœur

De rouge de bleu et de vert!

Je sens alors l'extase d'un "Poussin"

Devant l'immensité du ciel!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La vitrine

 

Dans la vitrine d'un magasin, il y avait d'exposé un grand couteau qu'un jeune homme regardait avec une grande fascination. Dans la rue, les passants inquiets se demandaient ce qu'il faisait là coller pres- que contre la vitre, à admirer un énorme couteau dont la lame étincellante jetait autour d'elle des éclats à faire froid dans le dos! Puis tout à coup, le jeune homme se retourna sur la foule en lui jetant des reg- ards terrifiants, puis vociféra entre ses dents des mots qui semblaient venir de la préhistoire. Aussitôt, la foule terrorisée prit ses jambes à son cou en jetant des cris d'épouvantes!

Mon cher lecteur, j'aurais pu aussi noircir un peu plus ce tableau en faisant casser la vitrine par le jeune homme,  afin qu'il s'empare du couteau et qu'il poursuive la foule dans la rue en jetant des cris de bêtes. Mais comme tout artiste qui respecte son art, j'ai préféré jouer sur le côté psychologique du tableau où la frayeur est comme contenu dans son immobilisme, bref, dans son attente d'un possible bain de sang.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Anecdote entendue au pôle emploi

 

Quand on veut se montrer intelligent,

Vaut mieux s'entourer d'imbéciles!

Je ne sais pas si c'était du cynisme de la part de certains employés du pôle emploi, qui considéraient par ces temps de crise économique, les chômeurs comme des imbéciles. Mais il est vrai, vu leur position sociale d'employé salarié à vie, qu'ils devaient se considérer comme les nouveaux seigneurs ou êtres supérieurs; ce qui m'avait horriblement indigné en sachant bien que ces gens étaient tout à fait ordinaires et non dotés de qualités exceptionnelles, comme ils voulaient le faire croire auprès de ces pauvres chômeurs!

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps des poètes reviendra

 

J'ai le sentiment, depuis ma plus tendre enfance, que les hommes avaient volé mon génie afin que le poète, que est en moi, ne puisse pas déployer ses ailes de géants! Les coupables sont bien évidemm- ent les Hommes et la société qui avaient rapetissé mon ciel, celui de ma destinée. Souvent, je pleure en regardant mes ailes brisées, mes rêves piétinés et mes amours empaillés. Si un jour, on voulait bien me libérer, l'aigle royal sera retrouver le chemin de la cité et dire aux petits hommes qu'ils se sont trom- pés! Mais les Hommes, perfides comme ils sont, essayeront à nouveau de me faire tomber afin de ne pas voir ma gloire éclairer tout l'univers! Alors le poète désabusé, aux yeux hallucinés, fondera sur la cité et brûlera ce reste d'humanité qui ne méritait pas d'exister. Ainsi une nouvelle humanité renaîtra afin de glorifier les poètes et leur rendre tout ce que les hommes leur avaient volé, c'est à dire tout un continent voir un nouveau monde!

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes pauvres contemporains!

 

Mes chers contemporains,

Êtes-vous encore ému par la beauté des choses

Ou bien, uniquement,

Par cette télé qui vous montre ses choses à elle?

Si c'est le cas, je trouve votre situation bien désespérée,

Car la technique ne remplacera jamais la beauté, ni la vérité non plus.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les jeunes filles

 

 

 

Les jeunes filles en rang serré n'attendent qu'une chose,

Qui est de servir aux hommes tous les agréments possibles,

Faits de boissons rafraîchissantes, de mets délicats et de danses

Afin d'aller au devant de leurs désirs.

Car elles savent au plus profond d'elles mêmes

Qu'elles sont attachées depuis des lustres

A ces hommes comme une fleur à un serment!

Les fêtes, les danses,

Quoi de plus beau pour l'âge tendre?

Quoi de plus beau pour elles qui attendent un enfant, celui d'un homme?

Les belles élégantes attendent le printemps, les fêtes et les danses,

Les yeux aguicheurs et le sourire aux lèvres.

Pourtant elles connaissent la cruauté des hommes

Qui pour combler leur ennui

Sont prêts à massacrer des peuples entiers de femmes et d'enfants

Dans les beaux jardins de l'aurore!

Mais elles s'en moquent éperdument,

Car l'amour repeuplera tous les jardins de la terre, pensent-elles,

En serrant très fort dans ses bras, le corps d'un homme!

Femmes, comme je vous plains! dit le poète 

En vous baisant la main.

 

 

 

 

 

 

 

Nos chers amis les cro-magnons

Mettre1 mois pour fabriquer une fourchette,

2 mois pour un couteau

Et 200 cents milles ans pour concevoir la roue.

C'est sûr que nos ancêtres avaient de quoi occuper leur journée!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'homme au delà des apparences

 

 

 

Mais qui vous dit que je suis comme vous :

Prêt à vendre ma liberté contre un travail abêtissant?

Mais qui vous dit que je cherche ce bonheur là?

Mais qui vous dit aussi que je cherche le succès, le fric?

Mais qui vous dit ces sombres idioties :

Les médias, la propagande politique ou bien vos préjugés?

Et si je vous disais que je cherche tout simplement la vérité,

Seriez-vous alors déçu par mes modestes ambitions parmi les hommes,

Ou bien

Par ma sublime pensée qui mène à la suprême félicité, qu'est la plénitidue?

En fait, je crois que vous m'avez toujours rien compris :

Hommes esclaves qui marchez depuis des lustres dans le brouillard!

Mais à quand une réelle prise de conscience pour votre future élévation?

                                                                                                                                      Mars 2015

 

 

 

 

 

 

 

La mort, notre délivrance?

Étonnamment, quand l'été arriva avec ses beaux jours et son soleil ardent, j'oubliai tout, même mes souffrances passées que le dernier hiver m'avait fait endurer, tel un rituel macabre auquel je ne pou- vais lutter sans me rendre ridicule à mes propres yeux. Et bizarrement, je me demandais si la mort n' avait pas un point commun avec ce changement de saison où, brutalement, nous passions de la vie à la mort ou vis-versa en oubliant tout jusqu'à nos propres souffrances? Je prenais conscience ici d'avoir découvert une grande chose, mais que les hommes avaient apparemment oublié (très certainement à cause de leurs habitudes de vivre mécaniquement la vie ou peut-être par la peur de l'inconnu?) Bref, tout ceci pour leur dire que la mort n'était pas une chose si terrible que ça! Car en passant dans l'autre monde on oubliait tout, c'est à dire tout ce que les Hommes nous avaient fait endurer et surtout sa pro- pre mort! Je sais, une pensée qui dépassait l'entendement humain, mais que le poète, par ses dons ext- raordinaires, pouvait saisir dans l'esprit de Dieu, afin de faire disparaître toute haine à ses créatures pour qu'elles accèdent à la béatitude en retournant au paradis. Que vous dire d'autre, mon ami, que la mort était bien une délivrance pour nous tous et non l'inverse, n'est-ce pas? Les sages pourront le com mprendre aisément, mais pourquoi pas vous? La perfection vous aussi, vous pouvez l'atteindre, mais qui vous l'interdit? J'en viens même à penser que faire ou ne rien faire dans la vie revient au même. Oui, je sais, une idée très provocatrice pour le monde Occidental matérialiste et travailleur, mais c'est pourtant la vérité! Puisqu'à votre mort tout sera oublié aussi bien vos victoires que vos échecs ainsi que votre argent, qui sera dilapidé avec un grand plaisir par vos héritiers qui n'auront fait aucun éffort pour le gagner! Et si vous ne laissez pas d'argent derrière vous, ni de dettes, vous serez perçu comme quelqu'un de très clairvoyant. Car vous éviterez que votre famille s'entredéchire ou s'entretue pour s' emparer de votre héritage. Bref, on vous accordera le statut de saint après votre mort pour avoir répa- ndu la paix au sein de votre famille, auprès de vos amis et de vos organismes de crédits! Donc mes amis, ne vous culpabilisez pas de n'avoir aucune reconnaissance de la part de vos semblables( qui au- raient pu vous offrir une place bien rénumérée en terme d'argent ou de prestiges), car la mort fera dis- paraître toutes ces apparences, ceci est une certitude. Vivez donc libre et heureux et ménagez-vous en ne vous tuant pas trop au travail. Car depuis que le monde est monde, l'oiseau a toujours su où faire son nid et se nourrir.

Que votre vie soit pleine de joie et votre mort très douce!

 

 

 

 

 

 

 

VISION

Un jour, en me promenant au parc et en regardant la cime des arbres( comme j'aimais toujours le fa- ire par habitude), je crus voir, pendant un instant, un grand oiseau blanc pendu au bout d'une branche! Le pauvre oiseau avait le bec en l'air, le corps ballotté par le vent et surtout le cou serré par un horrible nœud coulant qui m'indigna horriblement. Mais ne voulant point y croire, du fait que j'étais souvent vi- ctime de ma propre imagination et de mes hallucinations, je fermai les yeux quelques instants, puis les rouvris. Je ne sais pas comment vous le dire, mon cher lecteur, mais en jetant à nouveau mes regards sur la cime, je m'aperçus que l'oiseau avait disparu et qu'à sa place se trouvait un vulgaire sac en pla- stique blanc qui pendouillait! Rassuré, je continuai ma promenade, mais non sans avoir quelques inqu- ietudes sur le sens caché de cette horrible vision de cet oiseau pendu au bout d'une corde. Était-ce ici la vision de la liberté du poète bafouée par ses contemporains ou bien de son destin tragique? Troublé par tout ceci, je plongeai aussitôt mes yeux sur la beauté du lac où, parmi les reflets d'or et d'argent, ils allaient à nouveau se perdre pour mon plus grand soulagement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le maitre de la création

Sous ce ciel gris et parfois ensoleillé, nous attendons tous la fin du monde ou peut- être une possible ren- aissance, qui sait? Sous ce ciel aux formes changeantes, j'entends le choc des titans soulever la Terre dès l'aurore et lever le spectre du soleil au dessus de nos têtes médusées! J'entends un nom illustre sortir des cavernes lointaines, j'entends le maitre de la création se lever tel un démon aux yeux pleins de bonté titanesque. Par la lumière incandescente qu'il libère, il ouvre tes yeux crevés par l'ignorance, réchauffe ton corps, fait agiter tes doigts et tes membres. A l'appel de ses sirènes blanches et profondes, il fait batt- re mon coeur au rythme des champs magnétiques universels et me fait passer de la vie à la mort et de la mort à la vie! La mort est présente à chaque instant de ma vie, car mon coeur ne bat qu'une fois sur deux et je dors quasiment le tiers de ma vie. Entre rêve et réalité, le créateur nous maintient pour ne pas nous voir désespérer, telle est sa bonté. Il tourne sur des orbites que les humains ne seraient imaginer où passé, présent et futur ont déjà passé! Parfois, moi le poète, je bois dans sa main gigantesque et me cou- vrant de baisers me dit : Va poète, enivre de vérités le coeur des hommes qui ignorent que je t'ai envoyé. Et dit leur mes prophéties : qu'ils doivent absolument te respecter! Car ne suis-je pas le poète par exce- llence, celui qui enfante le monde d'un coup de baguette magique? Père, comme je vous aime! dit le po- ète rétabli dans sa toute puissance.

 

 

 

 

 

 

 

Les fruits du poète

En regardant mes oeuvres, je ne peux m'empêcher de penser, moi le poète amoureux fou de la liberté, que je ressemble étrangement à un arbre qui donne des fruits! Oui, je sais bien que pour certains, dont les arbres ne donnent que des feuilles, cette pensée pourrait être présomptueuse de ma part. Mais sans fausse modestie, je la sens en vérité très proche de moi : où mes fruits sont parfois acides ou bien amè- res et quelques fois sucrés à l'excès selon les bonnes ou mauvaise saisons. Il est évident que je ne se- rai critiquer les arbres qui ne donnent que des feuilles, car ils fabriquent de l'oxygène donc de l'air, ce qui n'est pas négligeable pour notre environnement, n'est-ce pas? Mais je vous avouerai que je leur suis bien supérieur par mes fruits qui embaument nos campagnes de parfums subtils et sucrés et attirent autour d'eux toute une population faite d'hommes, d'animaux, d'oiseaux et d'insectes macrofages. Mon plus grand plaisir, celui du poète, c'est de sentir au bout de ses branches de lourds fruits se balancer au rythme du vent. Mais son suprême me plaisir est de sentir le bec d'un oiseau se planter dans sa chair sucrée et juteuse, car il sent alors son utilité dans l'ordre cosmique qui est de donner de l'amour à celui qui n'en a pas en osant se poser sur une de ses branches pour croquer la vie qui en suspension. Com- me j'aime me faire dévorer sur ma branche et jamais dans la main des hommes qui, après m' avoir arraché, me stockent dans des cagettes puis dans des frigos pour les supermarchés! Brrr, j'en ai froid dans le dos d'y penser!. Mais vous, mon ami, si vous venez seul au pied de mon arbre pour arracher un de mes fruits merveilleux, je vous prie de ne point me faire mal. Mais faites-moi plutôt tourner un peu la tête avant de me croquer, afin que je sente l'extase de finir dans vos entrailles multicolores. Je suis l'enf- ant du ciel et de la terre, je suis le fruit du paradis. Je suis né avant Adam et Eve et je ne suis pas, com me le disent malheureusement les hommes dans leur livre, le fruit du péché qui a provoque leur chute ici dans ce soi-disant enfer. C'est fou, ce que les hommes sont idiots quand ils parlent de ce qu'ils n'ont point créée et m'attribuent tout leur malheur, alors que je suis le fruit qui étanche teur soif et les nourrit après leur longue traversée du desert. Mes fruits généreux mûrissent au soleil et moi le poète, je sens alors le sourire du créateur sur ma peau et j'en rougis parfois de me sentir si pleins d'attentions. Autour de moi, j'entends le vol du frelon et de l'abeille, je sens sur mon dos courir les fourmis qui s'émerveille- ent de la bonté de la nature. Mais ce qui m'angoisse le plus, moi le fruit chargé d'amour, c'est de sentir en moi le ver rongeur, celui de ces horribles insectes qui pondent dans ma chair leur progéniture destr- uctrice. Me faire dévorer de l'intérieur, mon dieu quelle horrible sensation! Alors que me faire dévorer de l'extérieur me semble tout à fait naturel, puisque je suis le fruit purificateur de votre corps. En faisant une analogie avec notre socièté, on pourrait comparer ce ver rongeur au ver corrupteur des médias et dont les favoris sont les imposteurs, les faux intellectuels, les faux philosophes qui inondent leur studio de télévision pour nous faire avaler des couleuvres, et disons même, de fausses vérités, comme le ser- pent de la creation dans le premier testament. Il est évident pour eux que seul l'argent compte et non la santé mentale des téléspectateurs, ce qui est dommageable pour l'humanité, n'est-ce pas? Mais le poè- te, perché en haut de son arbre, celui de la création, sait déjà tout ça grâce à la hauteur de sa situation qui lui procure une vision très nette de ce que sont les hommes, c'est à dire de tristes individus qui sont prêts a faire de ses fruits divins une bien mauvaise marmelade. Tanpis dira, le poète, s'ils aiment mieux la bouillie et les idées corrompues, c'est leur choix! Mais alors quel gâchis de ne point vouloir goûter aux vrais fruits de la liberté et de la vérité qui pourraient enfin leur apporter le bonheur! Après avoir dé- crit tout son environnement, heureux et malheureux, le poète sentit soudainement ses branches se dél- ester de tous ses fruits vemeilles et pensait tout naturellement, dans l'ordre des choses, que toute récol- te avait une fin mais aussi une faim où tout le monde se sera servi sur son arbre enchanté. Sentant une petite déprime l'envahir, il se demandait curieusement si demain il aura une bonne récolte? Puis lâchant son stylo sur son ouvrage, le poète mit sa tête entre ses mains et lâcha, non pas des larmes de chagri- ns, mais des gouttes de rosée sur son visage où il sentit sa vocation de poète béni des Dieux!

 

 

 

 

 

Texte fondateur pour une nouvelle humanité

 

En consultant la grande bibliothèque des Hommes, je fus étonné d'obtenir en peu de temps la réponse à ma question. Mon dieu, me dis-je, mais quelle fabuleuse machine que les hommes avaient inventé pour leur fa cilité la vie, puisqu'ils avaient déjà les réponses à toutes leurs questions! Quelque peu assommé par ce con stat merveilleux et effrayant en même temps, je me demandais si les questions qu'ils se posaient n'étaient pas, en vérité, de vieilles questions et les réponses de vieilles réponses? C'est ce que mon intelligence en- core vive s'efforçait à comprendre, afin d'être dans le vrai et non dans une sorte de confort intellectuel que beaucoup de nos vieux penseurs ou intellectuels entretenaient de nos jours afin de garder sur le monde un certains pouvoir, ne nous le cachons. Ces derniers, on peut les nommer sans bien se tromper, comme étant les unniversitaires, les profs, les journalistes et les hommes politiques. Je ne dis pas ceci par gratuité, mais uniquement pour dénoncer leur petit ou grand confort intellectuel (selon leur poste dans l'administration) où ils se trouvent bien au chaud avec un salaire juteux, des honneurs et autres prestiges académiques, peopl- es et qui les empêchent de penser aux vraies questions, mais seulement de répondre aux vieilles questions enregistrées dans la grande bibliothèque des Hommes. C'est dire un vrai désastre pour l'évolution de notre socièté et même pour l'humanité, n'est-ce pas? Et vous auriez compris que je ne suis pas contre les vrais intellectuels ni contre les vrais mangeurs de viande, mais seulement contre les imposteurs qui sont deve- nus les bourreaux de la nouvelle culture qui est celle de la vérité : nouvelle culture qui nous tend les bras si nous avons encore la modestie d'écouter ce qu'elle a à nous dire et a nous apprendre et non pas de s'enfer- mer dans son Savoir désormais fossilisé où le risque intellectuel a totalement disparu! Moi même, en écri- vant ceci, je prends le risque de me faire fustiger par ces nantis de la république, où l'institution leur a donné comme la légitimité de tout dézinguer, même les penseurs de demain! Sont-ils conscients de ce génocide culturel qu'ils perpétuent sur le monde de demain? Non, je ne le crois pas, car seulement ceux qui ont gar- dé une certaine fraîcheur d'esprit pourront le comprendre et se remettront en question sans problème. Qu- ant aux autres, le pâté en croûte est en pleine voie de formation ou même je dirais en voie de consolidation. Peut-être deviendront-ils du vieux pâté institutionnel ou le sont-ils déjà? Je ne vous cacherai pas que je ne voudrais pas être là le jour du grand pique-nique institutionnel, mon ami! (rires). Comme vous l'avez très certainement compris, mon cher lecteur, je veux absolument séparer le Savoir de la Culture. Car la Culture n'est que le produit institutionnel d'un pays, alors que le savoir est quelque chose d'universelle qui ne dépe- nd que de nous seuls et de notre créativité individuelle, comme le savoir de l'agriculture, qui est l'art de faire pousser de bonnes choses à manger, de même que la construction qui concerne aussi bien nos habitations que la fabrication d'un livre ou la composition d'une symphonie etc, je pense que ceci est clair pour tout le monde, n'est-ce pas? Ici se situe très certainement le point sensible et même je dirais stratégique qui sép- are la Culture du Savoir : où celle-ci s'est emparée avec une main de fer du Savoir pour en faire une arme de destruction massive contre les penseurs de demain qui clament leur indépendance aux institutions afin d'être des hommes libres de même que ces pays voulant sortir de cette désastreuse culture occidentale capitaliste qui sème le feu et le sang autour d'elle à cause de l'argent. Ce que je voulais dire ici, avec une grande honnêteté intellectuelle, c'est affirmer que c'est bien la culture institutionnalisée qui a fossilisé nos esprits et non le Savoir, qui est toujours aussi vivace en nous grace à notre curiosité naturelle. Bref, elle av- ait stérilisé notre pensée, alors que celle-ci avait horreur de l'immobilisme intellectuel, idéologque, artistique etc etc. Ce qui est un grand désarrois pour les gens comme nous dont le génie n'est pas reconnu par la Ré- publicain, parce que naturel ou si vous voulez bio! Et il est fort possible dans les temps à venir que c'est ce combat qui aura lieu aux sein de nos sociétés sclérosées où, le génie naturel issu de la vraie vie, voudra reprendre tous ses pouvoirs aux vieilles institutions que celles-ci lui avait octroyé pour des raisons éviden- tes de concurrences. Et il est tout à fait probable que de nouveaux barbares soient de retour parmi nous, non pour vous égorger, mais uniquement pour rétablir vos droits naturels à vous hommes et femmes dotés d'intelligence. Et surtout n'écoutez pas les journalistes qui disent que les gens de Daech sont des ignorants parce qu'ils se battent contre l'occident, donc contre la culture! Ceci est faux et nous montre qu'ils n'ont rien compris à cette nouvelle culture qui est la culture de la vérité et nous prouve qu'ils sont de faux intellectue- ls, mais de simples agents de la propagande d'Etat. Les gens de Daech, comme je le pense, ne sont aucun- ement des ignorants comme tous les occidentaux voudraient le croire. Mais ce qu'ils ont compris, c'est que la culture occidentale était proche de sa fin, comme au temps de la décadence de l'Empire romain : où à bout de souffle, elle semait le feu et le sang sur des peuples innocents pour sauver son or, bref, ses intérêts capitalistes. Voyez, mon cher lecteur, ce que la débâcle en général pouvait provoquer chez les occidentaux et en particulier chez les nazis durant la dernière guerre où ils avaient anéanti entièrement un petit village français avec ses habitants, celui d'Oradour sur glane! Sur ce point, je ne peux être que d'accord avec eux sur cet affligeant constat de la décadence de la socièté occidentale et que leur nouvelle religion est une mu- tation de l'Islam en une véritable idéologie pour sauver l'occident malade, comme l'Islam fut par le passé le parachèvement du Judaïsme et du christianisme. Apparemment, l'lslam a un côté beaucoup plus révolutio- nnaire que pourraient le penser les occidentaux et que ces nouveaux barbares, comme aiment si bien les appeler, sont aux portes de Rome! Je vous preciserais que je ne suis pas musulman, mais seulement un poète qui n'a pas besoin de religion pour sentir la main de dieu sur son coeur. Oui, c'est vrai, qu'ils coupent des têtes aussi bien celles des musulmans que des occidentaux. En fait, c'est leur nouvelle idéologie qui n' est plus l'Islam qui les obligent a agir ainsi, non plus en termes de religion, mais en termes de stratégie. Et- es-vous contre ou avec nous? est la nouvelle devise de ces nouveaux barbares qui sont en vérité, ne nous le cachons pas, mais la création de cet occident mégalomaniaque, comme ces barbares d'autrefois qui se regroupaient au milieu des steppes européennes afin de faire tomber Rome, qui symbolisait pour eux, non pas la civilisation ou la culture, mais bien leur assujettissement aux armées de Rome. Ce texte que je viens d'écrire avec le plus d'honnêteté intellectuelle possible sera très certainement le texte fondateur d'une nou- velle humanité, à condition de ne point vouloir vous boucher les oreilles à l'approche de la vérité, cela s'ent- end. Precisions de l'auteur : je ne veux en aucune façon faire l'apologie du terrorisme, mais seulement faire le même constat que ces fous de dieu et dire que malheureusement l'occident est entré en décadence. Ce- la veut dire, en termes clairs, qu'il a atteint un niveau de materialisme si élevé et jamais dépassé au cours de son histoire, que ses ideaux intellectuels et philosophiques sont desormais morts de leur belle mort! Et dans ce monde finisssant des ideaux, il ne restera plus que les religions ou la spiritualité pour donner de l'es poir et du courage aux Hommes. Et il est fort possible que tout cela finisse en guerre de religion planètaire, tel qu'on le perçoit aujourd'hui avec ces fous de dieu où, chacun se battra pour son Dieu, pourtant le même dieu unique! ce qui annonçera d'une certaine façon la fin du monotheisme et qu'on avait cru pendant trop longtemps la seule religion pouvant sauver l'humanité du carnage. Je vous assure qu' ici s'exprime, non pas le blasphémateur de la religion, mais le poète intemporel dont le combat a toujours été, depuis que le mon- de est monde, d'insuffler la vie là où elle avait disparu et en particulier aujourd'hui à cet occident malade qui était devenu une terre stérile pour les grands hommes de demain. Pourtant comme j'aime la France et com me je voudrais qu'elle retrouve ses vrais héros et non ces statues de fonctionnaires se donnant de grands airs! Et comme disait le grand penseur des temps modernes : Il n'y a pas plus ridicule pour ces hommes, figés dans leurs fonctions, de se prendre pour des grands hommes alors qu'ils sont des nains!

                                                                                               Le 21 Mars 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chronique d'une civilisation à son déclin

,

J'ai lu récemment sur Internet, à propos du salon du livre qui se tenait en ce moment à Paris, que les aut- eurs avaient manifesté leur mécontentement auprès des autorités de l'Etat et des maisons d'éditions pour leur signifier qu'ils avaient de plus en plus mal à vivre de la littérature et qui ne leur permettait plus actuelle- ment de vivre décemment. En lisant ceci, les yeux pleins d'étonnements, je ne pus m'empêcher d'éclater de rires! Car personnellement, j'ai toujours pensé qu'écrire n'était pas une profession, mais plutôt un acte d' amour pour le lecteur afin de lui révéler des vérités éternelles et que cet acte plein de générosité et de cou- rage de la part de l'écrivain ne devait être en aucune façon rénuméré, mais gratuit, afin que la vérité lui arri- ve intacte et non déformée par des interêts financiers ou idéologiques de certains. Bref, Je constatais ici les dégats(semble-t-il irréversible) du monde marchand sur ce qu'on appelle la littérature et qui n'est pas pour moi, un art, mais un lieu unique où l'on peut dire la vérité et combattre le mensonge orchestré par les puiss- ants et par ceux qui possèdent l'argent. Il est evident que je suis totalement étranger à ce monde littéraire fin et délicat où l'on s'envoie des fleurs, se congratule où l'on s'attribue même le nom de genie parce que l'on vend! Tout ceci est plutôt effrayant de le voir, n'est-ce pas, mon cher lecteur? Bref, tous ces littérateurs de kermesses, nous montrent une fois de plus par ce fait divers( où ils s'estiment mal payés par le travail de sape qu'ils font en inventant le beau mensonge pour demain) qu'ils sont les révélateurs de notre époque dé- cadente où l'argent est devenu roi et le nouveau graal qui fera de vous un symbole de réussite sociale pour le pauvre qui, comme tout le monde le sait, a besoin d'opium pour supporter sa triste vie. Tandis qu'avec les vrais écrivains, que j'appelle les véridiques, rien de tout cela, mais plutôt de vrais écrits qui ne cachent rien aux hommes et aux femmes, afin qu'ils aient une réelle prise sur la réalité et non plongés dans la fum- ée des opaciés par ces faux écrivains issus du système marchand. Comme vous le voyez, je ne suis pas tendre avec ces gens qui faussent le jeu de la vérité en voulant nous faire croire qu'ils sont les nouveaux messies des temps futurs, les poches pleine de dollars et d'euros qui est le nouveau salut de l'Homme mo- derne sanctifié par le monde capitaliste. Pourtant, comme je voudrais redonner de la dignité a mes frères qui sont pris pour des imbeciles dans ce monde factice où le mensonnge s'est généralisé et manifestement par ses plus hautes élites intellectuelles. Mais où sont donc passés nos vrais intellectuels, je me le demande bien? Se sont-elles vendues au plus offrant, à l'administration ou bien au monde capitaliste ou bien ont-elles tout simplement disparu de ce monde, et plus précisément, de ce pays que j'aime tant et qui s'appelle la France? Mon désarrois n'en est que plus douloureux, je vous le confirme, de voir devant moi ma source d' inspiration se déliquéfier où sa culture avait atteint des sommets pour dire la vérité aux hommes! Malheur- eusement cette culture de la vérité est morte depuis belle lurette. Et par mes recherches personnelles et mes efforts surhumains, j'essaye de lui redonner la vie en lui enlevant toutes les impuretés ou scories que les pseudo-penseurs, poètes nationalistes, intellectuels lui avaient greffé dessus pour s'en emparer. J'ouvre ici sans bien m'en rendre compte, un nouveau champ du possible qui semble être une voie royale pour les nouveaux écrivains, intellectuels, poètes qui voudraient régénérer la langue française et surtout lui redonner sa force de création et de destruction sur notre monde d'aujourd'hui qui s'enlise dans le mensonge et dans le culte de la réalité sans issue. Je pense qu'on en reparlera, mon cher lecteur. Curieux de tout, je vois de pl- us en plus, dans les vitrines de nos chères librairies, des livres venant d'Amérique. Est-ce le glas qui sonne pour nous français et nous montre d'une façon impitoyable que c'est l'Amérique qui a gagné, bref, l'argent sur nos sentiments les plus nobles, afin de redonner au peuple une certaine noblesse en voulant le sortir de ce populisme issu de 1789 : où les hommes politiques, pour des besoins de commodités,  l'avaient enfer- mé, comme un sombre troupeau d'imbéciles? Je sens en vous, mon cher lecteur, de la curiosité pour l'ho- mme que je suis et qui semble tenir entre les deux lobes de son cerveau un savoir gigantesque sur la so- ciété des hommes. Oui, je peux bien comprendre que tout cela puisse vous effrayer ou bien vous fasciner. Car tout ce que je sais est issu dune longue rumination qui est pour moi assez mystérieuse, voyez vous, mais qui vous apporte en fin du processus un plaisir inégalé qui est de connaître enfin la vérité sur les hom- mes. Après avoir distillé en moi tous les poisons des pseudo-intellectuels et autres prophètes des temps mo dernes, où l'argent est leur seul dieu, j'ai pu enfin dégager ma propre pensée qui était prisonnière de cette gangue qu'on appelle le mensonge, non pas le mien, mais celui des autres. Je vous certifie, mon cher lecte- ur, que je ne suis en aucune façon l'homme du ressentiment( thème favoris de Nitsche), ni celui de la haine ou de la vengeance, mais bien l'homme du renouveau qui vous dit sans faiblesse : Oui, sa santé intellectue- lle est parfaite et voit maintenant clairement les choses! En pensant à cette littérature Anglo-Saxonne, qui envahit de plus en plus les vitrines de nos chers librairies, j'ai la certitude que celle-ci n'a jamais jeté un seul soupçon de vérité sur le monde que nous aimerions tant connaître. Car celle-ci n'a malheureusement fait que décrire la réalité( il est vrai avec un oeil chirurgical), mais qui n'est en aucune façon dire la vérité. Car pour être franc avec vous, je dirais qu'on ne peut pas mettre de date de péremption sur la vérité. Alors que sur les produits du réel celle-ci devient obligation, car on risque à court terme une grosse intoxication! Et que ce roman moderne que veut nous raconter cette Littérature Business ne nous apporte en fait peu de chose ou presque rien. C'est comme décrire l'eau se jetant dans la mer ou bien décrire la rotation de la te- rre autour du soleil ou bien voir la foule marcher dans la rue et qui n'est que de la phénoménologie ou de la sociologie que chacun de nous perçoit dans sa vie de tous les jours. Mais que cela nous apporte-t-il vrai- ment de le savoir, à nous qui cherchons la vérité, nous les véridiques? Que ceci soit précisé, au lecteur, la vérité que je cherche n'est pas ma vérité personnelle, car que m'importe mon destin devant ce grand projet où la vraie connaissance permettra à l'homme de se libérer du mensonge, afin qu'il retrouve le vrai bonheur et non une fiction inventée par le roman moderne où le thriller américain n'est pas loin. En fait, le monstre dans notre société n'est pas là où on le croit. Car si on savait où il se trouvait, il ne nous ferait pas si peur que cela. Alors qu'avec le monstre qui n'a pas de visage ou qui le cache pour d'horribles raisons, celui-ci est le pire de tous, car il peut nous attaquer à tout moment d'où des angoisses encore plus terribles que de voir le vrai monstre en chair et en os, n'est-ce pas? Quant à moi, qui n'est pas un monstre, je vous le certi- fie( car ma pensée est entièrement dévoilée dans mes écrits), je suis d'origine française et algérienne donc issu d'un melange bizarre entre la race blanche européenne dite matérialiste et la race blanche Orientale venant des pays des milles nuits! Et étrangement, je me sens comme un homme dont le devoir et la missi- on est d'insuffler la vie à cette vieille race française, bref, du sang neuf. Le sang neuf dont je parle doit être pris dans le sens figuré, bien evidemment, car si la langue française que j'emploie pour m'exprimer peut vous paraitre parfois violente, cela vient tout simplement de mes origines, du fait de ce melange d'une viei- lle sou che européenne avec un sang pur comme celui des arabes. Je sais, vous allez me dire : Oh halte là, ce n' est pas possible de tenir un tel langage, quand on regarde les Arabes dans la société française, où ils sont catalogués comme de petits délinuants ou trafiquants de drogues! Mais je vous répondrais s'ils sont ca talogués si bassement voir méprisés, c'est bien la faute à la société française qui a refusé depuis un demi- siècle le melange des races et surtout empêcher qu'un jour un Arabe d'origine algérienne devienne presi- dent de la république française! J'entends déjà le tollé general autour de moi, après avoir dit que la société française était xénophobe culturellement, vu qu'elle avait toujours refusé de partager le pouvoir avec ceux qui devaient la régénérer de l'intérieur. Et comme disait ma mère, à propos des français qui préféraient mi- eux tenir que courir( en parlant bien évidemment des gens qui se cramponnaient au pouvoir), je pense qu' elle avait dèjà tout compris sur la mentalité française et sur l'esprit de ces fonctionnaires qui, pour prese- rver leur pouvoir ou autres privilèges, étaient prêts à constuire une citadelle aussi haute qu'une montagne afin que leurs ennemis ne puissent pas les déloger, pourtant pour le meilleur des mondes! Mon dieu, quel gâchis de voir le tendre pays de ma mère, la France, s'enfonçer dans son propre cercueil! Mon cher lec- teur, afin de finir cette dissertation dans un sens pratique, je voudrais, si les moyens financiers m'étaient do- nnés de créer un parti politique que j'appellerais les véridiques qui serait composé exclusivement de gens à la noblesse d'âmes, afin de bâtir une nouvelle aristocratie populaire dont le but serait d'en finir avec ce pop- ulisme issu de1789 qui avait enfermé les français dans des étables, comme un sombre troupeaux d'im- béciles!

                                                                                                                      Le 23 Mars 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Raisons tout à fait justifiées

 

Comme vous l'avez très certainement remarqué, mon cher lecteur, je critique souvent les médias et les journalistes. Oui, cela est vrai, mais pour des raisons qui sont pour moi totalement justifiées ou fon- dées et non issues de ma soi-disante folie ou paranoïa. Sur ce point, je veux être extrêmement clair avec vous. Car si un jour le destin veut que mon œuvre et mon nom soient connus de tous, je voudr- ais qu'ils le soient par la vraie vie et par les vrais gens et non par ces marchands du temple qui fabri- quent pour le public de fausses légendes, mythes ou icônes publicitaires remplaçant les idéologies, mais que le poète iconoclaste que je suis devra forcément détruire afin de rétablir la vérité. Petit info : tel un dieu qui voit tout et entend tout, je n'oublie jamais d'ouvrir mon poste de télé aux heures dites de grandes écoutes, afin de connaître le nouveau mensonge qu'ils ont inventé, ces capitalistes des idées! Le poète n'est pas un fou et n'invente rien. Il est seulement la respiration de dieu qui souffle à travers les êtreS et les choses. Je ne fais que dire ce que la vraie vie nous affirme, que la technique ou la te- chnologie n'est qu'un leurre pour l'évolution de nos esprits!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les arnacoeurs

 

Ces gens, qui sont plein d'amour pour leur prochain et surtout pour leur portefeuille, sont les nouv- eaux arnacoeurs des temps modernes. Et mes amis, n'essayez pas de les éviter, car ce sont eux qui viendront à votre rencontre, le soir au cours de vos emissions de télé préférées ou bien a la sortie de vos magasins afin de vous parler de la faim dans le monde et de tous ces enfants qui meurent sous les bombes! C'est vrai qu'il y a de quoi être traumatisé par l'ensemble du phénomène, je ne le nierais pas. Et à ce propos, j'ai une petite anecdote à vous raconter qui s'est passée dernièrement au mono- prix de la Croix-Rousse( où je faisais mes courses) quand à la sortie du magasin, je fus interpellé par un jeune garçon qui semblait avoir 15 ou16 ans( je ne savais pas qu'on employait des mineurs à l' UNICEF!) et qui portait le même logo sur son maillot. Le jeune garçon était un jeune black assez be- au garçon  et avait été très certainement recruté pour ces critères par la très célèbre organisation de la marque UNICEF. Mais étrangement, je lui répondis que je n'avais malheureusement pas de temps a lui consacrer( alors que j'en avais!) et uniquement pour éviter de tomber dans ce piège indigne que voulaient me tendre ces nouveaux arnacoeurs, en voulant me faire porter toute la misère du monde sur le dos si je n'ouvrais pas mon portefeuille! Vous dire que j'étais alors très mal à l'aise, car la très célèbre organisation humanitaire allait utiliser un gamin de15 ans pour me faire la morale! Mon dieu, on aura tout vu! Ce jour là, j'ai vraiment senti que ces nouveaux arnacoeurs avaient inventé une str- atégie des plus diaboliques pour nous escroquer par le chantage du coeur. Mon cher lecteur, ce que je voudrais vous faire comprendre, c'est que je n'ai rien contre le don qui concerne celui de sa pers- onne ou de son propre argent et je veux vous assurer que je ne mets pas d'oursin dans mon porte- feuille pour éviter de l'ouvrir quand l'occasion m'est donnée. Et puis voyez ma grande générosité sur mon site Internet où je donne beaucoup de ma personne et où tout est gratuit. Cela ne vous prouve- t-il pas que je ne suis point avare, mais plutôt généreux? Pour en revenir à ce que je vous disais, en fait, ce qui m'indignait ici, c'était l'ignoble idée de ces arnacoeurs de me faire croire que je pouvais moi aussi être coupable de la faim dans le monde et de tous ces enfants qui mourraient sous les bo- mbes, si je n'ouvrais pas mon portefeuille, alors que je n'y étais pour rien. Car je savais pertinemment que la faute était due à l'Occident capitaliste qui, comme tout le monde le sait, par hypocrisie soigne ses blessés après les avoir bombardé de maux indescriptibles. L'UNICEF, que j'accuse nullement d' immoralité, mais seulement d'hypocrisie, est comme toutes les autres organisations humanitaires, une création de l'Occident afin de se donner bonne conscience. Bref, un jeu auquel je n'ai jamais vou- lu participer pour des raisons que vous connaissez désormais.

 

 

 

 

 

Matinée d'ivresse chez BFM radio..

 

Je vous avouerai, mon cher lecteur, que je ne bois jamais mon café, le matin, sans écouter cette abo- minable radio qu'est BFM business : où des gens abrutis par l'argent ne cessent de fustiger le gouve- rnement de faire les reformes structurelles pour soi-disant sauver notre pays du désastre économi- ique en voulant simplifier à l'extreme le contrat de travail afin de pouvoir virer plus facilement le sa- larié qui est tout de même un homme ou une femme, ne l'oublions pas! ainsi que créer des mini-jobs à1 euro de l'heure pour endiguer le chômage de masse etc, etc. Je trouve cette radio abominable, pa- rce que tous les gens qui y sont invités sont tous presidents de je ne sais quel consortium au nom pompeux et en plus on le toupet de nous faire la morale sur ce qu'on devrait penser ou faire! Bref, il est si facile de faire la morale quand on est à l'abri du besoin, n'est-ce pas, mon cher lecteur? Et il m'arrive souvent de renverser mon café, quand j'entends le discours abrutissant de ces idiots omnib- ulés par l'argent qui voudraient nous faire croire, sans nous verser le moindre kopek, que l'économie serait notre seule planche de salut pour sauver l'homme moderne de la barbarie, oh de l'odieuse bar- barie! comme ils aiment tant le rappeler à l'antenne. Mon dieu, quelle supercherie d'entendre ça! Et s'ils sont si odieux avec les pauvres, qui ont du mal à finir leur fin de mois, c'est parce qu'ils sont pleins aux as et se disent en cas où en France ça tournait mal, ils pourraient toujours partir avec leur valise pleines de dollars ou d' euros vers l'Amérique ou autre paradis fiscal. C'est ce qui les autorise à parler méprisemment des pauvres gens, qui ne demandent pas grand chose en vérité, sinon de vivre honnêtement afin d'être heureux. Mais une vision saine de la vie que ces nantis ne semblent pas vou- loir bien comprendre( le ferait-il exprès?) : eux qui ne rêve qu'a une seule chose, devenir milliardaire! En fait, si j'écoute le matin, la radio des monstres, c'est uniquement pour me réveiller de bonne hum- eur. Car en écoutant leurs obscénités se déverser sur les hommes comme moi qui sont économique- ment désarmés, je reçois comme un électrochoc, mais dont j'ai besoin pour me réveiller le matin afin de savoir à quelle sauce je vais être manger durant la journée. Fatalisme abominable, me direz-vous? Oui. Mais ai-je bien le choix devant ces hommes papier-monnaie, torche cul de l'Occident décadent? Après le bulletin météo qu'on donne à l'antenne, où décidément il pleuvra sur toute la France, j'etein- ds ma radio et ressens comme un énorme soulagement de ne plus entendre toutes ces abominations déversées sur les pauvres et en toute gratuité, puis regardant par la fenêtre, je vois un beau ciel bleu s'annoncer. Mon dieu que de mensonges, mais que de mensonges sur BFM radio!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le poète déchu

 

Depuis les temps les plus reculés de l'Humanité, le poète a toujours marché seul dans la nuit. Et si un jour, il marche au milieu des lumières artificielles, c'est qu'il s'est trompé de route et marche déso- rmais, non plus pour la vérité, mais pour les hommes et les honneurs : tel est le destin de ce poète dé- chu habillé de paillettes pour le grand carnaval, celui des hommes. Pourtant, lui qui a bu dans les ma- ins des dieux, lui seul connaît son profond désespoir de n'être plus qu'une médaille épinglée sur son poitrail où est gravé maintenant sa fonction de poète officiel. Cette médaille de pacotilles lui semble bien lourde a porter ainsi que cette épée autour de la taille, décorée de palmes académiques, que lui ont offert les grands hommes,  ô les grands hommes de la république! La nuit, il noiera son chagrin dans ses illusions perdues et appellera dieu à l'aide. Et Il est possible que Jesus-Christ l'entende et vi- enne à son secours pour le sauver de ce naufrage où seuls les hommes pourront désormais le cons- oler : lui qui a pourtant baigné ses yeux dans ces fleuves immenses où les Dieux ont jeté leurs regar- ds glorieux sur ces surhommes, marchant seuls dans la nuit uniquement guidés par le bruit des ar- mes d'airains roulant à travers ces torrents de feu chargés d'or et d'argent. Écoutant ce chant magni- fique lui parvenir de ce pays lointain, le poète suivra les rives de ce grand miroir étincelant de lumiè- re, afin d'atteindre la source originelle de sa naissance où ses pères l'avaient couvert d'or et de gloi- res éternelles! Il est fort possible que le poète, pendant cette longue marche surhumaine, prenne con- cience de sa petitesse et se suicide! 

 

 

 

La raison devenue trop raisonnable

 

Si j'étais fou, mes voisins le sauraient depuis belle lurette et m'auraient fait interner pour de bonnes raisons! Car d'après la loi française n'importe qui peut vous faire interner pour désordre public qu'il soit de votre famille ou pas. Et sincérement, je trouve cette loi très injuste, car on ne sait pas exate- ement qui est le plus fou dans cette sombre histoire, n'est-ce pas, mon cher lecteur? Et pour être fra- nc avec vous, je n'aurais pas été contre si cela avait été vrai, car j'aurais pu obtenir la Cotorep( l'allo- cation pour handicapé) qui m'aurait assuré un revenu substantiel jusqu'à ma retraite, hum? Malheu- reusement, je ne suis pas fou et je ne peux que le déplorer par certains côtés, comme vous l'auriez compris. Il est évident que tout ce que j'exprime ici n'est pas le fruit de ma raison( chère à monsieur Voltaire), mais de mon génie qui me confirme que la Raison est devenue aujourd'hui un vieux porte- manteau très usé par le temps : où nos hommes politiques et autres pseudo-penseurs accrochent en- core leurs vieux habits idéologiques où leurs poches sont désormais pleines de vieilleries et de brelo- ques du passé. La preuve sur mon génie, c'est un rêve qui me l'a révélé où, une nuit, je vis un lion s' approcher de moi, me prendre le pied dans sa gueule, puis s'amuser avec en le mordillant tendreme- nt! Oui, je sais, un rêve bien éffayant pour le commun des mortels, mais ô combien symbolique pour moi le poète que je suis et qui ne jure plus, depuis fort longtemps, sur cette Raison devenue pour lui trop bien raisonnable pour accéder à son genie! Je ne vous cache pas que j'espère un jour voir mon génie prendre son véritable essor. Mais pour l'instant sur sa route, il s'y trouve beaucoup de volontés qui s'y opposent et pour des raisons évidentes que tout le monde pourra comprendre qui sont d'éviter à tout prix que le poète dise la vérité aux nains qui nous gouvernent! Et c'est pour cela que la socié- té a inventé la raison et l'argent afin de briser les ailes de tous ces genies qui voudraient prendre leur envol pour un monde meilleur où les hommes auraient tant a y gagner. Pour aller plus loin dans mes pensées, je dirais que seule l'aristocratie de nos idées pourrait sauver ce monde en déclin, où les fan- tômes de notre passé hantent et fascinent encore nos vieilles élites politiques ou intellectuelles, au po- int de leur faire miroiter de faux mirages et de faux espoirs. Mais bon, si l'argent tombe toujours dans leur escarcelle que leur importe l'avenir de la France et de la justice! pensent-ils avec cynisme. Mais le poète est là pour leur rappeler la vérité. Et quand sa puissance sera rétablie, il balayera d'un revers de manche tous ces fantômes du passé dont les imposteurs avaient fait leurs guides jusqu'à la fin des temps ou, du moins, jusqu'à la fin de leur carrière où leur attende une confortable retraite voée sur le travail du peuple( tout ceci étant bien évidemment savamment calculé par ces gens dont l'unique cr- oyance est l'argent et la raison). Ah mon dieu, cette sacro-sainte raison, quelle plaie! Pour parler d'au- tre chose, mon cher lecteur, vous avez très certainement remarqué que je mets beaucoup de points d'exclamations dans mes poèmes et dans mes textes. Ceci parce que ma pensée est un jaillisement qui vient du plus profond de mon être et j'en connais toujours pas la raison (peut-être vaudrait-il mi- eux ne pas la connaître?). C'est comme décrire un volcan qui cracherait sa lave du plus profond de la terre. Et après ces irruptions violentes de mots et d'idées en fusion, le poète arpente les flancs de son volcan où, très consciencieusement, il ramasse les pépites et autres trésors qu'il a fait sortir de son ventre, comme celui d'une femme qui accoucherait d'un nouveau monde. Je dirais que ce qui différe- ntie mes écrits de ces articles de journaux, même des plus prestigieux, c'est cette recherche immua- able de la vérité et non du mensonge où semble s'être engouffrée cette sacro-sainte raison d'Etat. Un jour, il me faudrait vous parler plus profondément du journalisme qui est pour moi une aberration inte- llectuelle et philosophique, si je peux m'exprimer ainsi. Pensez un peu au travail de tous ces gens qui décortiquent à longueur de journée, minute par minute, des tonnes d'informations que leur envoient l' A FP( l'Agence France Presse) pour faire en suite un requiem médiatique, puis avec arrogance ess- ayent d'en dégager une pensée! Tout cela est absolument absurde et ressemble en tout point à une pantalonnade. Il est évident que la maladie des journalistes est l'entorse intellectuelle ou, pour dire plus simplement les choses, le mal au cou propre à la girouette, n'est-ce pas? Personnellement, je suis convaincu qu'on peut vivre heureux sans être informé à chaque instant. Je ne dis pas ça a la lé- gère, car il suffit de regarder notre corps, où à chaque seconde il se passe des millions d'opérations chimiques ou autres, pour comprendre que notre cerveau fait tout pour ne pas nous le rappeler, car pour lui seul notre bien-être est important. Méditez sur ce que je viens de vous dire et vous verrez alors revenir à vous, comme une pensée neuve de la vie. Pour être précis comme un scientifique, je dirais qu'on ne peut pas tirer des vérités sur les phénomènes transitoires ou alléatoires, comme sur les faits d'actualités traités par le journalisme, car il faut attendre que l'événement se stabilise pour commencer a en tirer des conclusions, bref, des vérités utiles pour le bonheur des hommes. Et com- me le flot continu d'informations ne s'arrête jamais, la vérité devient alors fluctuante et si mouvante qu'on peut la manipuler à ce moment là et c'est ce que les professionnels de la communication, pa- yés par le puissant capitalisme, ne s'épargnent point. C'est comme ces généticiens, qui par leur outil de travail très évolué( les analyseurs biologiques), peuvent introduire dans une sequence d'ADN, un gène étranger qui leur permettra de transformer un singe en éléphant ou bien un lion en souris( tout ceci étant très utile en politique pour élimner son adversaire ou bien installer un singe au pouvoir se faisant passer pour un lion!). Quand je regarde la télé( cela m'arrive de temps en temps), je remarque que les journalistes sont assez beaux (les recruteraient-on chez les mannequins?) sont polis, s'expri- ment bien etc etc. Sincèrement, je trouve cela bien triste de voir tant de qualités physiques et intellec- tuelles se perdrent dans cette profession sans noblesse qu'est le journalisme. Quel gâchis, je me dis en regardant la télé! Et puis pensez un peu à toutes ces informations manipulées par leur soin qui demain seront remplacées par d'autres et où l'on apprendra enfin la vérité sur le mensonge d'hier! Certes, une occasion idéale pour réaliser une antropologie du mensonge, mais qui arriverait un peu trop tard, n'est-ce pas? Tout ceci a de quoi vous donner le vertige si vous avez les pieds sur terre et la tête bien plantée sur les épaules, bien évidemment! Ceci me fait penser en particulier à tous ces ar- ticles de journaux écrits, même par de très grands journalistes, qui seront jetés à la poubelle et dans les oubliettes de l'Histoire, parce que leur date de péremption sera dépassée, bref, des idées et des pensées périmées diront alors les hommes d'un autre temps! Mais tout cela, comme je vous le disais, était parfaitement prévisible du fait qu'on ne pouvait rien établir de vrai sur du mouvant manipulable. En parlant de ces sables mouvants, où s'amusent tant nos médias et autres opportunistes invités ré- gulièrement sur leurs plateaux télés, je pense immédiatement à ces écrivains de "thrillers" qui sont obligés dans leur prochain livre d'inventer de nouvelles horreurs encore plus épouvantables que les précédentes, afin que leur livre se vende et ne lasse point leur public des mêmes scènes d'horreurs où voir décapitée une tête pour la millième fois ne leur fera plus aucun effet, je vous l'assure! Mais cette fois-ci ne vous inquiétez pas pour lui et pour son business, car il compte faire émasculer un homme par une femme très très en colère, puis les lui foutre dans la bouche comme pour se ven- ger! Business oblige! vous diront-ils l'oeil penché sur leur portefeuille qu'ils voient grossir. Mon ami, je vous déconseille de mettre ce genre d'ouvrage dans votre bibliothèque si vous en avez une, car eux aussi seront vite dépassés. Et puis entre nous, vous savez bien qu'à force de voir couler des rivières de sang, des membres découpés à la tronçonneuse, des orteilles arrachès avec des pinces etc, etc, on y croyait plus vraiment et à la place des corps, on voyait maintenant de pâles mannequins et à la place du sang de la grenadine! Mais si vous comptiez tout de même les mettre dans votre bibliothè- que, je vous inviterais à les placer dans l'ordre croissant de l'horreur, comme ça vous pourrez les lire selon votre humeur, toujours mauvaise, je suppose? Alors qu'avec les sages et les vrais écrivains rien de tout cela. En fait, peu de livres, mais des fondamentaux, car ils disent toujours la même chose mais sous des formes différentes, ne sont jamais dans la surenchère, mais disent la vérité aux hom- mes et aux femmes en toute honnêteté sans déformer ou noircir le portrait. Cela s'appelle l'honnêteté intellectuelle qui est de dire les choses simplement pour le meilleur et non pour le pire. Je vous confir- me, mon cher lecteur, que je ne suis pas réac, mais un homme qui doit se protéger quand on lui en- voye quotidiennement des bombes sur le crâne! Suis-je quelqu'un de méchant ou de gentil, je me demande parfois? En fait, je suis méchant avec les méchants et gentil avec les gentils et que cette symétrie parfaite de mon esprit se rapproche intimement de celle de dieu, mais que tendre la joue n' est vraiment pas mon truc! Ce qui me fait dire, bien que croyant en dieu, que le vrai dieu n'est pas chrétien, mais une chose plus grandiose et implacable au niveau de notre conscience indiividuelle, mais jamais au regard de la conscience collective qui n'est qu'une illusion de la justIce. Car un hom- me peut-il juger un de ses semblables, alors que lui même n'est pas irréprochable? C'est bien évide- mment la grande question que se pose l'humanité depuis l'aube des temps et de son orgnaisation en socièté. Il est vrai que tout ceci ressemble à une vaste comédie ou à un beau simulacre que les dra- maturges ont toujours exploré avec un grand plaisir, n'est-ce pas? Bref, tout ça pour dire que la justice des hommes n'est pas la vraie justice, mais les réponses imparfaites d'une société pour palier à l'injustice qu'elle a elle même engendrée. Mais de la à dire que nous sommes foncièrement mauv- ais parce qu'on a volé ou bien tué pour pouvoir manger ou se venger, c'est dire une grosse bêtise. En sachant bien que ces tous actes commis ne sont pas le fait de notre nature humaine, mais bien des circonstances malheureuses où la société nous a placé dès notre naissance. C'est un fait que la justice humaine n'est celle dieu où dans son paradis, il n'y a aucun voleur, ni assassin, telle est la vertu d'un monde parfait où tout le mon de vit heureux sans sexe et sans argent. Si un jour, j'avais devant moi un procureur, je lui dirais : Mais votre job, cest facile. Vos victimes ce sont toujours les mêmes, les pauvres! (dans 95% des cas). C'est dire aussi avec une grande honnêteté ou provocation, c'est selon, que ces hommes de la justice ne représentent pas la vraie justice, mais seulement la jus- tice de l'Etat qui defend les riches et les propriétaires. J'ai appelé cette dissertation : la Raison devenue trop raisonnable et j'espère bien vous avoir fait comprendre pourquoi. Car je donne deux sens au mot raisonnable, le premier, de n'avoir plus d'aspirations supérieures et le second de n'avoir que de som- bres calculs politiques et numéraires. La Raison, qui s'est toujours opposée à la religion, à la super- stition et à la magie par principe, a atteint desormais son objectif d'avoir détruit toutes nos illusions, celles d'un monde meilleur! Mais ce monde sans illusions, mon ami, ne s'appellerait-il pas l'enfer? Ainsi cette sacro-sainte raison des lumières nous montrait enfin ses limites philosophiques face à cet Islam conquérant qui lui demandait comme des comptes. Et que ce vieux portemanteau républicain, où elle s'est cramponnée avec force tenacité, nous apparait désormais comme quelque chose de co- mplètement obsolète pour nos temps futurs. Mon cher lecteur, vous ne pouvez pas savoir comme je me délecte de ma liberté qui est de pouvoir dire de si grandes vérités, alors que je n'ai pas un rond en poche. Mais c'est peut-être ça, le génie?

                             Le 8 Avril 2015

 

 

 

 

 

 

 

Dessin humoristique